La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 101 à 120 de 263 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les performances se stabilisent

Consulter le resumé

Avec 28,8 porcelets sevrés par truie productive et par an, les résultats en maternité progressent très légèrement. Les critères de prolificité nés totaux, nés vivants et de sevrés se maintiennent en 2012. L'analyse des résultats de GTTT 2012 porte sur près de 276 000 truies issues de 1 086 élevages, soit 35 % des élevages bretons.

2013

Impact of farrowing induction practices on reproduction performances in pig farm

Consulter le resumé

Induction of parturition is a common practice, especially in large pig farms where it improves batch management.
Various benefits have been reported including better supervision and more day-time farrowings, less stillbirths, healthier sows, easier cross-fostering, more homogenous ages and weights at weaning. Inadequate use or timing of treatments may also have side effects such as lower birthweight and viability (Olson et al., 2009, Can. J. Anim. Sci. 89: 219–228). Early disruption of normal pre-partum hormonal cascade could interfere with lactogenesis (Foisnet et al., 2011, J. Anim. Sci. 89: 3048–3059). Therefore benefit of induction maybe questionable in prolific sows which already have high numbers of immature piglets. This study evaluates induction practices in prolific herds, and possible impacts on reproduction.
A survey was conducted in 2006 among 218 representative farms (production indoor herds >100 sows).
Reproductive events and average results for year 2005, were extracted from the National Pig Management database. Data analysis was based on a subsample of 177 herds were 1st insemination was always recorded as the beginning of pregnancy. Three groups were compared according to their induction rates; HIGH (≥60% sows, n=99), LOW ( [0–40% sows], n=36), or NULL (n=42); and age at weaning (3 vs 4 weeks). Results were analysed using two-way ANOVA or CHI2 tests.
Farrowing induction was implemented in 77% farms, on average for 46% sows. Farms from the HIGH group were larger (p<0.001), but had similar other characteristics and same prolificacies (13.9, 13.9 and 14.0 total born for HIGH, LOW and NULL, p>0.05). Some potentially detrimental practices were identified: no estimation of spontaneous gestation length (45%), imprecise calculations (17%), no sow data in farrowing room (17%), induction <113 days or without minimum gestation length (7%). Gestation was shorter (p<0.001) in HIGH (114.2) and LOW (114.3) than in NULL herds (114.8), with no significant difference in early (<113 days) farrowing rates (6.2, 8.6 and 7.2 % respectively p>0.05). Extended pregnancies (>116 days) and rate of week-end births both differed (6.4, 10.9 and 21.0% respectively p<0.001). Lack of induction was associated with more variable age at weaning (CV=11.9, 13.7 and 14% for HIGH, LOW and NULL, p<0.05), and higher risks of short lactations (<19 days) among herds with 3 weeks weaning strategies (9.8, 9.1 and 21.9% for HIGH, LOW and NULL, p<0.05). Fertility, pre-weaning mortality and weaned litter size were both improved (P<0.05) in HIGH herds.
Th is work confirms the benefits of farrowing induction but suggests that quality of procedures should be regularly monitored to optimize piglet maturity.
The study was funded by FranceAgrimer and received technical support from “Chambres d’Agriculture de Bretagne” and pig producers organizations.

PDF icon boulot-icpr2013.pdf
2013

Résultats 2012 des élevages : Une bouffée d’air mais la crise perdure

Consulter le resumé

Grâce à une forte augmentation du prix du porc, les élevages français ont connu une augmentation de leur rentabilité en 2012, avec une forte dispertion. La faible progression des performances techniques et des prix d’aliment toujours très élevés pèsent néanmoins fortement sur la situation de nombreux élevages. De lourds investissements sont nécessaires pour pérenniser les outils de production. 

