La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 346 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Journée technique : le Point sur les contaminants chimiques dans les viandes

Consulter le resumé

Jeudi 30 Mars 2017 à l’IFIP sur 3 sites connectés en visioconférences : 5 rue Lespagnol, Paris ou à la Motte au Vicomte, Le Rheu (35) ou 34, Boulevard de la Gare, Toulouse (31)

PDF icon voir le programme complet de la journée
2017

Consommation de viande : apports de la sociologie à l’analyse des controverses

Consulter le resumé

Boutin et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, p. 5-6

La consommation de viande est l’objet de nombreuses publications dans des journaux scientifiques ou dans les médias généralistes La base de données Europresse recense plus de 2 500 articles sur le sujet sur les deux dernières années en France. Cette dynamique est notamment portée par les questions mises en débat dans l’espace public relatives à la place des produits carnés dans notre régime alimentaire : santé, environnement, bien-être animal.... Dans le cadre du RMT « Economie des filières animales », regroupant les différents instituts techniques animaux et des chercheurs, un travail d’analyse des controverses et des critiques autour de la consommation de viande a été entrepris, avec l’appui de sociologues. Cette contribution a pour objectif de montrer comment la sociologie peut contribuer à éclairer les controverses sur la consommation de viande, par l’analyse des transformations sociales induites par celles-ci, et de présenter quels sont les travaux entrepris par le RMT. Les résultats complèteront des travaux en cours sur les controverses autour de l’élevage (Delanoue et Roguet, 2015).

ENG

Meat consumption: contribution of sociology to the analysis of controversies

Debates on meat product consumption have regularly emerged in the French society over the last decade. They involve different stakeholders (producers, meat industry, retailers, animal welfare or environmental non-governmental associations…) that exchange a set of arguments concerning the impact of livestock production and meat consumption.

In the framework of a network devoted to the economic analysis of animal product sectors, the authors carried out a general analysis of the different controversies regarding meat consumption in order to propose a mapping of the main stakeholders’ points of views. Secondly, a focus on the animal slaughtering controversy was performed. The objective of this paper was to highlight how a sociological approach can be useful for professionals to have a better understanding of the emergence and development of a controversy.

PDF icon Boutin et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France
2016

Valeurs nutritionnelles : analyses sur 10 pièces ou morceaux de découpe de porc

Consulter le resumé

Martine Carlier et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, p. 77-78

Une campagne d’analyses des paramètres de l’étiquetage nutritionnel a été réalisée sur des produits tels que préparés dans les abattoirs de porc en vue de leur utilisation dans la fabrication de produits carnés. Cette campagne permettra de disposer de valeurs communes pour les entreprises du secteur abattage-découpe et leurs clients. Cette action fait partie d’une étude plus large financée par INAPORC. Les résultats présentés ci-dessous sont les valeurs moyennes de données représentatives de la production française actuelle issues de prélèvements réalisés sur des lots « tout venant ».

ENG

Nutritional data of pork meat – analyses of 10 cuts or pieces

Useful analyses to establish nutrition labeling defined by the EU Regulation 1169/2011, energy, fat, saturated fatty acids, carbohydrate, sugars, proteins and salt were applied on 10 meat-cuts or pieces from « standard » pork carcasses chosen from three French slaughterhouses. Mean values and standard-deviation are available for stakeholders. A complementary work was necessary to get nutritional values by a calculation from generally established and accepted data, as it is defined in regulation 1169/2011 and in the respect of the UE Guide on tolerances for nutrition labeling.

PDF icon Martine Carlier et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016,Paris, p. 77-78
2016

Chumbo e cádmio, um risco controlado no gado suíno

Consulter le resumé

Eric Royer, Albéitar (ESP), 2016, n°5, septembre-octobre, p. 58-63, en version portugaise

Os riscos de contaminação por metais pesados que superam os valores máximos regulamentados para o consumos humano são escassos, mas a legislação torna-se mais rigorosa.

2016

Valeurs nutritionnelles : analyses sur 10 pièces ou morceaux de découpe de porc

Consulter le resumé

Poster.

