La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 61 à 80 de 418 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Smartpharm automatise les des traitements sanitaires

Consulter le resumé

Michel Marcon, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 258, mai, p. 20-21

L’Ifip développe avec Asserva une application pour identifier les médicaments par la lecture de QR code ou de code-barre et affecter ensuite un traitement adapté à la salle, la case ou l’animal porteur d’une puce RFID.

PDF icon Michel Marcon, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 258, mai, p. 20-21
2018

Antimicrobial usage evolution between 2010, 2013 and 2016 in a group of French pig farms

Consulter le resumé

Hémonic A et al., 10th European Symposium of porcine health management, mai 2018, Barcelone, Espagne, poster

Monitoring antimicrobial usage in pig farms is a key element of a reduction plan. The objective of this study was to analyse the antimicrobial usage evolution in the same farms between 2010-2013-2016 and to identify the factors of variations.

PDF icon Hémonic A et al., 10th European Symposium of porcine health management, mai 2018, Barcelone, Espagne, poster
2018

De meilleurs résultats économiques avec une biosécurité renforcée

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 257, avril, p. 36-37

Plusieurs études, dont deux de l’Ifip, montrent un lien entre le niveau de biosécurité et les usages d’antibiotiques. Elles mettent aussi en lumière l’intérêt technico-économique des mesures mises en place.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 257, avril, p. 36-37
2018

Les antibiotiques, ce n’est pas automatique chez le porc

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° .257, avril, p. 20-21

Le porc français n’est pas accro aux antibios.
Dans le cadre du plan Ecoantibio, il s’est même distingué, avec une baisse record d’utilisation des antibiotiques de 41% en cinq ans.

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° .257, avril, p. 20-21
2018

Développement d’un système de pesée individuelle et automatisée des porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Poster présenté par Michel Marcon, Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic., aux 50es Journées de la Recherche Porcine, 2018, 6 et 7 février 2018, Paris

Depuis deux ans, la station expérimentale de l’Ifip à Romillé est équipée d’automates permettant de collecter des informations sur le comportement alimentaire et d’abreuvement des porcelets. Sur la base de machine-learning (analyse des flux continus de données) visant, à moyen terme, à établir des modèles de détection précoce de pathologies, l’IFIP a développé un nouvel automate, en partenariat avec ASSERVA, pour mesurer en routine, le poids des porcelets de 7 à 35 kg indispensable au perfectionnement de la méthode d’analyse.

PDF icon Poster de Michel Marcon et al.., 50es JRP, 2018, 6 et 7 février, Paris
2018

Développement d’un dispositif de pesée individuelle et automatisée des porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 243-244, par Michel Marcon, Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic, poster

Poster.

L’étude des comportements alimentaire et d’abreuvement des porcelets en post-sevrage ouvre des réelles perspectives pour l’élaboration de modèles prédictifs de détection précoce des pathologies (Pijpers et al., 1991 ;Andersen et al.,2014). Il est aujourd’hui possible, au moyen d’automates, de disposer en temps réel d’un ensemble d’informations sur les quantités d’eau bues (Rousselière et al., 2016) ou sur l’aliment consommé (Marcon, 2017). Les premiers travaux menés par l’IFIP sur la détection précoce de pathologies à partir des comportements d’abreuvement et/ou alimentaires montrent que le poids individuel des animaux est une variable essentielle pour la pertinence de ces modèles. Or, la mise en oeuvre de cette pesée de manière automatisée et dans de bonnes conditions de précision reste délicate. A cet effet, un nouvel automate a été développé, conjointement avec la société ASSERVA ; adapté à des porcelets de 7 à 35 kg, il associe à un abreuvoir connecté un dispositif individuel de pesée en temps réel. L’expérimentation présentée vise à évaluer la qualité de cette pesée.

