La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 377 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Actions locales pour une réduction globale des émissions d’ammoniac

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol et Nadine Guingand, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 22-24

Dossier Environnement : réduire, ajuster, produire

Un investissement pour l’environnement doit s’avérer efficace à l’échelle globale de l’élevage et pas seulement au poste d’application. Par exemple, la mise en place d’un lavage d’air en bâtiment non suivie de bonnes pratiques au stockage et à l’épandage peut voir son efficacité sur l’ammoniac fortement réduite, voire annulée à l’échelle de l’élevage. La combinaison de bonnes pratiques permet d’être efficace sur l’ensemble du cycle d production.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La cochette entre 30 et 110 kg n’est pas un porc charcutier

Consulter le resumé

Nathalie Quinou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 2-3

Les porcs d’aujourd’hui sont le fruit d’une sélection de plus de 30 ans pour un gain de poids le plus maigre et le plus élevé possible. L’objectif de l’aliment charcutier est de maximiser la croissance musculaire tout en limitant le dépôt de gras, pour une bonne valorisation des carcasses et un indice de consommation le plus faible possible. Ces objectifs sont contreproductifs chez la cochette.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Dynamique et compétitivité des bassins de production : une évolution cyclique ?

Consulter le resumé

Christine Roguet et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 10-12

Ces quinze dernières années, les principaux bassins de production en Europe ont connu des évolutions contrastées, marquées par une forte croissance en Espagne et en Allemagne, une stabilité puis une baisse en France, et un changement de modèle au Danemark et aux Pays-Bas. Le contexte politique et économique, les performances commerciales des filières et la modernisation des outils de production et d’abattage expliquent ces trajectoires différentes.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Espagne : investissements et croissance des entreprises de l’aval

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 15-17

Le secteur espagnol de l’abattage-découpe se restructure et se concentre rapidement. Les principales entreprises investissent et leur croissance est rapide. Elles adoptent des stratégies commerciales différentes, certaines se spécialisant particulièrement vers l’export.
Contrairement à ce qui se passe dans les autres Etats-Membres, le secteur de la charcuterie est plus concentré que celui de l’abattage-découpe.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Développement des élevages espagnols : industrialisation et performance

Consulter le resumé

Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 10-12

Les intégrateurs contribuent fortement à la croissance du cheptel et de la production espagnole.
Ils sont à l’origine de la construction d’élevages spécialisés et de grande taille.
Particulièrement renforcé depuis la crise de 2007, ce mouvement de modernisation et d’industrialisation des élevages se traduit par une progression des performances des élevages et de leur rentabilité.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

L’abreuvement des porcs en cinq points

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 36-38

Dossier spécial : de l'eau de qualité disponible pour le porc

L’abreuvement représente 93,6 % de la consommation d’eau d’un élevage de porc naisseur-engraisseur, soit 14,5 l/kg de carcasse. La maîtrise des systèmes d’abreuvement est essentielle pour garantir l’abreuvement des porcs en limitant le gaspillage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Rétrospective 2015 de l’aliment d’engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6

Le coût de revient matières premières de l’aliment apparaît stable en 2015 et est estimé à 188 €/T. Une légère diminution (7 €/T) est observée en cours d’année. Elle s’explique par la baisse de la cotation du tourteau de soja. Ce dernier est largement concurrencé par les tourteaux métropolitains, qui représentent chacun de l’ordre de 4 % des formules.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Espagne : l’export tire la croissance de la production

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij et Vincent Legendre, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 18-20

Après une période de stabilisation, la filière porcine espagnole renoue avec la croissance depuis 2013. La consommation intérieure reste en retrait, mais les entreprises développent fortement les exportations, surtout vers l’Asie. La percée sur les marchés internationaux est basée sur une stratégie de conquête de marché avec des produits plutôt élaborés, à forte valeur ajoutée.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Espagne : une filière porcine intégrée et organisée par des entreprises privées

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 13-14

Près de 70 % de la production porcine espagnole sont contrôlés par des firmes intégratrices. En amont comme en aval de la filière, différents modèles d’entreprises coexistent. Les liens verticaux entre maillons de la filière sont relativement forts.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Je pourrais vous parler de l’eau pendant toute une journée !