Cette étude permet de disposer des valeurs moyennes et des écarts-types des paramètres nutritionnels du règlement UE 1169/2011 sur un ensemble de pièces et morceaux de découpe faisant l’objet d’échanges courants entre les abattoirs et leurs clients. Ces résultats constituent également, pour des produits composés élaborés à partir de viande de porc de production dite « standard », une base de travail en vue de proposer des données utilisables pour l’établissement des valeurs nutritionnelles par calcul effectué à partir de données généralement établies et acceptées, tel que prévu par le règlement. De telles valeurs devront également prendre en compte les exigences du Guide UE.

PDF icon jsmtv_2016carlier.pdf
2016

Prédire la qualité des viandes : mythe ou réalité ?

Consulter le resumé

Cécile Berri et al., Viandes & Produits carnés (FRA), novembre 2016,14 pages

Etat des lieux des avancées récentes réalisées dans le domaine de la prédiction des qualités des viandes ; réflexion sur les perspectives d’application

Cette revue a pour objectif de faire un point sur les avancées récentes obtenues dans le domaine de la prédiction de la qualité des viandes.
Elle aborde différentes démarches menées au sein des principales filières de production pour développer des équations puis des outils prédictifs basés sur différents types de marqueurs biologiques (génomiques ou phénotypiques) ou physiques (spectroscopiques). Au travers des différents exemples présentés, il apparaît que l’identification de marqueurs biologiques se confronte au déterminisme complexe des paramètres de qualité qui rend encore difficile la mise au point de tests moléculaires génériques utilisables sur le terrain. Toutefois, les avancées ont été notables ces dernières années bénéficiant des récents développements technologiques en génomique, protéomique et métabolomique. Les premières équations de prédiction de la qualité sensorielle et du potentiel technologique des viandes laissent entrevoir des possibilités d’applications dans les années à venir. Concernant la spectroscopie, les principaux résultats ont été obtenus dans le domaine de la Spectroscopie Proche Infrarouge (SPIR) avec des développements aboutis pour prédire la composition et la valeur nutritionnelle des viandes. La prédiction du potentiel technologique des viandes à l’aide de cette méthode et surtout de la qualité sensorielle est en revanche plus difficile. Enfin, l’exemple du modèle phénotypique MSA (« Meat Standards Australia ») de prévision de la qualité sensorielle de la viande bovine basée sur une combinaison de données d’amont et d’aval et dont la plus-value pour la filière a été démontrée en Australie, présente une généricité qui a déjà été éprouvée dans plusieurs pays.

ENG

Predicting quality of meats: myth or reality?

This review was aimed at providing an overview of recent advancements obtained in the field of meat quality prediction. The different methods used in the production sectors for the development of equations and the tools used based on different types of biological markers (genomic or phenotypic) or physical (spectroscopy) are discussed. Through the different examples that are presented, it appears that the identification of biological markers is confronted with the complex determinism of quality parameters. This makes the development of generic molecular tests to be used on the field even more difficult. However, in recent years, progress has been made, benefitting from genomics, proteomics and metabolomics technological developments. The first equations that predict the sensorial quality and the technological potential of meat hint to possible applications in the near future. Concerning spectroscopy, the main results were obtained using Near Infrared Spectroscopy (NIR) with developments obtained for the prediction of the composition and nutritional value of meats. The prediction of the technological potential of meats using this method and mainly the sensorial quality is, however, more difficult. Finally, the example of the MSA (« Meat Standards Australia ») phenotypic model which predicts the sensorial quality of bovine meat based on a combination of upstream and downstream data and whose added-value for the sector has been identified in Australia, presents a genericness that has already been proven in several countries.

2016

Estimation des pertes alimentaires dans la filière porcine entre la sortie de l’élevage et la commercialisation des produits

Consulter le resumé

Jean-Yves Dourmad et al., Innovations agronomiques (FRA), 2015, volume 48, décembre, p. 115-125

La réduction des pertes alimentaires constitue un enjeu majeur dans un contexte de ressources limitées et d'une demande mondiale qui s'accroit. Cette présentation rapporte les principaux résultats d'un travail consacré à l'estimation des pertes dans la filière porcine. Le premier poste de perte concerne les mortalités durant le transport et les saisies à l'abattoir. Elles représentent en moyenne 1% et elles conduisent à des sous-produits animaux "C2" destinés principalement à l'incinération. Le second poste de pertes concerne la phase de découpe de la carcasse avec des pertes de l'ordre de 1,2% transformées en sous-produits animaux "C3" utilisables pour les animaux de compagnie. On peut estimer que le cinquième quartier (sang et abats qui représentent 13% de l'animal) est utilisé à 51% pour l'alimentation humaine, dont une partie importante à l'exportation, 21% pour les animaux de compagnie, les 38% restants rejoignant le circuit des coproduits "C3" non différenciés. En France le porc est pour 75% consommé sous forme transformée avec une très grande diversité de produits de charcuterie (plus de 400). Ceci constitue un atout important pour la valorisation de l’ensemble des morceaux de découpe et des abats mais cela rend par contre très difficile l’évaluation des pertes à cette étape de la filière