Development of an individual automatic weighing device for weaned piglets

To develop early disease detection models for weaned piglets, accurate individual animal data are required. Thus, IFIP’s (French pig institute) experimental farm in Romillé (France) instrumented weaning pens with automatic feeders and drinkers. Initial analysis of these data highlighted the need to know daily weights of individual piglets to build the models. An automated system, developed by IFIP and the equipment manufacturer Asserva, was tested in 6 pens of 17 piglets each, in 2 post-weaning rooms. A weighing system is connected to the instrumented drinkers in a single stall made from a stainless steel box hanging from two force sensors. Side panels protect the weighing system and prevent disturbance by other animals. A radiofrequency identification (RFID) antenna located behind a drinking bowl checks the ear tag of the animal in the stall. Because the device weighs both the animal and the bowl, it can accurately measure the weight even when the animal is drinking. Its weight is then recorded and time stamped. A data-cleaning algorithm is used to remove abnormal weight values. Although it removed 25% of the data recorded, 15 weight values per piglet per day remained available. A daily average of these individual data was compared to manual individual weighing to assess the accuracy of automatic weighing. The average difference was small (1.5%) and non-significant when compared within a given weight range (light/medium/heavy). Ultimately, the daily sequence of individual weight appears to be sufficiently reliable to help improve understanding of water and feeding behavior and thus development of early disease detection models.

PDF icon Michel Marcon et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 243-244, poster
2018

Quantifier, expliquer et réduire l’usage des antibiotiques en élevage porcin en Europe : bilan du projet MINAPIG

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 219-228, par Lucie Collineau (INRA / SAFOSO AG) et al.

Face à la nécessité de réduire l’usage des antibiotiques en élevage porcin tout en préservant la santé et le bien-être des animaux, un consortium impliquant des chercheurs de six pays européens a été constitué pour mener à bien, de 2012 à 2015, le projet de recherche MINAPIG (« Evaluation of strategies for raising pigs with minimal antimicrobial usage »). Une analyse critique des indicateurs utilisés pour décrire l’usage des antibiotiques a montré l’intérêt de combiner plusieurs indicateurs pour une description précise et une compréhension des usages. Deux études successives ont été conduites dans quatre pays européens : l’Allemagne, la Belgique, la France et la Suède. Une première étude épidémiologique transversale a porté sur 227 élevages naisseurs-engraisseurs puis une étude d’intervention testant des mesures alternatives a concerné 70 élevages (pour la plupart déjà impliqués dans la première phase du projet). Les déterminants de l’usage sont d’une part l’expression clinique de maladies et d’autre part et d’autre part la perception que les éleveurs ont des antibiotiques, avec toutefois des nuances entre pays. L’étude d’intervention a démontré la possibilité de réduire l’usage sans impacter les performances techniques et économiques des exploitations à condition de préconiser des mesures alternatives adaptées à la situation sanitaire de chaque élevage et que l’observance des mesures préconisées soit bonne.

Quantify, explain and reduce antimicrobial usage in pig production in Europe: key results of the MINAPIG Project

Because of the need to reduce the use of antimicrobials in pig farming while preserving animal health and welfare, a consortium of researchers from six European countries was set up to carry out, from 2012-2015, the MINAPIG research project: "Evaluation of strategies for raising pigs with minimal antimicrobial usage". An analysis of indicators of antimicrobial usage has shown that a combination of several indicators is appropriate to thouroughly describe and explain the use of antimicrobials. Two successive studies were conducted in four European countries: Germany, Belgium, France and Sweden. A cross-sectional epidemiological study was first conducted among 227 farrow-to-finish farms, followed by an intervention study assessing alternative measures to antimicrobials on 70 farms (most of which were already involved in the cross-sectional study). Both the occurrence of clinical signs and the perceptions of farmers regarding antimicrobials were associated with usage, although the situation was variable between countries. During the intervention study we demonstrated that antimicrobial usage could be reduced without jeoapardising technical and economical performance if ad hoc (i.e. taking into account the health status of the herd) alternative measures were designed and if the compliance was high.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

La biosécurité en élevage de porcs : enjeux, observance, freins et perspectives de progrès

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 177-188, par Isabelle Corrégé et Anne Hémonic

La maîtrise de la santé en élevage de porcs est l’un des défis majeurs de la filière porcine. La biosécurité, qu’elle soit externe ou interne, impacte la santé en agissant comme facteur préventif de l’introduction ou de la propagation des maladies en élevage. De plus, des études françaises et étrangères montrent un lien entre le niveau de biosécurité et les usages d’antibiotiques, l’application de mesures strictes de biosécurité étant un des moyens de réduire les usages. D’autres études mettent également en lumière l’intérêt technico-économique de la biosécurité, les élevages avec les meilleures pratiques ayant des performances techniques optimisées et un écart de marge standardisée de l’ordre de 200 € par truie et par an par rapport aux élevages avec des pratiques plutôt défavorables. Cependant, la mise en oeuvre des mesures de biosécurité est très variable selon les élevages et des axes de progrès persistent malgré de nombreuses actions de sensibilisation menées ces dernières années en particulier sous l’égide du plan Ecoantibio. Une des raisons est que ces démarches apparaissent parfois comme des contraintes supplémentaires nécessitant des investissements ou des modifications des pratiques sans nécessairement d’effets favorables sur les performances technico-économiques. D’autres freins sont également identifiés tels qu’une formation insuffisante des éleveurs sur ce sujet, la difficulté à prioriser les mesures, des contraintes économiques, etc. Afin d’améliorer cette situation, certaines mesures peuvent être déployées que ce soit en matière de formation, de communication, d’accompagnement des élevages par des audits ou au travers de démarches qualités.

