La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 301 à 320 de 1595 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année

Promotions sur le porc frais : les prospectus à la loupe

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 11-12, par Vincent Legendre

L’analyse des prospectus permet de mieux comprendre les caractéristiques des pratiques promotionnelles : saisonnalité, circuits de distribution concernés, typologie des produits par tranche de prix, etc. En janvier 2015, plus de 50 % des promotions sur le porc frais ont été réalisées en dessous de 3 €/kg, contre seulement 3 % en juillet.

PDF icon Tech Porc (FRA), 2017, n° 34, mars-avril, p. 11-12, par Vincent Legendre
2017

Projet Innovant et Collaboratif d’Amélioration de la Recyclabilité des Emballages de Charcuterie : PICAREC

Consulter le resumé

Arnaud Bozec, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 92

A l’heure actuelle, les emballages de charcuterie ne sont pas intégrés dans une filière de recyclage.

C’est un manque à gagner certain dans un objectif national de massifier les flux post-consommateur d’emballages alimentaires en plastique vers les filières de recyclage existantes. Les professionnels du secteur sont motivés pour identifier des solutions permettant de rendre leurs emballages plus recyclables.

OBJECTIF 1

Développer des solutions concrètes afin d’améliorer la recyclabilité des barquettes de charcuterie et travailler plus particulièrement sur :

Le film inférieur : lever les freins techniques pour permettre la massification du déploiement du film MonoAPET inférieur

Le film supérieur : développer un film supérieur soudable sur du monoAPET, facilement et totalement pelable par le consommateur afin de ne pas perturber le recyclage du film inférieur en Mono APET

Le film supérieur : développer un film supérieur en monoAPET soudable sur du monoAPET et qui ne perturbe pas le recyclage en fin de vie de l’emballage.

PDF icon Arnaud Bozec, Bilan 2016, mai 2017, p. 92, fiche n° 53
2017

Projet européen EUPIGCLASS

Consulter le resumé

Le paiement des producteurs de porcs dans l’UE est basé sur une référence commune.

Mais l’obtention de cette référence est coûteuse et les méthodes actuelles d’estimation comportent différents types d’instruments, caractérisés par une précision et une technologie différentes.

L’objectif est d’améliorer les procédures statistiques et d’évaluer de nouvelles technologies pour le calibrage, le test et le contrôle du classement des carcasses de porc, afin d’atteindre un haut niveau de standardisation dans l’UE.
PDF icon Projet européen EUPIGCLASS
2000

Projet d’amélioration de la recyclabilité des emballages de charcuterie : Picarec

Consulter le resumé

Arnaud Bozec, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 88

Les industriels de la charcuterie se mobilisent avec la Fict et l’Ifip pour rendre leurs emballages plus recyclables. Dans le cadre d’un appel à projets de l’organisme Eco-emballages, de nouveaux films en PET ont été étudiés pour remplacer les films constituant les barquettes et les opercules et pouvoir intégrer une filière de recyclage des plastiques. Ces emballages de jambons ou de pâtés ont été testés, avec la collaboration de cinq fabricants de charcuteries.

PDF icon Arnaud Bozec, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 88, fiche n° 48
2018

Profils d'élevage de porcs aux coûts de production les plus faibles : situation en France, comparaisons internationales, perspectives

Consulter le resumé

L’étude montre que les profils d’élevage ayant les plus faibles coûts de production se situent, pour 2000, à 1,09 €/kg carcasse.

Cinq profils ont été caractérisés.

