La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 181 à 200 de 377 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Réglementations en production porcine aux USA : quelles différences avec l’Union Européenne ?

Consulter le resumé

Christine Roguet et Fabien Champion, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 11-14

Dossier spécial : l'UE doit-elle avoir peur de l'oncle Sam ?

Bien-être animal, environnement, promoteurs de croissance, farines animales… autant de points sur lesquels les normes de production différent entre les USA et l’Union européenne (UE). Les attentes citoyennes diffèrent entre continents, les approches politiques aussi. L’UE applique le principe de précaution. Aux USA, tout ce dont la nocivité n’est pas prouvée scientifiquement est autorisé.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Granulé, soupe, farine : de nouvelles références

Consulter le resumé

Eric Royer, Didier Gaudré et Nathalie Quiniou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 2-5

La granulation améliore la digestibilité de l’aliment, ce qui permet une baisse de l’indice de consommation proche de 5 % par rapport à la farine. Cette amélioration dépend du type de rationnement et d’animal. La distribution liquide facilite la prise alimentaire, notamment en été, mais l’efficacité alimentaire semble dégradée en croissance. Chez le porcelet sevré, l’intérêt de la farine sur la consistance des déjections n’est pas marqué en conditions sanitaires dégradées.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Le commerce extérieur des USA et les enjeux des accords de libre-échange

Consulter le resumé

Estelle Antoine, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 15-17

Dossier spécial : l'UE doit-elle avoir peur de l'oncle Sam ?

Les Etats-Unis occupent une place incontournable dans le commerce mondial du porc.
Alors que celui-ci devient de plus en plus concurrentiel, divers accords de libre-échange sont signés ou vont l’être. Ils viennent modifier les conditions d’accès à certains pays clés, mais aussi offrir une possibilité d’homogénéiser le marché mondial.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Production porcine aux Etats-Unis : intégration et croissance

Consulter le resumé

Christine Roguet et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 6-10

Dossier spécial : L’UE doit-elle avoir peur de l’oncle Sam ?

De 2000 à 2014, la production porcine a augmenté de 22 % aux USA, et les exportations ont été multipliées par près de quatre en volume. Malgré des performances techniques moins bonnes, le coût de revient du porc est plus bas aux USA qu’en France.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Etat des lieux de la petite méthanisation agricole en France

Consulter le resumé

La petite méthanisation agricole, autonome en intrants, peut fournir un complément de revenu, améliorer l’autonomie énergétique et réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’exploitation. Néanmoins, les 25 unités recensées en France présentent des coûts d’investissement élevés nécessitant d’importantes subventions.

PDF icon techporc_2015_levasseur.pdf
2015

Dépenses de santé : le curatif continue à diminuer

Consulter le resumé

L’évolution des dépenses de santé dans les élevages naisseurs-engraisseurs et post-sevreurs-engraisseurs montre une diminution de plus de 40 % des dépenses curatives de 2004 à 2014.

PDF icon techporc_2015_correge.pdf
2015

Commerce mondial du porc 2014 : cap vers l’Asie

Consulter le resumé

En 2014, le commerce de la viande et des produits de porcs a été fortement secoué par les évènements sanitaires et politiques. Le marché russe a été fermé aux importations. Les exportateurs mondiaux visent l’Asie pour maintenir, voire augmenter les expéditions.

PDF icon techporc_2015_vanferneij.pdf
2015

Economiser l’énergie avec une pompe à chaleur

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 6

La mise en place d’une pompe à chaleur (PAC) permet de récupérer les calories issues de différents milieux (l’eau, le lisier, le sol, l’air) pour les transférer ensuite dans les salles d’élevage. La chaleur récupérée peut, selon les cas, produire de l’eau chaude sanitaire ou assurer le chauffage des bâtiments. Ces systèmes sont donc adaptés aux stades chauffés que sont les maternités et le post-sevrage, pour lesquels le chauffage représente environ 80% des consommations énergétiques.

PDF icon Fiche bâtiment n° 6, par F. Kergourlay et M. Marcon
2015

Productions animales en France : quels avenirs possibles ?

Consulter le resumé

La hausse des prix des végétaux, à partir de 2007, a introduit un risque de recul des productions animales. La situation des exploitations est plus fragile. Mais le devenir des élevages dépendra surtout du contexte économique et des choix des filières.

PDF icon techporc_rieu_n25_2015.pdf
2015

Economie d'énergie et confort thermique : l'isolation des bâtiments

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 5

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Nouvelle grille de paiement au poids : quelle incidence économique pour les éleveurs ?