Biosecurity in pig herds: issues, compliance, obstacles and improvement pathways

Maintaining the health of pig herds is one of the major challenges of the pig industry. Biosecurity, whether external or internal, impacts health by acting as a preventive factor in the introduction or spread of diseases. Moreover, French and international studies show a link between the level of biosecurity and the use of antibiotics: application of strict biosecurity measures is one way to reduce antibiotic use. Other studies show technical and economic impacts of biosecurity: pig farms with high biosecurity levels have optimized technical performances. The difference in standardized margins between these farms and those with lower biosecurity levels is estimated at around 200 € per sow per year. However, the application of biosecurity measures varies considerably between farms. Room for improvement remains large despite numerous awareness-raising measures carried out in recent years, in particular within the French Ecoantibio plans. One reason is that biosecurity sometimes appears as an additional constraint requiring investment or changes in practices without necessarily having a favorable effect on technical and economic performances. Other influences are identified, such as inadequate training of farmers about this subject, difficulty in prioritizing measures, economic pressure, etc. To improve this situation, some measures can be deployed: training, communication, biosecurity audits or quality assurance plans.

PDF icon Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 177-188
2018

Antimicrobial usage evolution between 2010, 2013 and 2016 in a group of French pig farms

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., 1st International Conference of quantification, Benchmarking and Stewardship of veterinary antimicrobial usage, 27-28 février 2018, Gand, Belgique, poster

Monitoring antimicrobial usage in pig farms is a key element of a reduction plan. The objective of this study was to analyse the antimicrobial usage evolution in the same farms between 2010-2013-2016 and to identify the factors of variations.

PDF icon Anne Hémonic et al., 1st International Conference of quantification, 27-28 février 2018, Gand, Belgique, poster
2018

Un autodiagnostic en un coup d'oeil avec PorciSanté

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 34-35

PorciSanté est un outil d'autodiagnostic mis au point par l'Ifip pour comprendre le lien entre des interventions sur les animaux et leur santé. En un coup d'oeil, on peut faire un point rapide sur une situation et déterminer les mesures correctives les plus appropriées.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 34-35
2018

Field evaluation of piglet vaccination with a Mycoplasma hyopneumoniae bacterin as compared to a ready-to-use product including porcine circovirus 2 and M. hyopneumoniae in a conventional French farrow-to-finish farm

Consulter le resumé

Didier Duvion et al., Porcine Health Management, 2018, volume 4, n° 4, 18 janvier, 8 pages

Abstract

BACKGROUND:

A controlled randomized trial was performed on a well-managed conventional French 180-sow farm. The trial compared the growth performances of piglets vaccinated at weaning (single shot) either with a commercial monovalent Mycoplasma hyopneumoniaebacterin vaccine or with a commercial bivalent vaccine (Porcilis® PCV M Hyo) against M. hyopneumoniae and porcine circovirus 2 (PCV2). The farm's porcine reproductive and respiratory syndrome status was stable, and most diseases (enzootic pneumonia, atrophic rhinitis, post-weaning multisystemic wasting syndrome) were controlled by routine vaccination.

RESULTS:

During the post-weaning phase, the growth performances of the piglets vaccinated with the bivalent vaccine were not significantly different from those vaccinated with the monovalent vaccine. However, during the fattening phase the group vaccinated with the bivalent vaccine had a significantly improved ADG (+34 g/d, p = 0. 047), resulting in a 5-day earlier shipment to slaughter. The group also had a shorter and lower PCV2 load in serum during the fattening period, and an improved lung lesions score. In both groups, three pigs died during the peak PCV2 viraemia (16-23 weeks of age). Immunohistochemistry of the lymph nodes showed that in the group vaccinated with the bivalent vaccine, none of these pigs had PCV2-like lesions, while 2 out of the 3 from the other group did. Results suggest that the added PCV2 valence in the vaccination protocol helps countering the negative impact of subclinical PCV2 infection on growth. The calculated return on investment of the added PCV2 vaccine valence was €1.7 extra revenue per slaughtered pig (€ 39 additional revenue per sow and per year), despite the fact that the cost of the bivalent vaccine was higher than the monovalent M. hyopneumoniae vaccine.