PDF icon 2013bpn432-duflot.pdf
2013

Caractérisation des élevages à partir de BDPORC

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 80

Fiche n° 53

La concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires faites à l’élevage porcin conduisent à une évolution rapide des structures d’élevage en France, qu’il est important de suivre en temps réel.
Depuis juillet 2009, les éleveurs doivent notifier les mouvements (entrée/sortie) des porcins de chacun de leurs sites d’élevage dans BDPORC, la base de données nationale de l’identification porcine.
Cette étude s’inscrit dans le prolongement du travail exploratoire mené jusqu’en 2009 sur les valorisations envisageables pour BDPORC. Elle vise à calculer la spécialisation et la dimension des élevages, à partir des données de flux de porcins enregistrés dans la base de données.
L’objectif est de suivre l’évolution des structures d’élevage, en complément des enquêtes statistiques nationales.
Les indicateurs calculés sont comparés, pour un échantillon d’élevages, aux descripteurs fournis par la Gestion Technico-économique (GTE), afin de tester la fiabilité des algorithmes de calcul et de déterminer les paramètres de calcul les plus appropriés.

PDF icon Alexia Aubry, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 80
2013

Coûts de revient et résultats des élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 77

Fiche n° 50

Pour faire face à un contexte économique mondial toujours tendu, la filière porcine doit développer sa compétitivité et la maintenir. Aussi, les performances des élevages doivent sans cesse être mesurées et analysées.
Les performances technico-économiques des élevages de porcs en France sont calculées à partir du dispositif national de références, géré par l’IFIP.
L’analyse de ces données, couplée à celle d’autres indicateurs économiques et financiers, permet de réaliser les études nécessaires pour accompagner les acteurs dans leurs décisions et situer le niveau des performances françaises par rapport à celles de nos concurrents.

PDF icon Alexia Aubry, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 77
2013

Clés et trajectoires de la réussite des élevages en France

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 78

Fiche n° 51

Ces dernières années, les performances techniques des élevages de porcs se sont améliorées plus vite dans d’autres pays qu’en France.
Devant ce constat, et alors que des choix d’évolution sont nécessaires, l’IFIP a réalisé en 2012 un diagnostic précis de l’excellence technique en France.
L’analyse porte sur les élevages naisseurs-engraisseurs suivis en GTE en 2010.
Le niveau technique est synthétisé dans une marge sur coût alimentaire standardisée (performances techniques individuelles mais prix standardisés d’aliments et de base du porc).
Une enquête postale a été réalisée auprès des 20 % meilleurs élevages et une analyse économique menée avec le CER France Bretagne.

PDF icon Christine Roguet, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 78
2013

Tentative index model for the assessment of technical performances in french swine farms

Consulter le resumé

Decision to vaccinate against pathogens inducing subclinical troubles is not easy. The aim of this study was to set up a synthetic index to summarise weaning-to-slaughter pig performance based on growth, feed efficiency and mortality to help making this kind of decision.

2013

Tentative index model for the assessment of technical performances in french swine farms

Consulter le resumé

Decision to vaccinate against pathogens inducing subclinical troubles is not easy. The aim of this study was to set up a synthetic index to summarise weaning-to-slaughter pig performance based on growth, feed efficiency and mortality to help making this kind of decision.

2013

Tentative index model for the assessment of technical performances in french swine farms

Consulter le resumé

Decision to vaccinate against pathogens inducing subclinical troubles is not easy. The aim of this study was to set up a synthetic index to summarise weaning-to-slaughter pig performance based on growth, feed efficiency and mortality to help making this kind of decision.

PDF icon aubry2013.pdf, PDF icon aubry2013-2.pdf
2013

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster. En raison de la forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent pouvoir calculer rapidement et simplement leur coût de revient. La méthode GTE+ a été développée avec un objectif double :

- aller au-delà de la marge sur coût alimentaire et renouvellement, calculée en Gestion Technico-économique (GTE), et des coûts calculés au niveau global de l’exploitation, sur la période comptable seulement, en comptabilité ;

- renforcer la référence « coût de revient des porcs » à partir d’un échantillon d’élevages représentatif de l’élevage moyen.
PDF icon Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur
2013

Caractérisation des structures d'élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE

Consulter le resumé

Poster. La concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires poussent à une évolution rapide des structures d’élevage de porcs en France, qu’il est important de suivre en temps réel. Des algorithmes de calcul ont pour cela été développés à partir des flux de porcins enregistrés dans BDPORC, la base de données nationale de l’identification porcine.
PDF icon Caractérisation des structures d'élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE
2013

Du mieux dans les dépenses de santé

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques

Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.



Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.

PDF icon techporc_do_correge_n10_2013.pdf
2013

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster.

Dans un contexte économique sensible, avec une forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent connaître leur coût de revient avec précision, et pouvoir le situer par rapport à des références appropriées. La méthode GTE+ a alors été développée, avec un objectif double :

• Apporter un service complémentaire à l’éleveur, au‐delà de la Gestion Technico‐économique (GTE) qui s’arrête à la marge sur coût alimentaire et renouvellement, et au‐delà de la comptabilité qui analyse les coûts au niveau plus global de l’exploitation et sur la période comptable seulement.

• Renforcer la référence sur le coût de revient à partir d’un échantillon d’élevages suivis en GTE, représentatif de l’élevage moyen.

PDF icon jrp-2013-economie10.pdf
2013

Caractérisation des structures d’élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE

Consulter le resumé

Poster. La concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires poussent à une évolution rapide des structures d’élevage de porcs en France, qu’il est important de suivre en temps réel. Des algorithmes de calcul ont pour cela été développés à partir des flux de porcins enregistrés dans BDPORC, la base de données nationale de l’identification porcine.

PDF icon jrp-2013-economie12.pdf
2013

Performances techniques et économiques des élevages de porcs en France : identifier les clés et les trajectoires de la réussite

Consulter le resumé

Alors que la rentabilité de la production de porcs s’effrite et que des choix d’évolution sont nécessaires pour regagner en compétitivité, la présente étude propose un diagnostic précis de l’excellence technique en élevages de porcs en France en 2010, identifie les facteurs et trajectoires de réussite et évalue son bénéfice économique. Le niveau technique global de chaque élevage naisseur‐engraisseur a été synthétisé en une marge sur coût alimentaire standardisée (valeurs individuelles pour les performances techniques, prix moyens pour l’aliment et le porc).

PDF icon jrp-2013-economie03.pdf
2013

Relation entre l'usage des antibiotiques et les performances technico-économiques en élevage de porcs

Consulter le resumé

L'objectif de cette étude est d'analyser les relations entre les quantités d'antibiotiques utilisées et les performances technico-économiques des élevages.
2012

Références sur les élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Depuis plus de 40 ans, les bases de données

fournissent des références techniques et économiques aux éleveurs de porcs et à l’ensemble de la filière. Malgré les difficultés des producteurs, la participation aux dispositifs se maintient et la représentativité des références est préservée dans les dispositifs de GTTT et de GTE.



Brigitte BADOUARD
PDF icon Références sur les élevages de porcs en France
2012

Evolution des résultats économiques des éleveurs de porcs en France, et diversité des situations

Consulter le resumé

L’analyse de la situation économique des éleveurs de porcs mène à un double constat

La situation économique des éleveurs s’est dégradée sur le long terme. La filière doit s’adapter à court terme, pour faire face à un nouvel équilibre basé sur des coûts élevés
PDF icon Evolution des résultats économiques des éleveurs de porcs en France, et diversité des situations
2012

Caractéristiques, facteurs de réussite et trajectoires des élevages de porcs les meilleurs techniquement en France

Consulter le resumé

Comment peut-on améliorer la rentabilité

de la production porcine française? par des performances techniques meilleures de l'élevage, par le prix de vente des porcs, la performance des facteurs de production : aliment, reproducteurs, bâtiments et équipements… une meilleure commercialisation, la compétitivité de l'aval, la différenciation et la valeur ajoutée des produits.
PDF icon Caractéristiques, facteurs de réussite et trajectoires des élevages de porcs les meilleurs techniquement en France
2012

Résultats 2011 : les performances techniques restent essentielles

Consulter le resumé

Les données économiques de l'année 2011 confirment la situation difficile dans laquelle se trouvent les éleveurs de porcs depuis quelques années. Toujours déterminant dans l'explication des écarts de résultats économiques entre élevages, le progrès technique(1) accuse une baisse de régime mais se poursuit.





(1) Les résultats présentés sont issus du dispositif national de références de GTTT et GTE
2012

Pages