La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 121 à 140 de 384 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Profil nutritionnel Inraporc n° 1 : (LWxLD) x (LWxPP) profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 1

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 45 : (LWxLD) x Kantor Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 45

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 41 : (LWxLD) x Duroc ADN Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 41

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 33 : (LWxLD) x (LWxPP) profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 33

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 43 : (LWxLD) x Duroc Nucléus Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 43

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Homogénéiser le poids des porcelets à la naissance par l’apport d’arginine dans l’aliment truie en fin de gestation

Consulter le resumé

Les chances de survie pour les porcelets légers sont minces lorsqu’ils naissent sans surveillance systématique. Les travaux antérieurs de l’IFIP ont montré que l’augmentation de la ration alimentaire à la fin de la gestation (mise en oeuvre désormais en élevage couramment) ou l’apport de matière grasse à la truie gestante améliore la vitalité des petits porcelets mais sans effet sur le poids. Des nutriments spécifiques impliqués dans le développement du placenta et les transferts materno-foetaux de nutriments pourraient contri

PDF icon bilan_2012web_103.pdf
2013

Effet de l’apport de dextrose et d’arginine dans le régime de la truie sur l’hétérogénéité du poids des porcelets à la naissance

Consulter le resumé

L’arginine est efficace pour réduire l’hétérogénéité des porcelets à la naissance. Il n’y a pas d’intérêt particulier à y adjoindre un apport de dextrose avant l’insémination.

PDF icon techporc_roy_n13.pdf
2013

Exploitations porcines en France : diversité de types et de tailles

Consulter le resumé

La France métropolitaine compte 22 300 exploitations ayant des porcs en 2010, contre 59 500 en 2000. En 10 ans, elle a perdu 7% de son cheptel porcin et 21% de ses truies. Mais la production est principalement réalisée par 11 500 élevages détenant plus de 100 porcs ou plus de 20 truies.
Les exploitations pratiquant l’élevage porcin sont diverses en France. Les exploitations spécialisées dans le porc sont très majoritaires. Cependant des exploitations associant des porcs et des bovins et des exploitations de polyculture-élevage sont très présentes dans certaines régions.

PDF icon 2013bpn435-roguet.pdf
2013

Effect of mixing entire males with females and slaughter strategy on behavior, growth and boar taint

Consulter le resumé

Valérie Courboulay et al., 64th EAAP, 26-30 août 2013, Nantes, France, visuels d'intervention

Management may influence behavior and growth performance of entire male, as well as boar taint risk. Two batches of 12 groups of 10 pigs each were used in a 3x2 factorial design based on group composition (10 males-M. 10 females-F. 5 males and 5 females-MF) and slaughter strategy (1 (10) or 2 (2D) departures per pen). In the 2D treatment, the four heaviest pigs (2 males and 2 females for MF treatment) were slaughtered 2 weeks before the others (22.5 weeks old). Pigs were 9 weeks old at the beginning of the experiment, Posture and behavior were recorded by scan sampling every 10 minutes during 2.5 h, every week from the fifth week before the first departure to the slaughterhouse (01). Gender of the recipient and the performer of social interactions were considered. Lesions and lameness were scored individually 1 week before D1, 1 and 2 weeks later. Data were analyzed with a mixed model or with the Kruskal Wallis test. Analyses were performed for both periods, before and after D1. Social and sexual behavior did not differ significantly between M and MF pens and were significantly more frequent than in F pens. In MF pens, more aggressions were observed between males than in any other combination (P<0.05). Siaughter strategy had no impact on social behavior after D1, but sexual behavior was significantly less performed in 2D pens, whatever the group composition. Consequently, lesion score was lower in 20 than in 10 pens, with a significant difference only in MF pens. Both factors affected boar taint components. Androstenone level in backfat was lower in males mixed with females than in single sex pens (P<0.05). Skatole level in backfat was higher for the 20 males at the second departure than for 10 males (P<0.01). Our results indicate that mixing pigs reduces boar taint and improves animal welfare in both slaughter strategies.