Estimation of food losses along the pork production chain, from the farm to the marketing of products

The reduction of food losses is a major issue in a context of limited resources and increasing world demand. This paper reports the mains results of a study on the food losses along the French pork production chain. Mortality during transport and seized material at the slaughterhouse is a first reason for losses. These losses represent about 1% of total animals' weight leaving the farm; they are transformed in "C2" animal by-products mainly used for energy production. The losses during the cutting of the carcass are estimated to 1.2% of initial carcass weight. They are transformed into "C3" animal byproducts suitable for animal feeding, especially for pet-food. It is estimated that 51% of total offal and blood, which represents 13% of animal's weight, are used as human food and 21% for pet-food, the remaining being transformed in "C3" non-differentiated animal products. In France, 75% of the pork is consumed after processing, with a very large diversity of products (more than 400). This is a major asset for the maximal valorization of all carcass cuts and offal, but it makes it very difficult to evaluate the possible losses during their processing.

2016

Transfert d'éléments traces métalliques de l'aliment vers les tissus du porc : gestion des seuils réglementaires

Consulter le resumé

visuel de Eric Royer, présenté aux 6èmes Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016, 35 pages

PDF icon visuel de Eric Royer, 6es Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016. 35p
2016

Effects of sex and halothane gene on the pig grading prediction equations of lean meat percentage

Consulter le resumé

Abstract.

Automation of pig classification methods make it relevant to quantify the main effects influencing the prediction equations of the lean meat percentage (LM%). A representative sample of the French pig slaughtering was selected in 3 abattoirs and stratified according to sex (50% castrated males and 50% females). Carcasses were measured by 3 classification methods – CSB Image-Meater® (IM), CGM, ZP – and cooled. An ear sample was analysed for Halothane gene (Hal). The left sides were cut according to the EU procedure and the four main joints were CT scanned. Images were thresholded in order to determine lean meat weight. Among the 209 pigs, the proportions of Nn and NN alleles were respectively of 52% and 48%, leading to a well balanced design. The least squares means were calculated for the factors SEX and Hal in an analysis-of-covariance model per classification method ilcuding the corresponding fat and muscle depths as well as the interactions. Interactions were never significant. Hal effect was not significant for the CGM. The adjusted differences between females and castrated males were for the lean meat percentage predicted by CGM, ZP and IM respectively of 1.0, 1.7 and 1.8. The adjusted differences between Nn and NN alleles were for the lean meat percentage predicted by ZP and IM respectively of 1.0 and 1.3. Sex could be managed by a different intercept in the classification equations if it is considered of practical relevance. The knowledge of the bias size between Hal alleles is of interest for the pig chain stakeholders.

PDF icon abstract de Gérard Daumas et Mathieu Monziols, 66th EAAP, Varsovie, Pologne, 31 août-04 septembre 2015
2016

Valorisation des viandes odorantes des porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Fiche n° 061 : réduction des coûts d'élevage

