La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 201 à 220 de 388 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

France : vers un équilibre entre production et consommation

Consulter le resumé

En 2014, la production porcine française s’est dégradée en nombre de porcs produits, mais grâce à l’alourdissement des carcasses, elle se stabilise en tonnage. Une partie du volume disponible à la consommation (humaine) est dérivée vers la production d’aliments pour animaux domestiques. La France approche de l’équilibre entre production et consommation.

PDF icon techporc_vanferneij_n25_2015.pdf
2015

Concentration spatiale des productions animales : peut-il en être autrement ?

Consulter le resumé

Dans l’Union Européenne, la production porcine est fortement concentrée dans quelques régions. Cette situation est le résultat de choix politiques et de mécanismes de marché. Les impacts sur l’environnement de densités animales élevées ont conduit à des réglementations et à une critique sociale, sans grand effet dispersif.

PDF icon techporc_roguet_n25_2015.pdf
2015

Alimentation de précision des porcs rationnés : des tests prometteurs

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

Les besoins nutritionnels des porcs évoluent non seulement au cours du temps mais sont différents d’un individu à l’autre. A la station expérimentale de Romillé, l’Ifip développe actuellement en partenariat avec Asserva un équipement, APPoR, permettant d’individualiser l’alimentation des charcutiers. L’objectif est de réduire les impacts environnementaux, et d’améliorer les performances par l’alimentation de précision.

PDF icon techporc_quiniou_n25_2015.pdf
2015

Economie d'énergie et confort thermique : l'isolation des bâtiments

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 5

PDF icon techporc_fiche_batiment_n25_2015.pdf
2015

GTTT-GTE : des progrès techniques mais des résultats économiques qui ne décollent pas

Consulter le resumé

En 2014, la marge chez les naisseurs-engraisseurs avoisine 1000 €/truie/an. Les performances techniques se sont améliorées et le prix de l’aliment a diminué, mais la chute du prix du porc a annulé l’effet de ces améliorations. Ces résultats n’ont pas permis aux producteurs d’améliorer leur situation financière.

PDF icon techporc_badouard_n25_2015.pdf
2015

Précisions sur l’élevage de précision

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

A l’ère du numérique, on entend beaucoup parler du big-data, des capteurs et des automates et plus généralement de l’élevage de précision. Mais globalement, quels sont les enjeux autour de ce concept et qu’est-ce que le monde de l’élevage peut en attendre ?

PDF icon techporc_marcon_n25_2015.pdf
2015

Productions animales en France : quels avenirs possibles ?

Consulter le resumé

La hausse des prix des végétaux, à partir de 2007, a introduit un risque de recul des productions animales. La situation des exploitations est plus fragile. Mais le devenir des élevages dépendra surtout du contexte économique et des choix des filières.

PDF icon techporc_rieu_n25_2015.pdf
2015

Nouvelle grille de paiement au poids : quelle incidence économique pour les éleveurs ?

Consulter le resumé

Mieux valoriser les carcasses plus lourdes et gagner en compétitivité, voilà les objectifs annoncés de la nouvelle grille de paiement au poids des porcs. Qu’en est-il réellement ? De quels leviers d’action disposent les éleveurs pour optimiser la rémunération des carcasses selon cette nouvelle grille ?

PDF icon techporc_aubry_n25_2015.pdf
2015

Les recherches à l’Inra sur l’élevage de précision en production porcine

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

Ludovic Brossard est ingénieur d’études à l’Inra, à Saint-Gilles, en Ille-et-Vilaine, où il s’occupe notamment d’élevage de précision. Pour lui, la collecte et la valorisation de données individuelles sur les porcs prendront leur essor dans les années à venir.

PDF icon techporc_marcon2_n25_2015.pdf
2015

Le Canada se prépare à élever ses truies en groupe pour 2024

Consulter le resumé

Pour vendre du porc demain, tant sur le marché domestique qu'à l'export le Canada souhaite faire preuve de bonnes pratiques pour assurer le bien-être des animaux. Porté par la filière, le code porcin prévoit le logement des truies en groupes.