PDF icon Valérie Courboulay et al., 64th EAAP, 26-30 août 2013, Nantes, France, visuels d'intervention
2013

La santé animale aux Journées de la Recherche Porcine

Consulter le resumé

Quatre publications sur la pathologie respiratoire du porc. Quatre également sur les usages d’antibiotiques et leurs alternatives nutritionnelles. Et enfin, une publication sur une zoonose. Ces thèmes, abordés aux dernières Journées de la Recherche Porcine, reflètent bien les problématiques sanitaires actuelles de la filière porcine.

PDF icon techporc_hemonic_n12_2013.pdf
2013

Le "syndrome de 2ème portée" dans les élevages français : prévalence de différents profils et facteurs de risque

Consulter le resumé

Poster. A l’issue du 1er sevrage, les troubles de reproduction sont fréquents : chaleurs retardées, infertilité, baisse de la taille de portée suivante. Cette étude évalue la fréquence des différentes composantes du « syndrome de 2ème portée » et étudie les facteurs associés à son apparition, au niveau des truies et des élevages.

PDF icon boulot_poster2013jrp.pdf 11,00 €
2013

Caractériser la relation homme-animal lors des manipulations en élevage

Consulter le resumé

La qualité de la relation entre l’éleveur et ses animaux a des impacts sur le travail, les résultats de l’élevage et le bien-être des animaux. Comment l’évaluer ? Une étude a été menée à l’Ifip pour qualifier et quantifier le comportement de l’homme t des animaux dans deux situations de travail : la sortie des truies de maternité et le tri des porcs charcutiers.

PDF icon techporc_courboulay_n11_2013.pdf
2013

GTE 2012 en Bretagne : maintien des performances techniques et marge préservée

Consulter le resumé

L'année 2012 restera marquée à la fois par une nouvelle hausse du prix de l'aliment (+ 13 €/tonne) et une augmentation du prix du porc (+ 0,154 €/kg de carcasse). Le prix moyen du porc ayant progressé, il permet de préserver la marge sur coût alimentaire par truie et par an.

2013

Les performances se stabilisent

Consulter le resumé

Avec 28,8 porcelets sevrés par truie productive et par an, les résultats en maternité progressent très légèrement. Les critères de prolificité nés totaux, nés vivants et de sevrés se maintiennent en 2012. L'analyse des résultats de GTTT 2012 porte sur près de 276 000 truies issues de 1 086 élevages, soit 35 % des élevages bretons.

2013

Variability of ovulation in gilts ; associated factors and consequences on reproductive performances

Consulter le resumé

Adequate timing of insemination close to ovulation is a key determinant of reproduction performances ( Kemp and Soede, 1996). At farm level, liberal insemination strategies (>2 semen doses) are oft en recommended to compensate for variable and unknown ovulation time. Efficient prediction or control of ovulation could improve labor costs ( Soede et al. 2002). The objective of this work was to investigate factors associated with variability of ovulation in different herds and possible impacts on reproduction.
The study was performed in 4 conventional farms: 300 to 1000 sows, weaning at 3 weeks, insemination (2–4 / sow), herd fertility >85%. Measurements were performed on several batches on a total of 314 gilts and weaned sows. They included daily recordings of estrus and ovarian status using transcutaneous ultrasound technique (3.5–5 Mhz probe, Exago®, ECM). We collected information about number and timing of inseminations (AI), backfat (BF) at AI, weaning-to-estrus or last altrenogest-to-estrus intervals (gilts), parities, previous litter size or lactation duration, health status, treatments, and subsequent performances.
Results were analysed using GLM or LOGISTIQ procedures (SAS 9.2) for quantitative or qualitative data, respectively.
Within 8 days after weaning, 97.5% females exhibited estrus and ovulated, 2.5 % remained anestrus and one ovulated silently. Ovulation occurred at 76 ± 8 % of estrus duration, 44.1 ± 18.7 h aft er the onset of estrus, with large individual variations (-3 h to +105 h). Gilts had shorter estrus and ovulated earlier (p<0.01). Late weaning-to-estrus interval was associated to earlier ovulation, and shorter estrus. Weaning to estrus or last altrenogest-to-estrus intervals where the best predictors of estrus duration and ovulation time (p<0.01) in 3 of 4 farms. Previous litter size was unrelated to ovulation criteria but lactation length impacted weaning to-ovulation interval. BF at AI had no effect on sows but was related to last altrenogest-to-ovulation interval (p<0.05) in gilts. Fertility was high (83.6 to 96 % according to farms) and poorly related to ovulation criteria.
However, it increased (p<0.05) with the number of AI falling into the interval of [-24; +12 h] around ovulation.
Low BF at AI (≤13 mm) was associated with lower fertility in gilts.
Results confirmed variability of ovulation and the importance of good estrus detection procedures to adapt AI protocols. Impact of parity, BF and previous lactation should deserve further attention.