En Europe, 28 % des éleveurs ne castrent plus les mâles avec un fort développement en Hollande, Allemagne et France entre 2009 et 2014 puis une stabilisation en 2015. La déclaration de Bruxelles signée par les principaux pays producteurs début 2011 visait l’arrêt de la castration en 2018 sous conditions. 24 % des producteurs en France produisent des mâles entiers fin 2015 (12 % des carcasses sur le marché, le groupe Cooperl principalement qui a stabilisé sa production de mâles entiers à 80 % de ses éleveurs).
En Europe, la Belgique développe une autre alternative « l’immunocastration » ainsi que l’Espagne sur des marchés de niche. L’intérêt économique
cité par ces pays s’établirait à 5 à 7 € par porc mâle entier avec une tendance récente des abattoirs à diminuer le prix d’achat : de 2 à 3 €/porc fin 2014, voire plus fin 2015. En 2015, L’Espagne au travers sa recherche, a mis en évidence que même sur des porcs mâles entiers plus légers de 80 kg carcasse, il était important de détecter les carcasses odorantes à l’abattoir (Source Centre de recherche IRTA). L’Allemagne et les Pays Bas semblaient faire une pause dans leur développement en 2015 (80 et 20 % des élevages respectivement ayant arrêté de castrer). Fin 2015, une augmentation de la production de mâles entiers semble s’opérer en Allemagne sous la demande des supermarchés et discounters. L’évolution d’ici 2018 des choix pris par chaque pays et les prix payés à la production sont 2 éléments majeurs du marché auquel il faudra être attentif. En 2014, l’IFIP avait participé aux appels d’offres Européens de la DG SANCO sur les attentes consommateur et la détection des carcasses odorantes dans le monde (CAMPIG et BOARCHECK). Les résultats ont été publiés en France et en Europe en début 2015. En 2015, l’IFIP s’est inscrit dans 3 appels d’offres lancés par la DG SANCO sur la période 2015-2018. La détection rapide des carcasses odorantes à l’abattoir reste un sujet d’intérêt majeur pour l’IFIP. Ces méthodes pourront d’ailleurs être utilisées en sélection génétique ou toutes autres études faisant le lien entre les conditions d’élevage et de préparation des porcs à l’abattoir et la fréquence de risque de carcasses odorantes.

PDF icon fiche_bilan2015_061.pdf
2016

Prix et marges en 2015 : différences et similitudes dans les filières viande

Consulter le resumé

Suivant la tendance de 2014, l’année 2015 a été marquée par un recul général des prix agricoles.
Selon l’Observatoire des prix et de marges, la part de la matière première « viande » dans la valeur des produits finis des filières animales a globalement reculé, alors que les prix à la consommation ont peu évolué. Les comptes de la grande distribution montrent par ailleurs des situations très diverses selon les rayons.

PDF icon Synthèse du mois de juillet-août de Vincent Legendre
2016

Alternatives aux produits chimiques utilisés pour le nettoyage et la désinfection dans les ateliers de transformation

Consulter le resumé

Fiche n° 025 : maîtrise des qualités sanitaires des produits

Les opérations de nettoyage et désinfection sont un prérequis indispensable au plan de maîtrise sanitaire de chaque établissement. Leur mission est de garantir la mise à disposition d’outils et d’équipements propres et sains pour garantir la sécurité sanitaire et la salubrité des produits mis sur le marché.
Ces opérations sont d’importantes consommatrices d’eau et font appel le plus souvent à l’usage d’agents chimiques plus ou moins toxiques pour le
personnel et l’environnement. Les industriels ont aujourd’hui l’obligation d’optimiser leur processus de nettoyage et désinfection pour évoluer d’un processus efficace vers un processus efficient tant d’un point de vue économique qu’écologique. En parallèle, la mise en place ces dernières années de la réglementation communautaire concernant les détergents et les biocides les pousse à se tourner rapidement vers des technologies plus « vertes ».
Aussi, le développement de techniques alternatives, sans utilisation d’agents chimiques et/ou permettant une réduction de la consommation en eau est en plein développement. Leur application et leur efficacité en conditions industrielles restent cependant à mesurer.
Ce travail avait pour objectif de recenser les technologies alternatives ou complémentaires à l’utilisation de produits chimiques pour la réalisation
 des opérations de nettoyage et désinfection dans l’industrie agroalimentaire, et notamment en filière viande.

PDF icon fiche_bilan2015_025.pdf
2016

Variabilité de la composition des pièces de découpe mesurée par tomographie à Rayons X

Consulter le resumé

Fiche n° 026 : classification des pièces et des carcasses

Le marché de la viande de porc est séparé aujourd’hui entre la filière amont qui est rémunérée à la carcasse à l’abattoir et la filière aval qui achète désormais majoritairement des pièces aux abattoirs. Le classement des carcasses payées à l’éleveur sur le poids et le TMP ne reflète que la diversité de composition des carcasses.
De plus, la pression sur le TMP tend, mécaniquement, à faire diminuer cette diversité. L’objectif étant de fournir à l’abattoir des animaux dans la gamme de poids et avec les TMPs les plus rémunérateurs.
La variabilité des TMPs mesurés ne reflétant que la variabilité de la composition corporelle des carcasses, la variabilité de composition corporelle des pièces de découpe n’est pas mesurée.
Or la filière aval nécessite, en accord avec la diversité de ses produits, une certaine variabilité au niveau de la composition des pièces achetées.
L’objectif de cette étude était, à partir de données mesurées au scanner RX sur des pièces de découpe, lors de différentes études menées par l’IFIP de donner un aperçu de la variabilité de la composition corporelle des pièces de découpe.