Profil 1 : coût moyen sur tous les postes grâce à de bonnes performances techniques, profil 2 : prix très faible de l’aliment

sevrage vente, souvent fabriqué à la ferme,

profil 3 : coût total de main d’oeuvre le plus faible du fait d’une bonne productivité

du travail, mais aussi par une mise en pension d’animaux,
PDF icon Profils d'élevage de porcs aux coûts de production les plus faibles : situation en France, comparaisons internationales, perspectives
2003

Produits de porc en Restauration Hors-Foyer : des opportunités de développement

Consulter le resumé

Les produits de porc totalisent environ le quart des volumes de produits carnés achetés par la restauration. Appréciés pour leurs prix compétitifs et leur facilité d’utilisation, ils souffrent cependant d’une image nutritionnelle perfectible et se heurtent à des interdits religieux.
PDF icon bp2010n396.pdf
2010

Produits de nettoyage et désinfection : détecter des résidus sur les surfaces de travail

Consulter le resumé

Pour réduire la contamination du produit alimentaire (comme la viande de découpe) par des molécules chimiques utilisées dans les traitements de sanitation, il est important d'effectuer des rinçages après un nettoyage et/ou une désinfection des surfaces de travail. Différentes techniques de recherches des résidus chimiques sont testées, dans les eaux de rinçage ou directement sur les surfaces. La spectrométrie UV permet de détecter de faibles quantités de résidus. Les méthodes directes sont les plus efficaces.
PDF icon Produits de nettoyage et désinfection : détecter des résidus sur les surfaces de travail
1998

Produit à base de viandes ou préparations de viandes ? Caractérisation et modification de la structure cellulaire de la viande en fonction de son traitement.

Consulter le resumé

La discrimination entre les produits à base de viande et les préparations de viandes repose sur la réglementation européenne et française.

Ces textes réglementaires font une différenciation entre ces deux types de produits sur la base de notion du "traitement insuffisant pour modifier à coeur la structure cellulaire de la viande".

Par conséquent, un produit carné dont la structure cellulaire n'est pas modifiée par le traitement de fabrication est considéré comme une préparation de viande.
PDF icon Produit à base de viandes ou préparations de viandes ? Caractérisation et modification de la structure cellulaire de la viande en fonction de son traitement.
1999

Produire et commercialiser des porcs en circuits courts. Organisation et performances

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude était d’évaluer les performances technique, économique, sociale et environnementale des ateliers porcins pratiquant la vente en circuits courts en vue de favoriser le développement des circuits courts de commercialisation. Le traitement des données issues de l’échantillon de 115 exploitations s’est basé sur une analyse approfondie des différentes étapes de production.
.Les résultats présentés dans ce document s’intègrent dans le cadre d’une étude plus large intitulée « Elaboration d’un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale et favoriser le développement des circuits courts de commercialisation », projet lauréat CASDAR 2010.
Ce projet a réuni 61 partenaires dont 11 contributeurs en continu sur l’ensemble du programme : CERD, FNAB, Institut de l’Elevage, IFIP, ITAVI, TRAME, FRCIVAM Bretagne, APCA/RESOLIA, CRA Rhône Alpes, INRA UMR Cesaer/AgroSup Dijon, INRA UMR Innovation.

PDF icon Brochure de 24 pages. Attention, veuillez patienter pendant toute la durée du téléchargement
2014

Productivité du travail en élevage porcin : comparaison européenne et facteurs de variation

Consulter le resumé

Poster. Le travail est une composante importante, économique et sociale, des élevages porcins et un élément déterminant de leur évolution structurelle. Le temps passé par truie est très variable entre élevages (CV de 40 % contre 11 % pour le nombre annuel de porcs produits par truie et 6 % pour l’indice de consommation ou la vitesse de croissance). Comme facteur de production, le travail a été beaucoup moins optimisé que les animaux, l’aliment ou le bâtiment.
PDF icon Productivité du travail en élevage porcin : comparaison européenne et facteurs de variation
2011

Productivité du travail en élevage : écarts importants dans l’UE

Consulter le resumé

Les écarts de productivité du travail sont importants en élevage porcin. Ils offrent un avantage concurrentiel aux plus efficaces car, statistiquement, moins de temps passé ne signifie pas de moindres performances zootechniques. Comment se situe la France par rapport à ses principaux concurrents européens ?
PDF icon bp2011n407.pdf
2011

Productions animales en Asie : le risque sanitaire, donnée essentielle du marché ?

Consulter le resumé

Tous les yeux sont rivés sur la montée en puissance de l’offre chinoise en produits animaux. Celle-ci, tout comme dans les autres pays asiatiques, reste liée à la maîtrise sanitaire des élevages. Devons-nous craindre de nouvelles crises ? L’U.E peut-elle tirer partie des efforts réalisés en terme de qualité et de traçabilité ?

