La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 4281 à 4300 de 4344 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

L’isolement d’Actinobacillus pleuropneumoniae en France

Consulter le resumé

La pleuropneumonie porcine est devenue, depuis ces 15 dernières années, une des principales maladies d’origine bactérienne en production porcine. Actinobacillus pleuropneumoniae, l’agent étiologique de la pleuropneumonie porcine, est une bactérie Gram-négative de la famille des Pasteurellaceae, qui comporte deux biovars et 12 serovars. 1158 isolements d’A. pleuropneumoniae, réalisés dans 13 laboratoires d’analyses vétérinaires français, ont été identifiés depuis 1989. 89% de ces isolements ont été réalisés à partir de porcs bretons.
PDF icon L’isolement d’Actinobacillus pleuropneumoniae en France
1997

Infection des porcs charcutiers par Actinobacillus pleuropneumoniae. Étude séro-épidémiologique dans cinq élevages

Consulter le resumé

Une étude épidémiologique pilote portant sur 5 élevages naisseurs-engraisseurs et 7 lots de porcs charcutiers se propose de préciser la variabilité d’expression d’Actinobacillus pleuropneumoniae en élevage. Les animaux font l’objet d’un suivi longitudinal clinique et sérologique durant la deuxième partie de la phase d’engraissement et un contrôle des lésions est effectué à l’abattoir. Les séroconversions observées présentent des allures différentes en fonction du sérotype suivi.
PDF icon Infection des porcs charcutiers par Actinobacillus pleuropneumoniae. Étude séro-épidémiologique dans cinq élevages
1997

Facteurs associés à un taux de mortalité élevé des truies

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs de risque d’un taux élevé de mortalité de truies. Une enquête castémoins a été effectuée dans 102 élevages de Bretagne d’avril à août 1995. L’influence de la prévalence de certains troubles de santé et des pratiques d’élevage sur le risque pour un élevage de présenter un taux élevé de mortalité de truies a été étudiée au moyen de la méthode de régression logistique. Un élevage a été considéré comme ayant un taux élevé de mortalité lorsque son taux annuel de mortalité dépassait 5%.
PDF icon Facteurs associés à un taux de mortalité élevé des truies
1997

La «fièvre chez la truie» : un indicateur des problèmes de lactation en néonatalogie porcine ?

Consulter le resumé

Le but de ce travail était de comparer, en période post-partum, la qualité du lait et la température rectale des truies entre celles qui ont des portées normales et celles qui ont des «portées-problèmes». Ces dernières sont définies comme celles qui ont plus de 40% des porcelets avec soit une faible croissance ou des mortalité pendant les 5 premiers jours après la parturition. Cent onze (111) truies (57 nullipares et 54 pluripares) provenant de deux élevages ont été suivies. La température rectale des truies a été mesurée aux jours -5, 0, 1, 2 et 5.
PDF icon La «fièvre chez la truie» : un indicateur des problèmes de lactation en néonatalogie porcine ?
1997

L’hypoxie de parturition, fréquence et incidence sur la viabilité du porc nouveau-né

Consulter le resumé

Les relations entre le degré d’hypoxie, la viabilité à la naissance et la vitalité postnatale précoce estimée par l’intervalle naissance-premier contact avec la mamelle, la température rectale à 24h de vie, le gain de poids et la survie jusqu’à 10j, sont étudiées sur 117 porcelets. Le degré d’hypoxie à la naissance est évalué par la mesure de la pCO2, du pH et de la lactatémie du sang ombilical.
PDF icon L’hypoxie de parturition, fréquence et incidence sur la viabilité du porc nouveau-né
1997

Développement d’une méthode rapide et non-invasive de cathétérisme jugulaire chez le porc : un outil de recherche accessible à l’industrie

Consulter le resumé

Une méthode rapide et non-invasive de cathétérisme jugulaire chez le porc a été mise au point et utilisée chez 30 porcelets de 6,2 kg, 24 porcs d’abattage à 46 et 84 kg et 9 truies multipares en lactation. L’animal est restreint sur une table en V (porcelets) ou par une corde qui entoure le groin (porcs d’abattage et truies). La veine est localisée à l’aide du système Vacutainer. Une tige métallique souple est introduite dans l’aiguille Vacutainer et par la suite jusque dans la lumière de la veine.
PDF icon Développement d’une méthode rapide et non-invasive de cathétérisme jugulaire chez le porc : un outil de recherche accessible à l’industrie
1997

La sous-nutrition explique-t-elle les effets d’une température ambiante élevée sur les performances des truies ?

