La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 21 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Covid-19 : les porcs non réceptifs

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 58

Trois études, publiées en avril 2020, concluent sur la non-réceptivité des porcs au coronavirus responsable de la Covid-19 chez l’homme.

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc/ Tech Porc, 2020, n° 281, septembre, p. 58
2020

Evaluation de la séroprévalence vis-à-vis du virus de la Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) dans les élevages de sélection et de multiplication en France en 2018

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster

Poster.

En France, quatre cas de DEP moyennement virulente ont été déclarés en 2014 et 2017 et une enquête sérologique réalisée en 2018 a montré que la séroprévalence du virus de la DEP en élevages de production était inférieure à 0,6 % . L’objectif de cette étude est d’estimer la séroprévalence de la DEP dans les élevages de sélection et de multiplication.

PDF icon Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, poster
2020

Evaluation de la séroprévalence vis-à-vis du virus de la Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) dans les élevages de sélection et de multiplication en France en 2018

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 277-278, poster

Poster.

La Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) est classée en fonction de sa virulence en deux types de souches, les premières hautement virulentes, dites « non InDel », et les secondes moyennement virulentes, dites « InDel ». La DEP hautement virulente est apparue fin 2010 en Chine puis a gagné les EtatsUnis, le Canada et l’Amérique du sud en 2013. Des cas de DEP moyennement virulente ont été décrits dans plusieurs pays de l’Union Européenne depuis 2014. En France, quatre cas de DEP moyennement virulente ont été déclarés en 2014 et 2017 (Rose, 2018). La France est le seul pays Européen où la DEP est réglementée et soumise à déclaration. L’Arrêté Ministériel du 4 mai 2017 la classe en danger sanitaire de première catégorie (souches non InDel) ou deuxième catégorie (souches InDel) et rend obligatoire la déclaration de tout cas de DEP. En 2018, l’enquête sérologique en élevages de production réalisée par l’Association Nationale Sanitaire Porcine (ANSP) a montré que la prévalence de la DEP en France était inférieure à 0,6 % (Corrégé et al., 2018). L’objectif de cette étude est d’estimer la séroprévalence vis-à-vis du virus de la DEP dans les élevages de sélection et de multiplication en France.

ENG

Evaluation of seroprevalence against PEDV in selection and multiplication pig farms in France in 2018

Poster.

Four cases of porcine epidemic diarrhea (PED) were detected in France from 2014-2017 caused by moderate pathogenic “S-InDel” PEDV strains. A national serological survey shows that the PED virus (PEDV) prevalence in France in 2018 in pig production farms is less than 0.6%. The objective of this study was to estimate the serological prevalence of the PEDV in selection and multiplication farms in France. Blood samples (10 samples/farm) were collected from 212 selection and multiplication farms. Each serum was analyzed with the ELISA IDScreen® PEDV spike competition (PEDV Elisa). Overall, 0.56 % of the sera analyzed with PEDV Elisa (n=2 177) tested positive. This rate is similar to the false-positive rate related to the specificity of the test (99.4%). Also, 3.7% of the farms had one serum positive with PEDV Elisa. In each herd, no PED typical clinical signs were reported at the time of sampling. The nature of the results, knowledge of the disease (high contagiousness) and the absence of PED cases in selection and multiplication farms in France allows for the conclusion that the positive results are false positives inherent to the analysis methods and to the extremely low prevalence of PEDV in France. 

PDF icon Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 277-278, poster
2020

Interaction of swine influenza A virus infection with PRRS MLV vaccination in piglets

Consulter le resumé

Patricia Renson (Ifip et Anses) et al., 11th European Symposium of Porcine Management (ESPHM), 22-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas

Swine influenza A virus (swIAV) is a major respiratory pathogen frequently circulating after weaning, a period commonly used to implement PRRS MLV vaccination in piglets. SwIAV infection was previously shown to induce a strong IFN? response. A recent study also showed that IFN? could abrogate the replication of a PRRSV-2 MLV and the inherent immune response.

PDF icon Patricia Renson (Ifip et Anses) et al., 11th ESPHM, 22-23-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas
2019

Evaluation of Porcine Epidemic Diarrhea virus (PEDV) seroprevalence in France in 2018

Consulter le resumé

Roxane Rossel (Ansp) et al., 11th European Symposium of Porcine Management (ESPHM), 22-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas, poster

In France, four cases of porcine epidemic darrhea (PED) were delected from 2014 to 2017, caused by moderate pathogenic "S-InDel", PEDV strians. PED is notifiable in France and no case caused by "S-non-InDel" PEDV strains that are highly pathogenic have been reported to date.