PDF icon fiche_bilan2015_026.pdf
2016

Consumers' segmentation based on the acceptability of meat from entire male pigs with different boar taint levels in four European countries: France, Italy, Spain and United Kingdom

Consulter le resumé

Two consumer studies were conducted to know the acceptability of pork with different boar taint levels: test 1 performed in Spain (n = 126) and United Kingdom (n = 146), and test 2 performed in France (n = 139) and Italy (n = 140). Each test had 3 types of pork: ‘Female meat’, ‘Low boar tainted meat’, and a third type was ‘Medium boar tainted meat’ or ‘High boar tainted meat’. Three main clusters were identified on the basis of ‘How delicious do you find this meat?’: 1—Pork lovers, 2—Boar meat lovers, 3—Reject boar tainted meat. Additionally, in test 2, a fourth cluster was identified: ‘Reject low tainted meat’. A group of 16.2–38.2% of consumers rejected meat from boars, and another group of 12.4–21.7% rated the meat with medium or high levels of boar taint better than the meat from females, identifying a niche for meat from medium and high levels of boar taint, and suggesting the need to select carcasses on the basis of boar taint.

2016

Comparison of national ZP equations for lean meat percentage assessment in SEUROP pig classification

Consulter le resumé

The objectives of the present work were (1) to compare pig carcass classification using different ZP (“Zwei-Punkt-Messverfahren”) equations approved in the EU, applied on the same dataset, and to discuss the origin of differences between member states; (2) to evaluate the effect of a possible common ZP equation from the combined dataset and analyse how do the different subsets perform; and (3) to discuss the consequences of different national equations within the EU in view of the harmonization of pig carcass classification. A dataset of 951 carcasses from Belgium, France, Germany, Slovenia and Spain was used, 12 approved ZP equations in Europe were applied and the results were compared. Observed differences can be due not only to differences in genetics and sexes, but also to differences in the ZP measurement and dissection trials performed to obtain national equations. Important differences between some equations (up to almost 5 lean meat percentage) indicate a low harmonization among them and a need for improvements.

2016

Noircissement des os : évaluation du raidissage et du tranchage des carrés de porc / Bone darkening: A study of surface cooling and slicing of pork loin

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 37-44 - La revue R&D de la filière porcine française

L’oxydation de la moelle osseuse des côtes de porc en UVCI génère un phénomène de ternissement, voire de noircissement, des os lors de la conservation. Cette altération de la couleur occasionne des méventes en GMS. L’ajout d’antioxydant n’étant pas autorisé,
les ingénieurs de l’Ifip ont orienté leurs recherches sur la modulation des paramètres de raidissage et de tranchage des carrés de côtes. Quatre modalités de raidissage et trois modalités de tranchage (type de lame et niveau d’affûtage) ont été expérimentées. L’évolution de la couleur des os a été suivie pendant 11 jours, par évaluation sensorielle et par mesures colorimétriques. Les résultats obtenus par l’Ifip permettent d’identifier un raidissage optimum des carrés de côtes de porc : refroidissement à -5°C pendant 2 heures. Côté tranchage, le changement des paramètres n’a pas eu d’effet sur la fréquence d’apparition du défaut. Une phase de validation en atelier de découpe industriel montre que ce raidissage optimum permet d’obtenir un pourcentage de côtes de porc commercialisables de 100% après 4 jours de conservation, 95% à J+6 et 84% à J+8.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Aptitude technologique de la longe pour une transformation en salaison : identification des principaux prédicteurs du rendement technologique et tranchage / Technological processability of pork loin for meat-curing: The big predictors of technogical yield

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 45-55 - La revue R&D de la filière porcine française

