La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 161 à 180 de 303 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Le prix perçu par les éleveurs de porcs en Europe

Consulter le resumé

Dans des pays aux coûts de production relativement proches, le prix payé au producteur est un facteur essentiel des résultats économiques des exploitations et par-delà, de la compétitivité des filières. La France occupe une position intermédiaire parmi les principaux pays producteurs européens. Mais cette situation n'est pas figée.

PDF icon techporc_antoine_n5_2012.pdf
2012

Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE

Consulter le resumé

L’identification et le suivi des mouvements des porcins au sein de l’Union Européenne sont soumis à la réglementation communautaire qui fixe les obligations de base communes à tous les états membres. Néanmoins, chaque état a adopté des systèmes spécifiques, intégrant des exigences nationales liées à des problématiques sanitaires ou de bien-être animal.

PDF icon jrp-2013-economie08.pdf
2013

Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE

Consulter le resumé

Poster. L’identification et le suivi des mouvements des porcins au sein de l’Union Européenne sont soumis à la réglementation communautaire qui fixe les obligations de base communes à tous les états membres. Les spécificités des systèmes d’identification ont été analysées dans 4 pays. Cette étude met en évidence des tendances d’évolutions qui pourraient constituer un tournant pour l’ensemble des pays de l’UE dans les années à venir.

PDF icon Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE
2013

Systèmes de production du porc en Europe. Relations aux productions végétales. Rôle des politiques publiques

Consulter le resumé

visuel d'intervention.

PDF icon 2013rieu-roguet.pdf
2013

La compétitivité agricole du Brésil : le cas des filières d’élevage

Consulter le resumé

Le Brésil est en 2011 le second exportateur mondial de viandes (1) et fournit respectivement 70 % et 40 % des importations européennes de volailles et de boeuf (2). Par ailleurs, le Brésil n’exporte pas de viande porcine vers l’Europe mais reste un acteur de premier plan sur le marché mondial du porc. Sa compétitivité se base sur trois piliers : le coût limité des facteurs de production et des intrants, une industrie puissante et concentrée soutenue par les pouvoirs publics, et des réglementations sanitaires « à la carte ».

2013

Elevage et environnement en Allemagne: Menaces de la Commission européenne

Consulter le resumé

Dans les Länder allemands à fortes densités animales, la teneur en nitrates des eaux augmente. La Commission européenne exige que l’Allemagne durcisse fortement sa réglementation sur les engrais organiques.

Les conséquences économiques sont potentiellement très lourdes pour les élevages. Conjuguées à une opposition sociétale croissante et à l’arrivée au pouvoir des Verts en Basse-Saxe, après la Rhénanie du Nord Westphalie et le Schleswig-Holstein, elles sont de nature à freiner la croissance du cheptel porcin dans le nord-ouest du pays, après 10 ans de forte progression.

PDF icon 2013bpn433-roguet.pdf
2013

Organisation des filières porcines européennes : Différents modèles

Consulter le resumé

Les principaux pays producteurs de porcs en Union européenne ont organisé différemment leurs filières, selon leur culture et leur histoire. La coopérative, l'intégration et l'organisation libérale sont les principaux modèles qui coexistent en Europe. Ces modèles déterminent la répartition des pouvoirs entre les acteurs et impactent les stratégies de développement et les voies d''adaptation aux changements de marché ou de contexte réglementaire.

PDF icon 2013bpn434.pdf
2013

Organisation des filières porcines dans l’Union européenne

Consulter le resumé

En concurrence sur le marché européen ou mondial, les filières porcines européennes présentent des modes d’organisation et de pilotage très variables, résultats de l’histoire, de leur culture… Ces différences expliquent une partie des écarts de compétitivité entre les bassins de production porcine.

PDF icon techporc_roussillon_n13.pdf
2013

Commerce français de porc 2012 : un bilan un peu meilleur

Consulter le resumé

Le commerce français de viande de porc est excédentaire en volume mais déficitaire en valeur. Le solde négatif est de 143 millions d’euros. Les pays tiers permettent de trouver une meilleure rémunération pour certains produits et de valoriser ceux qui n’ont pas de débouché au sein de l’Union européenne.

PDF icon techporc_van_ferneij_n13.pdf
2013

Marché international du porc : Avantages et handicaps comparatifs des filières porcines françaises et européennes sur leurs concurrents

Consulter le resumé

Le déficit de compétitivité de la filière porcine française porte essentiellement sur le maillon de l’abattage-découpe, la France affichant au  niveau de l’élevage le coût de revient total le plus faible en élevage parmi les 5 principaux producteurs de porcs européens. Les facteurs en  cause sont multiples : effet de taille, investissements moindres, coût de la main d’œuvre, nature des relations entre les industriels de la  transformation et les distributeurs.

2013

Dynamiques de production et modernisation des élevages

Consulter le resumé

PDF icon 2_roguet_croissance_et_restructuration.pdf
2013

Vers une simplification des procédures d’identification des porcs

Consulter le resumé

Les systèmes d’identification et de traçabilité des porcs au sein de l’Union européenne, dont les obligations de base sont fixées par la réglementation communautaire, sont performants. Toutefois, ils diffèrent selon les états, leur contexte sanitaire et la problématique du bien-être animal.

2013

Productions animales en Asie : le risque sanitaire, donnée essentielle du marché ?

