La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 61 à 80 de 1595 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année

Valeurs nutritionnelles de la viande fraîche de porc : incidence de la cuisson ménagère

Consulter le resumé

Les données concernant la composition des viandes sont nombreuses (VAUTIER, 2005 - synthèse bibliographique), mais ne sont que partiellement exploitables notamment parce que la représentativité des matières premières analysées en regard de la viande parée telle que consommée n'est pas assurée : viandes issues d'animaux en situation expérimentale, choix des morceaux prélevés (muscles parés), écart entre pièces anatomiques et pièces bouchères, mode d'échantillonnage pour le prélèvement, etc.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2008

Valeurs nutritionnelles : analyses sur 10 pièces ou morceaux de découpe de porc

Consulter le resumé

Martine Carlier et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, p. 77-78

Une campagne d’analyses des paramètres de l’étiquetage nutritionnel a été réalisée sur des produits tels que préparés dans les abattoirs de porc en vue de leur utilisation dans la fabrication de produits carnés. Cette campagne permettra de disposer de valeurs communes pour les entreprises du secteur abattage-découpe et leurs clients. Cette action fait partie d’une étude plus large financée par INAPORC. Les résultats présentés ci-dessous sont les valeurs moyennes de données représentatives de la production française actuelle issues de prélèvements réalisés sur des lots « tout venant ».

ENG

Nutritional data of pork meat – analyses of 10 cuts or pieces

Useful analyses to establish nutrition labeling defined by the EU Regulation 1169/2011, energy, fat, saturated fatty acids, carbohydrate, sugars, proteins and salt were applied on 10 meat-cuts or pieces from « standard » pork carcasses chosen from three French slaughterhouses. Mean values and standard-deviation are available for stakeholders. A complementary work was necessary to get nutritional values by a calculation from generally established and accepted data, as it is defined in regulation 1169/2011 and in the respect of the UE Guide on tolerances for nutrition labeling.

PDF icon Martine Carlier et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016,Paris, p. 77-78
2016

Valeurs nutritionnelles : analyses sur 10 pièces ou morceaux de découpe de porc

Consulter le resumé

Poster.

Cette étude permet de disposer des valeurs moyennes et des écarts-types des paramètres nutritionnels du règlement UE 1169/2011 sur un ensemble de pièces et morceaux de découpe faisant l’objet d’échanges courants entre les abattoirs et leurs clients. Ces résultats constituent également, pour des produits composés élaborés à partir de viande de porc de production dite « standard », une base de travail en vue de proposer des données utilisables pour l’établissement des valeurs nutritionnelles par calcul effectué à partir de données généralement établies et acceptées, tel que prévu par le règlement. De telles valeurs devront également prendre en compte les exigences du Guide UE.

PDF icon jsmtv_2016carlier.pdf
2016

Valeur nutritionnelle

Consulter le resumé

Composition globable et valeur énergétique

Consommation des charcuteries et équilibre alimentaire

Protéines

Lipides

Glucides

Sel

Fer

Vitamines

Minéraux et oligoéléments

Cholestérol
1999

Valeur énergétique comparée de onze matières premières chez le porc en croissance et la truie adulte

Consulter le resumé

Quinze régimes ont été préparés de façon à pouvoir calculer l’utilisation digestive de l’énergie et des nutriments et les teneurs en ED et en EM de 11 matières premières (blé, 2 orges, maïs, pois, tourteau de soja, corn gluten feed, Corex M100®, son de blé, pulpe de betterave et huile de soja) à l’aide de la méthode par différence. Ces régimes ont été distribués à des porcs en croissance pesant en moyenne 62 kg et à des truies adultes d’un poids moyen de 220 kg. Les coefficients de digestibilité de l’énergie, de la matière organique et des nutriments tels que les matières azotées et
PDF icon Valeur énergétique comparée de onze matières premières chez le porc en croissance et la truie adulte
1997

Utilisation raisonnée de la flore naturelle de viande de porc fraîche pour améliorer sa qualité sanitaire

Consulter le resumé

L’altération microbiologique des produits carnés est un phénomène épisodique auxquels sont confrontés les professionnels de la filière. Ces altérations sont souvent associées à un développement abondant de bactéries lactiques, d’entérobactéries ou de Pseudomonas.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2010

Utilisation raisonnée de la flore naturelle de viande de porc fraîche pour améliorer sa qualité sanitaire

Consulter le resumé

La surface des viande est contaminée par des bactéries lors des différentes étapes de préparation. Les pertes économiques liées représentent 10 à 15% de la production totale.