CONCLUSION:

In this healthy conventional sow farm, the combined M. hyopneumoniae and PCV2 vaccination was efficacious, convenient to administer and profitable

https://porcinehealthmanagement.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/s40813-017-0077-y

2018

La biosécurité passe par une eau de qualité

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 255, janvier, p. 28-30

Une eau de qualité fait partie des mesures de biosécurité essentielles pour maîtriser l'état sanitaire d'un cheptel. Des analyses régulières sont indispensables pour bien l'évaluer.

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 255, janvier, p. 28-30
2018

La démarché GVET (Gestion des traitements VETérinaires en élevage) pour moderniser le registre des traitements et mesurer les usages d'antibiotiques en élevage porcin

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., Colloque de l’Association française de médecine vétérinaire (AFMVP), session : la biosécurité : l’alpha et l’oméga, courtes communications, cas pratiques, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes

L’éleveur est l’infirmier de son élevage : il prépare et administre les traitements aux animaux, conformément aux prescriptions vétérinaires. A ce titre, il endosse de nombreuses responsabilités : la santé et le bien-être des animaux, la sécurité et salubrité de la viande de porc, la sécurité du personnel de l’élevage.
Bien que la traçabilité des traitements vétérinaires en élevage soit obligatoire depuis 2000 (1), la quasi-totalité des éleveurs collecte actuellement ces informations sur support papier, sous des formats hétérogènes. La seule motivation est bien souvent de répondre aux obligations de traçabilité de l’utilisation des médicaments vétérinaires en élevage, régulièrement contrôlées par les Services de l’Etat. Cette réglementation est perçue comme une contrainte car elle exige une saisie répétitive et de peu d’intérêt, sans aucune valorisation afférente des données.
Désormais, de nouveaux éléments de contexte incitent à moderniser ce registre des traitements et à suivre les usages d’antibiotiques : les deux plans Ecoantibio (2, 3) recommandent de créer des outils d’auto-évaluation des usages d’antibiotiques en élevage à destination des éleveurs et des vétérinaires ; un Arrêté Ministériel de 2015 (4) demande aussi aux éleveurs de faire état des quantités et catégories d’antibiotiques utilisés sur une période donnée.
La démarche GVET (Gestion des traitements VETérinaires en élevage), entreprise par l’Ifip, l’Anses et Isagri et financée par le Plan Ecoantibio, vise à répondre à ces nouveaux enjeux : la modernisation du registre des traitements en élevage et la mesure standardisée et officielle des usages d’antibiotiques en élevage.

PDF icon Anne Hémonic et al., colloque de l'AFMVP, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes
2017

La biosécurité comme levier d’amélioration technico-économique en élevage de porcs

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, Bulletin des GTV (FRA), 2017, numéro spécial, p. 109-115

La biosécurité et les bonnes pratiques d’hygiène en élevage de porcs sont aujourd’hui primordiales pour répondre aux évolutions réglementaires (Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène), pour maîtriser la santé et donc permettre une diminution de l’usage des antibiotiques (Plan EcoAntibio). Cependant, la mise en oeuvre des mesures de biosécurité est très variable selon les élevages et des axes de progrès persistent, pour partie parce que les acteurs ne perçoivent pas le retour sur investissement de la mise en place de mesures de biosécurité. Les conditions d’élevage, dont la biosécurité, impactent la santé en agissant comme facteurs protecteur ou de risque de l’expression des maladies. De plus, des études françaises et étrangères montrent un lien entre le niveau de biosécurité et les usages d’antibiotiques, l’application de mesures strictes de biosécurité étant un des moyens de réduire les usages. D’autres études mettent également en lumière l’intérêt technico économique, les élevages ayant les meilleures pratiques ont des performances techniques optimisées ce qui se traduit par un écart de marge standardisée avec les élevages ayant des pratiques plutôt défavorables de l’ordre de 200 € par truie et par an.