La longe cuite tranchée en libre service est un produit à potentiel de croissance. Les transformateurs ont besoin de références techniques. Le modèle du jambon cuit est peut-être transposable à la transformation de la longe, mais les spécificités de celle-ci impliquent de réévaluer l’impact des critères de qualité technologique sur les rendements de transformation et les défauts musculaires. L’IFIP a étudié les relations entre les mesures de qualité de la longe et les rendements de fabrication. L’aptitude à prédire la qualité de la viande par spectroscopie visible proche infrarouge a également été testée. Une cartographie anatomique de ces relations a été proposée. Le pH ultime montre des relations permettant de prédire le rendement technologique et la spectroscopie proche infrarouge a montré une meilleure aptitude à la prédiction du rendement technologique que le pH. Cette étude a révélé qu’environ 30% des longes portaient un défaut de structure musculaire de type « pommade » comme sur le jambon cuit, surtout localisé dans le tiers antérieur de la longe.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Améliorer la qualité sensorielle des viandes fraîches de porc par un tri sur la variabilité du gras intramusculaire de la longe / Improving the sensory quality of fresh pork meats by sorting based on variability in the intramuscular fat of loin

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 29-35 - La revue R&D de la filière porcine française

Cette étude fait le constat en France que les longes de porc sont très peu persillées (peu de gras intramusculaire). Selon la saison, entre 5 à 15 % des longes présentent une note de persillé supérieure ou égale à 3 sur la grille visuelle de notation américaine NPPC (échelle de 1 à 10). Un jury expert retrouve visuellement cette échelle de notation du persillé sur la côte présentée en frais. On observe une amélioration gustative très sensible à mesure que les longes passent des notes 1 et 2 à la note 3 (la lipidité en bouche augmente de façon significative, la jutosité et la flaveur ne sont pas significativement augmentées cependant). Faute de longes en note 4 et plus (grille NPPC), nous n’avons vraisemblablement pas pu exprimer un effet marqué du gras persillé sur une perception gustative très supérieure par le jury expert. Les notes sensorielles attribuées par le jury expert sont faibles sur une échelle de 0 à 10, signe que la qualité sensorielle n’est pas mise en avant aujourd’hui dans la filière française, au profit de la qualité nutritionnelle et visuelle pour le consommateur (absence de gras et couleur homogène de la longe). L’utilisation de la technologie NIR (sonde proche infrarouge) mise au point par l’IFIP pour trier les longes les plus persillées en salle de découpe est prometteuse moyennant des adaptations.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Production porcine dans l'UE : chiffres clés (septembre 2015) - EU pig production: key figures (September 2015)

Consulter le resumé

Production porcine dans l’UE : chiffres clés
EU pig production: key figures

Présentation générale - General information

Union européenne : cheptel porcin en 2014 - European Union: 2014 pig herd

Bilans d'approvisionnement porcin en 2014 - Pig supply balance, 2014
Autoapprovisionnement - Self-sufficiency
Consommation par habitant - Per capita consumption

Commerce intra-communautaire (UE à 28) de viandes, produits et sous-produits de porc en 2014 - EU 28 (intra EU trade), pork meat, products and by-products in 2014
Exportations de viandes, produits et sous-produits de porc des pays de l’UE vers les pays tiers en 2014 - EU 28 exports (extra EU trade), pork meat, products and by-products in 2014

PDF icon Production porcine dans l'UE : chiffres clés (septembre 2015) - EU pig production: key figures (September 2015)
2015

Nirs prediction of intramuscular fat content of pork loins : effect of the acquisition surface

Consulter le resumé

The objective of this study was to develop calibrations for the prediction of intramuscular fat content of pork loins, based on visible + near infrared spectroscopy (350-1800nm) measured on ungrounded muscle. A total of 100 loins were randomly selected, intramuscular fat level was graded using the NPPC scale and spectrums were acquired at the center of the sample (bone in pork chop located at the last rib level). Two kind of spectrums were acquired on loins and included in the calibration data sets: single spectrums and averaged spectrums (4 adjacent spectrums). The reference intramuscular fat content of the samples was determined by chemical analysis. Calibration by cross-validation showed a satisfying accuracy for the single spectrum database (R²c=0.74) and more precise results for averaged spectrums (R²c=0.85). External validation results (n=26) revealed a sharp decrease in the correlation between observed/predicted intramuscular fat (r=0.46, single spectrum database), but a better accuracy was obtained with averaged spectrums (r=0.58). These data are consistent with the strategy of developing a dedicated probe with a larger measurement window.

PDF icon vautier2015icomst.pdf
2015

Pages