L’objectif est d’aider les professionnels à connaître l’écosystème des viandes fraîches afin de mieux le maîtriser. L’utilisation de cultures protectrices comme agents naturels de bio-conservation serait une alternative aux méthodes chimiques et physiques.
PDF icon Utilisation raisonnée de la flore naturelle de viande de porc fraîche pour améliorer sa qualité sanitaire
2010

Utilisation raisonnée de la flore naturelle de viande de porc fraîche pour améliorer sa qualité sanitaire

Consulter le resumé

Malgré l’application des bonnes pratiques d’hygiène et des principes HACCP, l’altération microbiologique des produits carnés est un phénomène épisodique auxquels sont confrontés les professionnels de la filière.

Ces altérations sont souvent associées à un développement abondant de bactéries lactiques, d’entérobactéries ou de Pseudomonas.
PDF icon Utilisation raisonnée de la flore naturelle de viande de porc fraîche pour améliorer sa qualité sanitaire
2010

Union Européenne, une nouvelle configuration

Consulter le resumé

Le 1er mai, l’Union européenne est passée à 25 membres.

Au-delà des problèmes d’organisation politique que le changement d’échelle impose, c’est l’élargissement le plus important de l’Histoire de l’UE, par l’importance des nouveaux entrants, leur vécu, leurs cultures, les fondements et la nature même de leurs économies.

Une nouvelle configuration pour le marché euorpéen du porc.
PDF icon Union Européenne, une nouvelle configuration
2004

Union Européenne, exportations en vif, un regain

Consulter le resumé

Assez stables jusqu'en 2002, les échanges de porcs vivants dans l'UE se sont fortement développés durant les 3 dernières années. Cela traduit d'une part les effets des réglementations environnementales dans les pays expéditeurs, d'autre part, la montée des besoins des pays destinataires. Souvent, ils s'établissent entre pays voisins, parfois au sein des mêmes bassins de production.
PDF icon Union Européenne, exportations en vif, un regain
2006

Union européenne : Quels modèles d'élevage porcin ?

Consulter le resumé

Les types d'élevages diffèrent entre pays en fonction de leurs caractéristiques physiques et agricoles et de leur choix et contraintes propres. Au delà des différences, ils sont soumis à des contraintes communes, économiques et réglementaires qui se traduisent par des évolutions structurelles dans le même sens : concentration, agrandissement, spécialisation.
2009

Union Européenne : production et échanges de viande porcine en 1998 - Sous le signe de la croissance

Consulter le resumé

La production porcine de l'union européenne a connu une forte croissance en 1998 (+8 % en un an). Elle devrait encore progresser de 3 à 4 % en 1999.

Dans les états membres, la production et les échanges ont évolué de manière contrastée.
PDF icon Union Européenne : production et échanges de viande porcine en 1998 - Sous le signe de la croissance
2000

Union Européenne : les grands de l'abattage

Consulter le resumé

Un tiers des abattages porcins de l'UE est réalisé par une quinzaine de sociétés. La concentration du secteur est plus développée au nord de l'Europe. L'organisation de l'abattage est différente selon les pays.

La rentabilité des entreprises d'abattage est meilleure dans les bassins exportateurs danois et néerlandais. Mais fusions et rapprochements pourraient changer rapidement ce paysage.
PDF icon Union Européenne : les grands de l'abattage
1998

Union Européenne : l'abattage se concentre

Consulter le resumé

La restructuration de l'abattage s'accélère dans l'Union européenne. Les 30 entreprises qui traitent plus d'un million de porcs dans l'année représentent 44% du total de l'UE. En 1997, elles atteignaient 39%. Jusqu'à maintenant, les regroupements sont restés nationaux, avec des niveaux de concentration très différents selon les pays. De plus en plus de partenariats vont se nouer avec l'étranger.

PDF icon bp2001n300.pdf
2001

Union Européenne : exportations record en 1998

Consulter le resumé

Les exportations européennes ont continué d'augmenter en 1998, sous l'effet des disponibilités et des aides à l'exportation, bienvenues.