A national serological survey was implemented in 2018 to assess the PEDV/prevalence in order to evaluate if PEDV strains have been circulating without evidence of clinical signs on animals in herds.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

PRRS post-vaccinal immune response to MLV in PRRS multivaccinaled sows

Consulter le resumé

Christelle Fablet (Anses) et al., 11th European Symposium of Porcine Management (ESPHM), 22-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas

PRRS MLV vaccines are used to prevent reproductive disorders due to PRRSV in sows. Vaccine efficacy was proven only in sows vaccinated once or twice. In vaccinated herds, sows receive multiple vaccine boosters. To date, no data are available on the maintenance of PRRS immunity during these multiple revaccinations.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Guide de Bonnes Pratiques de biosécurité pour le transport des porcs

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 104
2019

A field recombinant strain derived from two type 1 porcine reproductive and respiratory syndrome virus (PRRSV-1) modified live vaccines shows increased viremia and transmission in SPF pigs

Consulter le resumé

Julie Eclercy et al., Viruses, 2019, 23 mars, volume 11, n° 3, 13 pages

In Europe, modified live vaccines (MLV) are commonly used to control porcine reproductive and respiratory syndrome virus (PRRSV) infection. However, they have been associated with safety issues such as reversion to virulence induced by mutation and/or recombination. On a French pig farm, we identified a field recombinant strain derived from two PRRSV-1 MLV (MLV1). As a result, we aimed to evaluate its clinical, virological, and transmission parameters in comparison with both parental strains. Three groups with six pigs in each were inoculated with either one of the two MLV1s or with the recombinant strain; six contact pigs were then added into each inoculated group. The animals were monitored daily for 35 days post-inoculation (dpi) for clinical symptoms; blood samples and nasal swabs were collected twice a week. PRRS viral load in inoculated pigs of recombinant group was higher in serum, nasal swabs, and tonsils in comparison with both vaccine groups. The first viremic contact pig was detected as soon as 2 dpi in the recombinant group compared to 10 and 17 dpi for vaccine groups. Estimation of transmission parameters revealed fastest transmission and longest duration of infectiousness for recombinant group. Our in vivo study showed that the field recombinant strain derived from two MLV1s demonstrated high viremia, shedding and transmission capacities.

https://www.mdpi.com/1999-4915/11/3/296/pdf

2019

High load of hepatitis E viral RNA in pork livers but absence in pork muscle at French slaughterhouses

Consulter le resumé

International Journal of Food Microbiology, 2018, volume 264, janvier, p. 25-30, par Carole Feurer et al.

L’IFIP (Carole Feurer), l’INRA et l’AREPSA ont publié un article sur la charge virale de l’hépatite E dans les foies et muscles de porc dans l’International journal of food microbiology.

Cette étude avait pour but de déterminer la prévalence du virus de l’hépatite E (VHE) dans les muscles du jambon au moment de l’abattage, de façon à évaluer s’il existe un risque pour la contamination humaine par la consommation de jambon sec. C’est la première fois qu’une étude analysait plus de 1000 échantillons appariés de sang, muscle et foie dans un abattoir français. Même si 2,8 % des foies étaient contaminés, aucun muscle de jambon n’était positif pour la présence du virus. Le risque de contamination humaine par VHE via la consommation des muscles du jambon est donc limité.

https://archimer.ifremer.fr/doc/00405/51647/52196.pdf

ENG

Pork ham muscle can be contaminated with HEV via blood vessels during viremia and represents a possible source of human contamination via the consumption of dried ham. This study evaluated the prevalence of HEV RNA in pork ham muscles and pork livers at slaughterhouses. Serology was determined on the corresponding serum samples. The apparent individual seroprevalence rate in the 49 pig farms studied was 59% [55.5%-61.4%]. None of the 1134 ham muscles tested was positive for the presence of HEV. HEV prevalence in paired liver samples was 2.8% with a level of contamination of up to 1.46 108copies/g. Sequences of viral strains isolated from positive livers belonged to genotype 3 and subtypes 3c, 3e, 3f and 3j. Our results confirmed that raw pork liver food products are a source of risk for humans but they also showed that there is a limited risk of human infection by HEV through the consumption of ham muscle.

https://archimer.ifremer.fr/doc/00405/51647/52196.pdf

2018

Impact de la vaccination des porcelets vis-à-vis du PCV2 sur les performances des porcs en croissance dans un contexte subclinique

Consulter le resumé

L’objectif de cet essai est d’étudier l’impact, sur les performances des porcs en engraissement, de la vaccination vis-à-vis du PCV-2 des truies et des porcelets, en comparaison à la seule vaccination des truies, dans un contexte subclinique et en lien avec la circulation démontrée du virus.