2017

La biosécurité en élevage de porcs : enjeux, observance, freins et perspectives de progrès

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, Colloque de l’Association française de médecine vétérinaire (AFMVP), session : la biosécurité : l’alpha et l’oméga, courtes communications, cas pratiques, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes

La maîtrise de la santé en élevage de porcs est l’un des défis majeurs de la filière porcine. La biosécurité, qu’elle soit externe ou interne, impacte la santé en agissant comme facteur préventif de l’introduction ou de la propagation des maladies en élevage. De plus, des études françaises et étrangères montrent un lien entre le niveau de biosécurité et les usages d’antibiotiques, l’application de mesures strictes de biosécurité étant un des moyens de réduire les usages. D’autres études mettent également en lumière l’intérêt technico-économique de la biosécurité, les élevages avec les meilleures pratiques ayant des performances techniques optimisées et un écart de marge standardisée de l’ordre de 200 €/truie/an par rapport aux élevages avec des pratiques plutôt défavorables. Cependant, la mise en oeuvre des mesures de biosécurité est très variable selon les élevages et des axes de progrès persistent malgré de nombreuses actions de sensibilisation menées ces dernières années en particulier sous l’égide du plan Ecoantibio. Une des raisons est que ces démarches apparaissent parfois comme des contraintes supplémentaires nécessitant des investissements ou des modifications des pratiques sans nécessairement d’effets favorables sur les performances technico-économiques. D’autres freins sont également identifiés tels qu’une formation insuffisante des éleveurs sur ce sujet, la difficulté à prioriser les mesures, des contraintes économiques, etc. Afin d’améliorer cette situation, certaines mesures peuvent être déployées que ce soit en termes de formation, de communication, d’accompagnement des élevages par des audits ou au travers de démarches qualités. 

ENG

Biosecurity in pig herds : issues, compliance, obstacles and improvement ways

The health control in pig herds is one of the major challenges of the pig industry. Biosecurity, whether external or internal, impacts health by acting as a preventive factor in the introduction or spread of diseases. Moreover, French and international studies show a link between the level of biosecurity and the use of antibiotics: the application of strict biosecurity measures is one of the ways to reduce their usage. Other studies show the technical and economic impact of biosecurity: pig farms with high biosecurity levels have optimized technical performances. The difference of standardized margins between these farms and those with lower biosecurity levels is estimated at around 200 €/sow/year. However, the application of biosecurity measures varies considerably between farms. The marge of improvement remains important despite numerous awareness-raising measures carried out in recent years, in particular within the French Ecoantibio plans. One of the reasons is that biosecurity sometimes appears as an additional constraint requiring investment or changes in practices without necessarily having a favorable effect on technical and economic performances. Other influences are identified, such as inadequate training of farmers on this subject, difficulty in prioritizing measures, economic pressure, etc. In order to improve this situation, some measures can be deployed: training, communication, biosecurity audits or quality assurance schemes. 

PDF icon Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, colloque de l'AFMVP, le 30 novembre-1er décembre 2017, Rennes
2017

La qualité de l’eau en élevage : cas pratiques, retours d’audits

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Colloque de l’Association française de médecine vétérinaire (AFMVP), session : la biosécurité : l’alpha et l’oméga, courtes communications, cas pratiques, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes

La qualité de l’eau d’abreuvement fait partie des mesures de biosécurité essentielles pour maîtriser l’état sanitaire d’un cheptel. En effet, une mauvaise qualité bactériologique et/ou physico-chimique de l’eau peut impacter le statut sanitaire des élevages, soit de façon directe (transmission d’agents pathogènes dans l’eau d’abreuvement), soit de façon indirecte (présence d’éléments interférents, comme le fer, le manganèse ou le calcium qui peuvent réduire la solubilité des médicaments solubles, diminuer l’efficacité désinfectante de la chloration ou entretenir le dépôt d’un biofilm hébergeant des agents pathogènes).
Dix formations, pris en charges par le Plan Ecoantibio, ont été réalisés par l’Ifip sur les 12 derniers mois. Le programme portait sur l’eau d’abreuvement (la qualité bactériologique et physico-chimique de l’eau, la gestion des abreuvoirs) et l’administration de traitement par pompe doseuse. 77 vétérinaires et techniciens ont suivi la formation en salle qui s’est prolongée, à cinq reprises, par un audit en élevage. L’objectif de cet article est de présenter quelques retours d’expérience sur les audits réalisés (constats et recommandations formulées).