La moitié des ventes concerne de la viande, fraîche ou congelée. Les produits transformés représentent un quart des tonnages.

La dynamique du secteur s'exprime par le nombre croissant de pays destinataires, et une offre de plus en plus segmentée. En 1998, les marchés asiatiques ont gagné de l'importance, malgré les difficultés économiques et financières qui les ont affectés.
PDF icon Union Européenne : exportations record en 1998
1999

Union européenne : bilans en retrait

Consulter le resumé

L’année 2009 marque un certain nombre de ruptures dans l’évolution du secteur porcin de l’Union européenne. Elles résultent des crises successives sur le coût de production et le marché, et des difficultés financières mondiales. La production, les échanges et la consommation ont été affectés, dans presque tous les pays.
PDF icon bp2010n398.pdf
2010

Union Européenne : bilan d'approvisionnement 2001

Consulter le resumé

La production de l’UE a progressé régulièrement au cours de la dernière décennie, mais elle est assez stable ces dernières années. Cependant, on observe des

évolutions très diverses selon les pays : croissance de production en Espagne et au Danemark, fortes baisses aux Pays-Bas, en Belgique et au Royaume-Uni. Dans chaque pays, la consommation par habitant évolue peu. Les échanges entre les pays dépendent fortement de ces tendances.
PDF icon Union Européenne : bilan d'approvisionnement 2001
2002

Une expertise au service des entreprises et des pouvoirs publics : R.M.T Expertise pour la détermination de la durée de vie microbiologique des aliments

Consulter le resumé

PDF icon Une expertise au service des entreprises et des pouvoirs publics : R.M.T Expertise pour la détermination de la durée de vie microbiologique des aliments
2010

Une base de données phénotypiques : un prérequis pour la mise en place de programmes de sélection des races locales

Consulter le resumé

Poster présenté par Marie-José Mercat et al., aux 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019

Peu de races locales porcines disposent de programmes de sélection.Si les généalogies sont disponibles, les phénotypes font souvent défaut pour définir un objectif de sélection. Dans le cadre du programme européen TREASURE, une base de données et un site web ont été développés afin de promouvoir la collecte et l’enregistrement de phénotypes, prérequis pour la mise en place de programmes de sélection (Figure1).

PDF icon Marie-José Mercat et al., 51e JRP, 5 et 6 février 2019, poster
2019

Une base de données phénotypiques : un prérequis pour la mise en place de programmes de sélection des races locales

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 243-244, par Marie-José Mercat et al., poster

Poster. 

Peu de races locales porcines ont des programmes de sélection. En plus des généalogies déjà disponibles, mettre en place de tels programmes exige des phénotypes pour définir des objectifs de sélection puis estimer les valeurs génétiques des animaux. Dans le cadre du programme européen TREASURE, une base de données et un site web ont été développés afin de promouvoir la collecte et l’enregistrement de phénotypes et de mieux caractériser les races, viandes et produits.

An online phenotype database: a prerequisite for breeding programs in local pig breeds

Currently, breeding programs exist only for few local pig breeds in Europe. For some of them, no or very few phenotypes are recorded. To promote phenotyping, a dedicated database and a website were developed as part of the TREASURE H2020 project. This is the first step towards implementing breeding programs in European local pig breeds, based on standardised recording of growth, carcass and meat quality traits. First, the required variables were collected for six local breeds: Basque (FR), Bísara (PT), Crna slavonska (HR), Gascon (FR), Krškopolje (SI) and Schwäbisch-Hällisches (DE). In total, 74 variables were identified representing animal herdbook information (10), rearing and growth (22), carcass (22) and meat quality (20) attributes. The database is compatible with the various identifiers (IDs) used in the different countries: animal IDs, breed, farm, etc. codifications. Great attention was paid to describing methods for measuring traits. Thus, each carcass and meat quality phenotype is associated with a method description representing 35 additional variables. The website can be easily translated into several languages: English, Croatian, French, German and Slovenian languages are already available, and other languages can be easily included. Stakeholders of all the breeds studied in TREASURE are free to use these tools. Data can be hosted in a common database or in duplicate partner-specific databases. Once enough data have been recorded, genetic parameters (heritabilities, genetic correlations between traits) can be estimated and selection objectives defined for each local breed.

PDF icon 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 243-244, poster
2019

Pages