PDF icon correge2014.pdf
2014

Thermal inactivation of infectious Hepatitis E virus in experimentally contaminated food

Consulter le resumé

Hepatitis E virus (HEV) infection of zoonotic origin is an emerging concern in industrialized countries. In the past few years, several cases of zoonotic hepatitis E have been identified and the consumption of food products derived from pork liver have been associated with clusters of human cases. More specifically, raw or undercooked pork products have been incriminated. Few data on the effect of heating on HEV inactivation in food products are available.
2012

Impact des procédés de cuisson sur le devenir du virus de l'hépatite E. Evaluation du pouvoir infectieux résiduel par bio-essai

Consulter le resumé

Le virus de l’hépatite E (VHE) est responsable chez l’homme, d’hépatites aiguës à transmission entérique dans les régions où il est endémique et de cas sporadiques en régions non endémiques (cas de la France). Ce virus est présent chez de nombreuses espèces animales et le porc est son principal réservoir animal. Lorsque l’animal est infecté, l’organe cible est le foie. En France, au moment de l’abattage, le VHE peut être retrouvé dans les foies, avec une prévalence de 4% (résultats d’une étude récente financée par l’ANR).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2010

Virus et produits carnés : Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes.

Consulter le resumé

Quels que soient les pays, les virus les plus impliqués dans les cas de toxiinfections alimentaires transmises par ingestion d’aliments contaminés sont l’hépatite A, les norovirus et les rotavirus. Le principal risque reste la consommation de produits crus ou mal cuits manipulés sans précautions d’hygiène par une personne infectée.

Le principal virus à risque en filière porcine reste le virus de l’hépatite E pour lequel une transmission directe du porc à l’homme a été démontrée.

PDF icon Virus et produits carnés : Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes.
2010

Synthèse de quelques travaux présentés lors du 21ème congrès vétérinaire de l'IPVS

Consulter le resumé

Cette synthèse est une sélection de présentations intéressantes pour leur caractère innovant, la pertinence des questions posées et les implications pratiques en élevage apportées par les conclusions.

La consultation du proceeding complet est possible sur le site : http://www.ipvs2010.com

Lors de ce congrès, l’Ifip a présenté 3 publications.
PDF icon tp4hemonic10.pdf
2010

Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes

Consulter le resumé

Quels que soient les pays, les virus les plus impliqués dans les cas de toxiinfections alimentaires transmises par ingestion d’aliments contaminés sont l’hépatite A, les norovirus et les rotavirus. Le principal risque reste la consommation de produits crus ou mal cuits manipulés sans précautions d’hygiène par une personne infectée.

Le principal virus à risque en filière porcine reste le virus de l’hépatite E pour lequel une transmission directe du porc à l’homme a été démontrée.
PDF icon Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes
2009

Contamination : Les micro-organismes pathogènes en agro-alimentaire

Consulter le resumé

Provoquant des dégradations organoleptiques ou nutritionnelles des aliments ou, plus grave, des intoxications ou intoxinations, les micro-organismes influant de manière négative sur les aliments sont nombreux et variés.

Tour d'horizon des bactéries, virus et autres micro-organismes pathogènes ou d'altération.
2009

Les virus dans les denrées alimentaires : un nouveau défi pour les laboratoires

Consulter le resumé

PDF icon Les virus dans les denrées alimentaires : un nouveau défi pour les laboratoires
2007

Evaluation du risque viral associé à la consommation de produits à base de porc

Consulter le resumé

Jusqu’ici mal appréhendés, quels que soient les pays, les risques liés aux virus transmissibles par voie orale ont une prévalence certainement significative dans les toxi-infections alimentaires non identifiées, prévalence confirmée par des données épidémiologiques récentes. Les virus entériques généralement les plus impliqués dans les cas d’infections transmises par ingestion d’aliments ou d’eau contaminés sont l’hépatite A, les norovirus et dans une moindre mesure, les rotavirus.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2007
Surveillance des lésions pulmonaires à l’abattoir

Surveillance des lésions pulmonaires à l’abattoir

Consulter le resumé

L’intérêt des observations pulmonaires à l’abattoir, les méthodes de notation de la pneumonie, exemples et interprétations de notations de poumons. Les autres lésions de l’appareil respiratoire.



Édition 2003 - Dépliant de 6 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2003
S.D.R.P - Savoir le reconnaître et le maîtriser

S.D.R.P - Savoir le reconnaître et le maîtriser

Consulter le resumé

Informations pratiques pour techniciens et éleveurs. Historique de la maladie et caractéristiques du virus, mode de diffusion. Symptômes et pertes économiques. Voies de contaminations et mesures de prévention. Dépistage et stratégies de lutte selon la situation régionale.



Édition 1999 - Plaquette Ifip, Coop de France, FNGDS, ASAMIP, AFSSA - 4 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

Pages