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 42-43

Dossier spécial : de l'eau de qualité disponible pour le porc

Emmanuel Hilbert, éleveur naisseur-engraisseur en Mayenne, est très intéressé par la qualité de l’eau de boisson de ses animaux. Il a donc accepté de participer à un essai proposé par son groupement, Porc Armor Evolution, et sa vétérinaire. Objectif : vérifier la faisabilité d’un protocole de nettoyage-désinfection des canalisations d’eau en élevage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Résultats des élevages en 2015 : performances en hausse, marges en baisse

Consulter le resumé

Brigitte Badouard et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 7-9

Les performances techniques des élevages français ont progressé en 2015, tant en reproduction qu’en engraissement. Malgré cela, les évolutions de prix du porc et de l’aliment ont entrainé une baisse des marges. Les résultats économiques sont insuffisants pour couvrir l’ensemble des charges et pour permettre aux producteurs de dégager un résultat positif.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Les porcs ne manquent pas d’air

Consulter le resumé

Michel Marcon, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 24-25

Véritable poumon de l’élevage, la ventilation apporte l’oxygène pour les animaux. Un bon système de ventilation assure une parfaite thermorégulation des salles et génère les conditions pour maximiser l’expression du potentiel génétique des animaux. Maîtriser la ventilation c’est donc s’assurer d’un parfait fonctionnement du système nerveux de l’élevage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Les conduites s’adaptent aux tailles d’élevages et aux besoins d’organisation

Consulter le resumé

Brigitte Badouard, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 19-20

Dossier Conduite : conduite en bandes

Les pratiques des élevages évoluent : en 2015, près de la moitié des élevages ont adopté une conduite différente de la conduite «classique» en sept bandes sevrées toutes les trois semaines. Les performances diffèrent entre les conduites, mais elles correspondent aussi à des tailles de troupeaux différentes.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Les coûts par place en production porcine

Consulter le resumé

Michel Marcon, Tech Porc (FRA), 2016, n° 28, mars-avril, p. 15-16

Dossier Bâtiments : la modernisation des bâtiments : un facteur clé de la compétitivité

Les coûts moyens par place, ainsi que ceux d’éléments annexes comme les fosses, sont mis à jour une fois par an.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Reproduction : une bonne conduite s’impose

Consulter le resumé

Sylviane Boulot (IFIP) et Catherine Calvar (CRAB), Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 13-15

Dossier Conduite : conduite en bandes

A la faveur de mises aux normes ou d’agrandissements, beaucoup d’élevages ont modifié leur conduite : nombre de bandes, âge et jour de sevrage… Quand il s’agit de bien piloter la reproduction, certaines conduites ne donnent pas droit à l’erreur !

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Danemark : des exploitations porcines toujours plus grandes, spécialisées et exportatrices de porcelets

Consulter le resumé

Christine Roguet, Tech Porc (FRA), 2016, n° 28, mars-avril, p. 2-4

Le Danemark a connu ces dernières décennies une concentration et un agrandissement très rapides de ses exploitations porcines. Faute de rentabilité et sous la pression environnementale, l’engraissement a reculé dans le pays tandis que l’export de porcelets s’est envolé. Ces tendances devraient se poursuivre.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Jambon de Teruel : qualité et plus-value dans un contexte très concurrentiel

Consulter le resumé

Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 7-9

Au sud de l’Aragon l’AOP Teruel produit des jambons et épaules de qualité gustative reconnue.
L’organisation collective des acteurs et le strict respect du cahier des charges permettent d’assurer une qualité constante, et ainsi de générer une valeur ajoutée répartie entre les entreprises de la filière.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Prolonger l’engraissement des porcs les plus légers : pour quel résultat ?

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 23-25

Dossier Conduite : conduite en bandes

Pour optimiser le pourcentage de porcs dans la gamme de poids, certains éleveurs prolongent l’engraissement des plus légers de quelques jours, parfois de plusieurs semaines…
Même pour les porcs les moins performants au moment des premiers départs, l’intérêt économique est avéré.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Traitements antibiotiques : en baisse chez les porcs, en hausse chez les truies

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2016, n° 28, mas-avril, p. 38-39

Entre 2010 et 2013, les usages d’antibiotiques sont en baisse pour les porcs, de la naissance à l’abattage. Seuls les usages pour les truies ont augmenté. L’explication la plus évidente est la mise en groupes des truies gestantes, qui a pu s’accompagner de déséquilibres sanitaires et d’une hausse des troubles locomoteurs.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Le respect de la conduite en bandes est indispensable à la maîtrise sanitaire

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 16-18

Dossier Conduite : conduite en bandes

La bonne gestion de la conduite en bandes est la base de la maîtrise sanitaire de l’élevage.
Limiter les mélanges entre bandes et entre portées améliore la santé des animaux et les performances techniques.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Pages