PDF icon techporc_ramonet_n24_2015.pdf
2015

Economiser l'énergie avec des niches pour porcelets

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 4

La mise en place de niches pour porcelets en post-sevrage et en maternité permet de réduire nettement les consommations d'énergie liées au chauffage et de créer une zone de confort privilégiée pour les animaux logés.

PDF icon Fiche bâtiment n° 4, par F. Kergourlay et M. Marcon
2015

Mâles entiers : plus de TMP réparti différemment

Consulter le resumé

Dossier mâle entier : élevage, abattage et consommation

Les mâles entiers sont plus maigres et moins musclés que les mâles castrés et surtout que les femelles. Leurs parties antérieures sont plus développées. Leur composition de carcasse spécifique justifie de s'interroger sur l'intérêt d'un classement différencié.

PDF icon techporc_daumas_n24_2015.pdf
2015

La vaccination à l'honneur aux dernières JRP

Consulter le resumé

Dans le contexte actuel de réduction des usages des antibiotiques, la vaccination est un des moyens disponibles pour limiter leurs usages. Rien d'étonnant donc à ce que plusieurs publications consacrées à la vaccination aient été présentées lors de la séance santé animale des dernières Journées de la Recherche Porcine. Selon le type de vaccin, les résultats portent sur l'amélioration de l'indice de consommation et la réduction des lésions ou de la pression d'infection.

PDF icon techporc_correge_n24_2015.pdf
2015

Acceptation par le consommateur de steaks de porcs issus de mâles entiers

Consulter le resumé

Dossier mâle entier : élevage, abattage et consommation

Lorsque les teneurs en composés odorants dans le gras de porc sont faibles, les consommateurs ne distinguent pas les viandes de mâles entiers et de mâles castrés. Un élément essentiel quand on sait que la qualité, le prix et le goût déterminent principalement l'achat de porc.

PDF icon techporc_chevillon_n24_2015.pdf
2015

Sevrage à trois semaines : attention aux lactations courtes

Consulter le resumé

A la faveur de mises aux normes ou d'agrandissements, beaucoup d'élevages ont modifié leur conduite en bandes. Le sevrage à trois semaines est devenu majoritaire. Cette technique pourrait-elle exposer certaines de nos truies prolifiques à des risques de défaut d'involution utérine et impacter les performances.

PDF icon techporc_boulot_n24_2015.pdf
2015

Des aliments 100 % bio qui optimisent les apports d’acides aminés

Consulter le resumé

L’optimisation des apports en acides aminés en alimentation 100 % bio est possible, sans augmenter l’apport de tourteau de soja bio. Le concentré de protéine de luzerne peut être associé au tourteau de soja bio.

PDF icon techporc_alibert_n23_2015.pdf
2015

A la recherche de longes persillées en gras pour des consommateurs « gourmets »

Consulter le resumé

En France, la production de viande très maigre prédomine. Très peu de longes présentent du gras persillé bien visible à l’oeil. Il existe sans doute un marché pour des productions différenciées, plus riches en gras persillé, avec un plus gustatif.

PDF icon techporc_chevillonb_n23_2015.pdf
2015

Batterie de condensateurs : est-ce vraiment efficace ?

Consulter le resumé

Les boîtiers de condensateurs réduisent l’appel à puissance d’une installation électrique.
Dans les élevages ayant souscrit un tarif jaune ou vert, ils évitent les pénalités ou dégagent une réserve de puissance sans changer d’abonnement. De quoi économiser 3 à 4 % du prix de la facture par an.

PDF icon techporc_marcon_n23_2015.pdf
2015

Prix du porc et de l’aliment : tendances baissières pour 2015

Consulter le resumé

En 2015, la production porcine européenne devrait progresser légèrement, alors qu’en France elle se contracterait à nouveau. Une consommation baissière dans l’UE à 27 et une forte concurrence sur les marchés mondiaux pèseraient aussi sur le prix du porc. En parallèle, le prix de l’aliment s’éroderait.

PDF icon techporc_antoine_n23_2015.pdf
2015

Récupérer l'énergie des salles à l'aide d'un échangeur air-air

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 3

PDF icon Fiche bâtiment n° 3, par F. Kergourlay et M. Marcon
2015

Pages