PDF icon Anne Hémonic, colloque de l'AFMVP, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes
2017

Transport de porcs vivants : la biosécurité est essentielle

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, Colloque de l'Association française de médecine vétérinaire porcine (AFMVP), session : la biosécurité : l'alpha et l'oméga, courtes communications, cas pratiques, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes

Le transport des porcs vivants est un des principaux risques de transmission de maladies entre pays, régions ou élevages. Un nombre très important de camions avec des porcs circulent sur notre territoire. La situation sanitaire à l'égard de la peste porcine africaine (PPA) qui s’étend vers l’ouest de l’Europe et de la diarrhée épidémique porcine (DEP) décrits dans plusieurs pays européens et en France doit inciter les acteurs à renforcer leur vigilance. En France, une partie du territoire et certains élevages sont négatifs SDRP et l’objectif est de maintenir ce statut. Le renforcement des mesures de biosécurité liées aux transports est donc nécessaire pour limiter le risque de propagation de ces maladies.

PDF icon Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, colloque de l'AFVMP, 30 novembre et 1er décembre 2017, Rennes
2017

Traitements vétérinaires en élevage de porcs : mieux les gérer grâce à l'outil informatique GVET

Consulter le resumé

Visuels présentés par Anne Hémonic, vétérinaire IFIP,  au Space 2017, le 12 septembre 2017, à Rennes (Matinales de l'IFIP)

PDF icon Visuels d'Anne Hémonic au Space 2017, Matinales IFIP
2017

Synthèse des audits sur la conformité des élevages de porcs aux mesures du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène

Consulter le resumé

Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster

L'objectif du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène (GBPH) est d'aider les éleveurs à maîtriser la séucrité sanitaire de la viande de porc pour le consommateur. Il a été officiellement validé par les services de l'Etat en 2012.
Entre 2010 et 2013, les Organisations de Producteurs ont réalisé des audits pour vérifier le niveau de conformité des élevages aux mesures du GBPH et définir les points de pregression. Cet article fait la synthèse de l'ensemble des audits transmis à l'Ifip.

PDF icon Anne Hémonic et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier-1er février 2017, poster
2017

Devenir de six antibiotiques dans les lisiers de porc

Consulter le resumé

Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster

Les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage se retrouvent en partie dans leurs déjections, sous une forme inchangée ou sous la forme de métabolites potentiellement actifs, à hauteur de 30 à 90 % des quantités administrées (Massé et al., 2014 ; Levasseur et Hémonic, 2015). Or, tant qu’ils sont actifs, ces antibiotiques peuvent favoriser le développement de bactéries résistantes dans le lisier ou ses issues destinés à être épandus sur les sols. Dans la bibliographie, très peu de données existent sur le devenir des antibiotiques dans les conditions françaises. Cette étude vise donc à analyser le devenir des antibiotiques issus des principales familles utilisées en production porcine en France : polypeptides, tétracyclines, pénicillines, macrolides (Anses-ANMV, 2013), au cours des étapes les plus courants de la gestion des lisiers : (1) stockage sous caillebotis lors de la phase d’élevage, (2) séparation de phases du lisier brut par une décanteuse centrifuge, (3) stockage extérieur d’un lisier brut et sa fraction centrifugée, (4) compostage-maturation de la fraction solide issue de la séparation de phases.

ENG

Fate of six antibiotics in pig slurry

Within the frame of the French program "Ecoantibio 2017", the fate of six main antibiotics (colistin, trimethoprim-sulfadiazin, amoxicillin, tylosin and doxycyclin), mostly used in the pig sector, was studied through common practices of effluent management. After their administration in drinking water, using a dosing pump, their metabolism in the animal and the storage of the slurry under the slatted floor over the growing phase, reduced their content from 54 % to more than 99 % depending on the antibiotic. Colistin was the most resistant, while amoxicillin and trimethoprim were not detectable anymore. After this phase, slurry was separated in a decanter-centrifuge. During the 3.5 months of composting-maturation of the solid fraction, the amount of antibiotics strongly decreased, from 41 to 99 % depending on the considered molecule, confirming the interest of this practice in order to reduce soil contamination. In raw slurry as in the liquid fraction usually stored in an outdoor pit, quantities of colistin and doxycyclin stayed rather stable, whereas the tylosin concentration fell, especially after a hundred days of storage. The evolution of sulfadiazine was more difficult to explain considering the variability of its observed concentrations over time.

PDF icon Pascal Levasseur et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 269-270, poster
2017

Pages