PDF icon 2013chaumet-2.pdf
2013

Production porcine mondiale : qu'attendre de 2008 ?

Consulter le resumé

Pour chaque région porcine dans le monde, l'année 2008 dépendra beaucoup des courants d'échanges et de la compétition sur les marchés importateurs.
2008

Production porcine mondiale : face à la crise

Consulter le resumé

Près de 95% de la production porcine mondiale sont réalisés dans 13 pays ou zones de libre-échange. Les volumes correspondant auraient diminué de 4% entre 2006 et 2007. Une petite reprise est attendue en 2008, mais la hausse du coût des matières premières pourrait avoir des effets dans tous les pays, encore invisibles pour le moment.
PDF icon Production porcine mondiale : face à la crise
2008

Production porcine française, quel modèle de développement durable ?

Consulter le resumé

Lors de la mise en place du Marché commun agricole, une organisation de marché très modérément interventionniste a été choisie pour la production porcine. Celle-ci a protégé le secteur de la concurrence extérieure. Par contre, à l’intérieur de la Communauté économique européenne, puis de l’Union européenne, elle l’a laissé se structurer sous l’effet déterminant des forces du marché. Cette logique a conduit à concentrer la production dans des bassins géographiques et des exploitations agricoles de plus en plus spécialisées.
2007

Production porcine et échanges mondiaux : croissance et crise

Consulter le resumé

En 1998, la production mondiale de viandes confirme son expansion. Dans le même temps,

les grands exportateurs se heurtent à des débouchés plus difficiles en raison de la crise économique (Asie, Russie). L’encombrement des marchés apporte une crise sans précédent pour les éleveurs de porcs. La situation impose un tour d’horizon de la situation des principaux pays producteurs.
PDF icon Production porcine et échanges mondiaux : croissance et crise
1998

Production porcine en Hongrie : diagnostic et perspectives de développement

Consulter le resumé

Hongrie : compétitivité modeste des outils de production et d'aval



Parmi les pays de l'Europe centrale et orientale, la Hongrie est l'un de ceux qui entreront dans l'Union européenne dans les dix prochaines années. Huit ans après les bouleversements politiques et économiques, l'ITP a conduit une expertise sur l'état actuel et le devenir prévisible du secteur porcin dans le pays. La production a fortement diminué, les structures de production sont affaiblies. A l'aval,
PDF icon Production porcine en Hongrie : diagnostic et perspectives de développement
1999

Production porcine en Hongrie : diagnostic et perspectives de développement

Consulter le resumé

L’agriculture en Hongrie. Les évolutions du cheptel, du bilan d’approvisionnement, du commerce extérieur et des prix. La compétitivité de la production : facteurs de productivité et coûts de production. L’aval : les structures, les outils, la concentration et la distribution. Perspectives.

PDF icon production_porcine_en_hongrie.pdf 38,00 €
1999

Production porcine en 2014 : l'Espagne poursuit sa croissance

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 18-21

Dossier spécial : l'UE doit-elle avoir peur de l'oncle Sam ?

Les quatre principaux pays producteurs de l’Union européenne (UE) cumulent 56 % des 255 millions de porcs produits. La hausse de la production et les exportations plus faibles ont augmenté les volumes disponibles à la consommation. La dépendance au marché russe s’est fait sentir en 2014 : les exportations de l’UE ont reculé, malgré des compensations réalisées en Asie. Les niveaux d’auto-approvisionnement très divers entre pays membres génèrent des échanges intra-UE très importants.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 18-21
2016

Production porcine dans l'UE : les évolutions se compensent

Consulter le resumé

Après la crise de 1998/99, la production porcine de l'UE s'est un peu repliée, tout en restant à un niveau élevé. L'amélioration de la conjoncture qui a suivi en 2000 et 2001 ne l'a pas relancée : les mesures de protection de l'environnement et les exigences de la société freinent son développement.

PDF icon bp2002n308.pdf
2002

Pages