Consulter le resumé

Tous les yeux sont rivés sur la montée en puissance de l’offre chinoise en produits animaux. Celle-ci, tout comme dans les autres pays asiatiques, reste liée à la maîtrise sanitaire des élevages. Devons-nous craindre de nouvelles crises ? L’U.E peut-elle tirer partie des efforts réalisés en terme de qualité et de traçabilité ?

PDF icon 2013chaumet-2.pdf
2013

Emplettes : la Chine « achète » le monde...

Consulter le resumé

La Chine se préoccupe intensément de nourrir sa population. Avec près de 1,4 milliard d'habitants, elle compte 20% de la population mondiale.

Sa demande alimentaire va continuer à croître et se modifier principalement sous l'effet de l'augmentation du pouvoir d'achat.

Ces changements auront une incidence dans le monde entier. Ainsi, d'ores et déjà, le prix du porc dans l'UE est influencé par le niveau des achats chinois de viande.

2013

Commercialisation des porcs : intérêt des contrats à prix fixe

Consulter le resumé

Aux Etats-Unis, ainsi que dans quelques pays européens, des contrats de commercialisation des porcs à prix fixe permettent aux éleveurs de gérer leurs mises en marché ou leurs revenus. Du fait de ses caractéristiques, la production porcine française se base actuellement sur un prix spot.

PDF icon techporc_antoine_n15_2014.pdf
2014

Commerce de l’UE vers les pays tiers : La place de la Russie

Consulter le resumé

En 2013, l’UE a exporté 3 millions de tonnes de produits du porc vers les pays tiers. La Russie est la seconde destination de ces flux, essentiellement pour des pièces désossées et pour des graisses.

L’Allemagne est le premier fournisseur européen de la Russie. La France, en 5ème position, a progressé de 12% en 2013 vers cette destination.

PDF icon 2014bpn440.pdf
2014

Compétitivité des filières porcines européennes. Construction d’un indicateur de synthèse

Consulter le resumé

Poster. 

La compétitivité de la filière porcine française est mise en question depuis une décennie avec une perte de dynamisme de la production et un déficit commercial qui se creuse en valeur. Notion multifactorielle, la compétitivité ne peut cependant être mesurée de manière objective et synthétique.

La construction d’indicateurs composites non monétaires est l’une des solutions proposée par de nombreuses institutions pour mesurer des phénomènes économiques aussi complexes (Gadrey et Jany‐Catrice, 2003 ; Hatem, 2005 ; Boutaud, 2007 ; Annoni et Kozovska, 2010;). Leur intérêt réside dans leur vision globale d’un phénomène complexe (Jany‐Catrice, 2009).

Cet article présente une méthode de construction d’un indicateur synthétique non monétaire de la compétitivité des filières porcines. L’indicateur est calculé pour la France, l’Allemagne, le Danemark, les Pays‐Bas et l’Espagne, en 2011.

PDF icon Poster JRP de Marie-Alix Roussillon
2014

Compétitivité des filières porcines : élaboration d'un indicateur de synthèse

Consulter le resumé

Poster. La compétitivité de la filière porcine française est mise en question depuis une décennie avec une perte de dynamisme de la production et un déficit commercial croissant en valeur. Notion multifactorielle, cette compétitivité n’avait pas été mesurée de manière objective et synthétique. Un indicateur synthétique non monétaire de la compétitivité des filières porcines a alors été élaboré. Le calcul est effectué pour la France, l’Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et l’Espagne.

PDF icon jrp2014-ecosocio-roussillon-poster.pdf
2014

Le classement des ventes d’antibiotiques en Europe

Consulter le resumé

Dossier : santé de porcs

Le top 3 des pays avec les plus fortes ventes d’antibiotiques vétérinaires en 2011 est Chypre, l’Italie et l’Espagne. Le top 3 des pays avec les plus fortes baisses des ventes entre 2010 et 2011 est la Hongrie, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Attention, ces résultats sont à interpréter avec prudence.

PDF icon techporc_hemonic_n16_2014.pdf
2014

Indicateur de compétitivité des filières porcines européennes

Consulter le resumé

Fiche n° 4 : Economie de la filière

La perte de dynamisme de la production porcine française, depuis 10 ans, illustre la perte de compétitivité de la filière par rapport  à ses concurrents en Europe. Dans un contexte de difficultés économiques pour tous les maillons de la filière, les opérateurs ont besoin de comparer le niveau de compétitivité aux différents maillons de l’élevage à la distribution.

En 2012, le pôle économie de l’Ifip a élaboré un indicateur synthétique et innovant évaluant la compétitivité des filières porcines.

En 2013, les variables caractérisant le maillon abattage-découpe ont été complétées et objectivées.

Par exemple, l’analyse des performances industrielles des outils a été complétée par une variable sur le niveau d’automatisation. Celui-ci est évalué à partir d’enquêtes pour les 3 plus gros sites des pays étudiés, renseignant la présence de robot de découpe primaire, de robot de découpe secondaire et de stockeur dynamique.

Un thème sur les performances économiques des entreprises d’abattage-découpe a été introduit.

À partir de l’analyse du compte de résultat et du bilan des 3 premières entreprises du secteur, on évalue la rentabilité des activités, le niveau de coût du travail et des investissements.

La compétitivité est désormais évaluée au travers de 39 variables reparties en 9 thèmes. Pour les rendre comparables, chaque variable est réduite en indicateur adimensionnel, entre 0 et 1.

Le calcul pour l’année 2011 permet de réaliser une comparaison par rapport à 2010.

PDF icon fiche_bilan2013_04.pdf
2014

Pages