Consulter le resumé

Mieux valoriser les carcasses plus lourdes et gagner en compétitivité, voilà les objectifs annoncés de la nouvelle grille de paiement au poids des porcs. Qu’en est-il réellement ? De quels leviers d’action disposent les éleveurs pour optimiser la rémunération des carcasses selon cette nouvelle grille ?

PDF icon techporc_aubry_n25_2015.pdf
2015

Les recherches à l’Inra sur l’élevage de précision en production porcine

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

Ludovic Brossard est ingénieur d’études à l’Inra, à Saint-Gilles, en Ille-et-Vilaine, où il s’occupe notamment d’élevage de précision. Pour lui, la collecte et la valorisation de données individuelles sur les porcs prendront leur essor dans les années à venir.

PDF icon techporc_marcon2_n25_2015.pdf
2015

France : vers un équilibre entre production et consommation

Consulter le resumé

En 2014, la production porcine française s’est dégradée en nombre de porcs produits, mais grâce à l’alourdissement des carcasses, elle se stabilise en tonnage. Une partie du volume disponible à la consommation (humaine) est dérivée vers la production d’aliments pour animaux domestiques. La France approche de l’équilibre entre production et consommation.

PDF icon techporc_vanferneij_n25_2015.pdf
2015

Concentration spatiale des productions animales : peut-il en être autrement ?

Consulter le resumé

Dans l’Union Européenne, la production porcine est fortement concentrée dans quelques régions. Cette situation est le résultat de choix politiques et de mécanismes de marché. Les impacts sur l’environnement de densités animales élevées ont conduit à des réglementations et à une critique sociale, sans grand effet dispersif.

PDF icon techporc_roguet_n25_2015.pdf
2015

Alimentation de précision des porcs rationnés : des tests prometteurs

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

Les besoins nutritionnels des porcs évoluent non seulement au cours du temps mais sont différents d’un individu à l’autre. A la station expérimentale de Romillé, l’Ifip développe actuellement en partenariat avec Asserva un équipement, APPoR, permettant d’individualiser l’alimentation des charcutiers. L’objectif est de réduire les impacts environnementaux, et d’améliorer les performances par l’alimentation de précision.

PDF icon techporc_quiniou_n25_2015.pdf
2015

Génétique : la sélection collective inaugure sa station de phénotypage

Consulter le resumé

France Génétique Porc, consortium regroupant les organismes de sélection porcine ADN, Gène+, Nucleus et l’Ifip, et l’Inra ont inauguré la station porcine de phénotypage située au Rheu. La volonté collective des opérateurs économiques et des instituts de recherche dote la filière porcine française d’un outil performant pour répondre aux enjeux de la sélection génomique.

PDF icon techporc_bidanel_n25_2015.pdf
2015

GTTT-GTE : des progrès techniques mais des résultats économiques qui ne décollent pas

Consulter le resumé

En 2014, la marge chez les naisseurs-engraisseurs avoisine 1000 €/truie/an. Les performances techniques se sont améliorées et le prix de l’aliment a diminué, mais la chute du prix du porc a annulé l’effet de ces améliorations. Ces résultats n’ont pas permis aux producteurs d’améliorer leur situation financière.

PDF icon techporc_badouard_n25_2015.pdf
2015

Précisions sur l’élevage de précision

Consulter le resumé

Dossier Bâtiment : nouvelles technologies et élevage de précision

A l’ère du numérique, on entend beaucoup parler du big-data, des capteurs et des automates et plus généralement de l’élevage de précision. Mais globalement, quels sont les enjeux autour de ce concept et qu’est-ce que le monde de l’élevage peut en attendre ?

PDF icon techporc_marcon_n25_2015.pdf
2015

Acceptation par le consommateur de steaks de porcs issus de mâles entiers

Consulter le resumé

Dossier mâle entier : élevage, abattage et consommation

Lorsque les teneurs en composés odorants dans le gras de porc sont faibles, les consommateurs ne distinguent pas les viandes de mâles entiers et de mâles castrés. Un élément essentiel quand on sait que la qualité, le prix et le goût déterminent principalement l'achat de porc.

PDF icon techporc_chevillon_n24_2015.pdf
2015

Sevrage à trois semaines : attention aux lactations courtes

Consulter le resumé

A la faveur de mises aux normes ou d'agrandissements, beaucoup d'élevages ont modifié leur conduite en bandes. Le sevrage à trois semaines est devenu majoritaire. Cette technique pourrait-elle exposer certaines de nos truies prolifiques à des risques de défaut d'involution utérine et impacter les performances.

PDF icon techporc_boulot_n24_2015.pdf
2015

Pages