PDF icon salle2013.pdf
2013

Variability of ovulation in gilts ; associated factors and consequences on reproductive performances in 4 pig farms

Consulter le resumé

Adequate timing of insemination close to ovulation is a key determinant of reproduction performances. The objective of this work was to investigate factors associated with variability of ovulation in different herds and possible impacts on reproduction of young gilts.

PDF icon salle2013esphm3.pdf
2013

Les pratiques de réforme diffèrent-elles dans les élevages conduisant les truies gestantes en groupe ?

Consulter le resumé

Poster. La mise en groupe des truies est souvent l’occasion de modifications importantes, et amène à s’interroger sur les performances futures, en particulier la longévité et les problèmes d’aplombs. L’objectif de ce travail est d’analyser les fréquences et les causes de réforme excessives, selon les caractéristiques des élevages.

PDF icon Les pratiques de réforme diffèrent-elles dans les élevages conduisant les truies gestantes en groupe ?
2013

Le «syndrome de 2ème portée» dans les élevages français : prévalence de différents profils et facteurs de risque

Consulter le resumé

Poster. A l’issue du 1er sevrage, les troubles de reproduction sont fréquents : chaleurs retardées, infertilité, baisse de la taille de portée suivante. Cette étude évalue la fréquence des différentes composantes du « syndrome de 2ème portée » et étudie les facteurs associés à son apparition, au niveau des truies et des élevages.
PDF icon Le «syndrome de 2ème portée» dans les élevages français : prévalence de différents profils et facteurs de risque
2013

Nutrición de las cerdas de alto potencial - Feeding high potential sows

Consulter le resumé

Los conocimientos que tenemos sobre las necesidades nutricionales de la cerda son muy importantes, y es necesario utilizarlos de forma mas eficiente, transfiriéndolos del laboratorio al campo. Como complemento a esta actividad, los ensayos llevados a cabo por el IFIP se han centrado en hallar formas para mejorar el proceso de parto y la vitalidad de los lechones recién nacidos. Este articulo se basa principalmente en estos resultados. No solo importa el suministro de nutrientes, también desempena un papael fundamental la manera en que las dietas se formulan. En un contexto economico en el que precio de los piensos esta aumentando a niveles nunca vistos, determinadas materias primas que antes se ignoraban pueden mostrar su potencial. En este contexto, los ganaderos deben tener en cuenta que las cerdas no son capaces de parir un gran numéro de lechones, producir mucha leche y mantener un buen rendimiento reproductivo sin un suministro adecuado de pienso.

Available knowledge on sow's nutritional requirement is very important and they need to be used more efficiently through a transfer from research to field. In addition to this activity, trials conducted by IFIP have locused both on finding ways to enhance the farrowing process and the vitality of newborn piglets. This article relies mainly on these results.
Beside nutrient supplies, the way the diets are formulated plays alos a key role. In a economic context where feed prices are rising up to levels never seen before, disregarded feedstuffs in the past can have the opportunity to reveal their potential. In such context, farmer must keep in mind that sows are not able to farrow a lot of piglets, to produce a lot of milk and have good productive performance without a pertinent supply of feed.

2013

Elever des mâles entiers : oui, mais dans quelles conditions ?

Consulter le resumé

Jusqu'à ce jour, la plupart des connaissances disponibles sur les mâles entiers étaient issues de porcs élevés dans des conditions d'alimentation libérale, le plus souvent à sec et jusqu'à un poids standard d'abattage. Ces conditions sont loin d'être représentatives de celles observées en France. Un vaste programme de recherches a été mis en place à la station de Romillé pour répondre aux questions d'éleveurs.

PDF icon techporc_quiniou_n10_2013.pdf
2013

Pages