La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 5 de 5 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Réglementations environnementales : vers une harmonisation dans l’UE ?

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 8-10, par Boris Duflot et Elodie Cagnat

Les réglementations environnementales évoluent dans les principaux pays producteurs de porcs en Europe. En matière de gestion des effluents ou de procédures d’autorisation d’exploiter, les situations de la France et des pays du nord de l’Europe semblent converger lentement.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Diminuer la teneur en protéine des aliments biphase selon le prix des matières premières

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 2-4, par Nathalie Quiniou et Sandrine Espagnol

Depuis l’envolée des cours du soja fin 2007, les pratiques de formulation ont considérablement évolué. La teneur en matières azotées totales des aliments biphase a fortement chuté. Sans conséquence sur les performances techniques, cette évolution se traduit par une réduction des rejets d’azote d’au moins 15 %.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Rejets des porcs de nouvelles références pour plus de précision

Consulter le resumé

Plan d'épandage. Afin de tenir compte des évolutions des conditions d'élevage, de nouvelles valeurs de rejet d'azote, phosphore, potassium, cuivre et zinc des porcs ont été déterminées dans le cadre d'un réseau d'"experts pluridisciplinaires : le RMT "élevage et environnement".

2016

Réduire les rejets azotés en formulant les aliments sur l’équilibre en acides aminés

Consulter le resumé

Fiche n° 043 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

Les travaux de l’INRA ont montré depuis longtemps qu’il était possible de réduire les rejets azotés des porcs en croissance en diminuant la teneur en matières azotées totales (MAT) de l’aliment.
Sous réserve d’une même teneur en acides aminés essentiels (AAe) et en énergie nette (EN), les performances de croissance et la valeur de la carcasse sont préservées. Ces résultats ont été repris partiellement en 1996 par le Corpen pour proposer des teneurs maximales en MAT des aliments distribués selon une séquence biphase : 16,5% pendant la période de croissance et 15% pendant la période de finition.
Depuis lors, des progrès ont été réalisés sur la caractérisation des valeurs nutritionnelles des matières premières, tant en ce qui concerne la digestibilité des AAe que la teneur en EN. Dans un contexte de prix élevé des protéines depuis 2007, cela a permis de faire évoluer profondément les pratiques de formulation, en n’intégrant plus systématiquement de contrainte sur la teneur minimale en MAT mais sur les AAe, apportés dans des proportions conformes au profil de la protéine idéale (relativement à la lysine digestible, LYSd).
L’essai réalisé a pour objectif de comparer les performances technico-économiques et environnementales obtenues quand la teneur en MAT
correspond aux plafonds retenus par le Corpen de 1996 (lot CORPEN) ou quand elle s’ajuste à un niveau inférieur (lot Basse MAT) en appliquant les règles précédentes de formulation (Tableau).

PDF icon fiche_bilan2015_043.pdf
2016

Modélisation de l’effet de la stratégie alimentaire et du contexte de prix des matières premières sur les performances moyennes, leur variabilité et les rejets azotés à l’échelle d’une population de porcs

Consulter le resumé

Une population virtuelle de 2000 porcs a été utilisée pour simuler l’effet de la stratégie alimentaire sur les performances moyennes et leur variabilité, et sur les rejets azotés selon le contexte de prix des matières premières. L'évolution moyenne, avec le poids, du besoin en lysine digestible des femelles est utilisée pour concevoir une alimentation biphase, combinée avec un plan de rationnement ou une alimentation à volonté. Des stratégies multiphases sont également étudiées en à volonté, avec des apports en lysine de -10% à +35% autour du besoin moyen des femelles (F100).

PDF icon jrp-2013-alimentation03.pdf
2013