Consulter le resumé

Dans cette étude, nous avons comparé des truies Piétrain x Large White réparties en trois lots expérimentaux caractérisés par une température ambiante incluse dans la zone de thermoneutralité (20AL n=6, 20RA n=6) ou supérieure à la température critique d’évaporation (30AL, n=12). Pendant la lactation, toutes les truies ont reçu un aliment standard. Celles des lots 20AL et 30AL ont été nourries à volonté tandis que celles du lot 20RA ont été rationnées d’après les quantités consommées à 30°C.
PDF icon La sous-nutrition explique-t-elle les effets d’une température ambiante élevée sur les performances des truies ?
1997

Influence du rationnement alimentaire pendant la lactation sur les paramètres métaboliques et de reproduction de truies primipares

Consulter le resumé

Vingt quatre truies primipares croisées Pietrain x Large White ont été réparties en deux lots expérimentaux. Pendant la lactation, les truies du lot Haut sont nourries selon un plan d’alimentation proche du niveau ad libitum et celles du lot Bas reçoivent environ 50 % de cette ration. Des prélèvements de sang sériés sont effectués la veille du sevrage, dans les heures qui suivent le sevrage et le lendemain. Les truies sont abattues le jour du sevrage ou 48 heures après et leurs ovaires sont prélevés.
PDF icon Influence du rationnement alimentaire pendant la lactation sur les paramètres métaboliques et de reproduction de truies primipares
1997

Évolution des cellules somatiques et germinales au cours de l’établissement de la spermatogenèse chez le porcelet Large White

Consulter le resumé

Le testicule comprend deux tissus correspondant à deux fonctions, l’une exocrine et l’autre endocrine. La fonction exocrine est assurée par les tubes séminifères où se déroule la spermatogenèse; ils sont composés de cellules de Sertoli (somatiques pérennes) et de cellules germinales qui en se multipliant continuellement et en se différenciant donnent naissance aux spermatozoïdes. Entre les tubes séminifères se trouvent un réseau vasculaire important et les cellules de Leydig dans lesquelles se fait la synthèse des stéroïdes sexuels et qui assurent la fonction endocrine.
PDF icon Évolution des cellules somatiques et germinales au cours de l’établissement de la spermatogenèse chez le porcelet Large White
1997

Étude des moments d’ovulation et d’insémination chez la truie et de leurs conséquences sur la taille de la portée en élevages

Consulter le resumé

L’expérience avait pour but de dater le moment d’ovulation dans des élevages et de préciser les conséquences des moments d’ovulation et d’insémination sur la taille de la portée. L’étude a porté sur 222 truies croisées dans 5 élevages conduits en bandes toutes les 3 semaines. De une à trois bandes par élevage sont suivies. Une bande est constituée de truies taries, de cochettes et de truies détectées vides à l’échographie. La détection des chaleurs est réalisée à l’aide d’un verrat, trois fois par jour; les femelles sont inséminées de 2 à 5 fois au cours de l’œstrus .

PDF icon Étude des moments d’ovulation et d’insémination chez la truie et de leurs conséquences sur la taille de la portée en élevages
1997

Analyse des modalités de mise à la reproduction des cochettes dans les élevages français. Conséquences sur les carrières des truies

Consulter le resumé

Les incidences de l’âge à la première mise bas et de l’intervalle entrée-fécondation sur la carrière des truies ont été analysées sur 35 631 truies croisées Large White x Landrace français, nées en 1990 et réparties dans 976 élevages français. Ces élevages suivis en Gestion Technique des Troupeaux de Truies (GTTT) ont été répartis en trois groupes selon l’estimation de leur politique de renouvellement : mise à la reproduction précoce, moyenne ou tardive.
PDF icon Analyse des modalités de mise à la reproduction des cochettes dans les élevages français. Conséquences sur les carrières des truies
1997

Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social

Consulter le resumé

Soixante quatre truies et leurs portées (4 truies/traitement/bande) ont été étudiées dans 4 différents traitements : (plein air ou bâtiment) x (porcelets isolés ou en groupe). Les comportements ont été observés le matin pendant 2 h. les 15 jours suivant la mise-bas. Les résultats indiquent qu’il y a eu moins de porcelets nés par portée en plein-air mais avec des poids plus élevés. La survie néonatale a été supérieure en bâtiment à celle observée en plein air. Les truies en bâtiment ont été moins actives, avec des positions d’allaitement significativement plus fréquentes qu’en plein air.
PDF icon Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social
1997

Étude des conséquences sur les performances de croissance et d’abattage d’un sevrage à 21 jours comparativement à un sevrage à 28 jours

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude expérimentale est de déterminer si le sevrage à 21 jours diffère ou non du sevrage à 28 jours sur les performances de croissance et d’abattage depuis 21 jours d’âge jusqu’à la vente. 202 porcelets sont mis en essai à 21 jours d’âge et 6,3 kg de poids vif (deux bandes de 98 et 104 porcelets). Pour chaque bande, la moitié des porcelets est sevrée à 21 jours et l’autre moitié à 28 jours. Les porcs sont abattus vers 105 kg de poids vif, leur croissance et leurs caractéristiques de carcasse sont enregistrées. Les consommations d’aliment par case sont relevées.
PDF icon Étude des conséquences sur les performances de croissance et d’abattage d’un sevrage à 21 jours comparativement à un sevrage à 28 jours
1997

Influence de la saison sur les performances de croissance du porc Large White placé en milieu tropical et en conditions d’élevage intensif

Consulter le resumé

Les performances de croissance de porcs Large White issues de données d’élevage du troupeau expérimental porcin INRA situé à la Guadeloupe, en zone intertropicale, ont été analysées en tenant compte des saisons les plus contrastées et du sexe. Les données enregistrées au cours de la période relativement fraîche et sèche (janvier à avril) ont été comparées à celles correspondant à la période plus chaude et plus humide (août à novembre).
PDF icon Influence de la saison sur les performances de croissance du porc Large White placé en milieu tropical et en conditions d’élevage intensif
1997

Évaluation du bien-être chez la truie gestante bloquée. Relation entre le bien-être et la productivité numérique

Consulter le resumé

L’objet de l’étude est d’analyser le système truie bloquée en gestation afin de déterminer les positions des indicateurs de bien-être en relation avec les critères liés aux animaux et aux conditions de l’environnement. L’observation est conduite sur un échantillon de 692 truies issues de 16 élevages du terrain répartis en 3 groupes selon le paramètre de productivité numérique des truies. Les résultats font apparaître que les indicateurs de bien-être caractérisés par l’activité motrice, et les activités orales non alimentaires sont très liés entre eux.
PDF icon Évaluation du bien-être chez la truie gestante bloquée. Relation entre le bien-être et la productivité numérique
1997

Effets d’un ajout de fibres végétales au régime alimentaire des cochettes sur le comportement, le rythme cardiaque et les concentrations sanguines de glucose et d’insuline au moment du repas

Consulter le resumé

Cette étude visait à déterminer si les régimes fibreux réduisent la faim et la motivation alimentaire des cochettes. Trente cochettes ont été nourries avec l’un des trois régimes suivants: maïs-soya (RC); son de blé (RF1); écailles d’avoine (RF2). Les régimes étaient isoprotéiques et isoénergétiques sur une base quotidienne. Le temps d’alimentation était plus long et la vitesse d’ingestion plus lente chez les cochettes RF1 et RF2 que chez les cochettes RC.

PDF icon Effets d’un ajout de fibres végétales au régime alimentaire des cochettes sur le comportement, le rythme cardiaque et les concentrations sanguines de glucose et d’insuline au moment du repas
1997

Effets d’une incorporation de parois végétales dans la ration alimentaire sur l’activité comportementale des truies gestantes

Consulter le resumé

L’étude vise à mesurer l’effet du taux de parois végétales dans l’aliment (CB 3,3 - 10,6 - 18,14%) sur le comportement de truies gestantes. Une procédure en carré latin est appliquée entre 30 et 100 jours de gestation en moyenne, à 12 truies multipares Large-White, logées en stalle bloquée. Chaque aliment expérimental est distribué sur une période de 21 jours à raison de 2,4 kg (B), 2,7 kg (M) et 3,0 kg (H).

PDF icon Effets d’une incorporation de parois végétales dans la ration alimentaire sur l’activité comportementale des truies gestantes
1997

Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction

Consulter le resumé

Afin de mesurer le bien-être des truies gestantes, 41 truies LW x LD (France Hybrides) ont été placées durant les 11 dernières semaines de gestation dans trois logements, par lot de 7 à 8 individus : logement individuel en stalle bloquée (B), logement en groupe avec alimentation en réfectoire fermé pendant le repas (GR), logement en groupe avec distribution d’aliment par chaîne à 120 g/mn dans auges séparées par bat-flanc (GBF). Dans chaque logement, deux aliments sont distribués l’un sans pulpe de betterave et peu fibreux (T), l’autre avec 15% de pulpe (F).
PDF icon Incidence du mode de logement et du mode d’alimentation sur le comportement de truies gestantes et leurs performances de reproduction
1997

Effets du taux de suif dans la ration sur la digestibilité des lipides et l’utilisation de l’énergie chez le porcelet entre le sevrage et 25 kg

Consulter le resumé

L’incorporation de 4 ou 8% de suif dans la ration de sevrage du porcelet n’améliore pas sensiblement les performances zootechniques; elle réduit la digestibilité apparente de l’énergie et augmente celle des lipides bien que la digestibilité des acides gras saturés baisse (NS) au taux de lipides le plus élevé. Elle entraîne de plus une augmentation du dépôt journalier d’énergie et de lipides en réduisant le dépôt de protéines corporelles. Le coût énergétique du gain de poids et du dépôt de protéines est augmenté (P<0,01).
PDF icon Effets du taux de suif dans la ration sur la digestibilité des lipides et l’utilisation de l’énergie chez le porcelet entre le sevrage et 25 kg
1997

Performances de croissance du porcelet en post-sevrage obtenues avec des régimes à base de pois et de manioc

Consulter le resumé

Le but de cette étude, menée chez le porcelet en post sevrage, est

1/ de déterminer si la teneur en énergie digestible du pois est déprimée lorsque ce dernier est associé à du manioc (essai de digestibilité),

2/ de vérifier si les performances de croissance obtenues avec des aliments comportant l’association pois-manioc sont équivalentes à celles obtenues avec du pois seul ou du manioc seul (essai de croissance). Les aliments expérimentaux de l’essai de croissance ont été formulés à partir des valeurs énergétiques déterminées lors de l’essai de digestibilité.
PDF icon Performances de croissance du porcelet en post-sevrage obtenues avec des régimes à base de pois et de manioc
1997

Pages