La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 161 à 180 de 418 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Impact du rang de portée et de la vaccination des truies sur la prévalence et la sévérité des lésions de rhinite

Consulter le resumé

Poster.

La rhinite atrophique peut entraîner une baisse des performances de croissance des porcs. Elle favorise également les pathologies pulmonaires et la capacité de filtration des agents pathogènes et des poussières en raison d'une muqueuse nasale réduite. La vaccination des truies contre la rhinite atrophique vise à protéger les porcelets par une immunité passive transmise par le colostrum. La prévalence et la sévérité des lésions de rhinite atrophique sont généralement évaluées par la notation de l’intensité des déformations des cavités nasales sur coupe transversale des groins (Rolland et al., 2012). L'objectif de cette étude est de comparer la prévalence et la sévérité des lésions de rhinite atrophique des porcs selon le statut vaccinal et le rang de portée de leur mère.

Impact of parity and vaccination of sows against Atrophic Rhinitis on the lesion score observed on the snouts of pigs

Vaccination of sows against Atrophic Rhinitis aims to protect piglets by passive immunity transmitted via the colostrum. The prevalence and intensity of Atrophic Rhinitis is often assessed by scoring nasal lesions. The objective of this study was to compare the rhinitis lesions scored on the snouts of pigs according to vaccine status and parity of their mother (primiparous and multiparous; vaccinated or unvaccinated). A total of 283 pigs from one experimental farrow‐to‐finish farm were used. The farm has been vaccinating against Atrophic Rhinitis for many years, and has a level of rhinitis lesions in the low to medium range. Four groups of pigs were defined according to the vaccine status of the sows / gilts: pigs born from unvaccinated gilts, pigs born from unvaccinated sows, pigs born from vaccinated gilts, pigs born from vaccinated sows. The average lesion scores of pigs born from unvaccinated sows or gilts were higher than those born from vaccinated sows or gilts. There was no difference between the lesion scores of pigs born from vaccinated gilts and those of pigs born from vaccinated sows. The average lesion scores of pigs born from unvaccinated gilts are significantly higher than those born from unvaccinated sows. This underlines the need to complete vaccination courses for maximal protection.

PDF icon Poster JRP de Isabelle Corrégé et al.
2015

Détection précoce des pathologies porcines : faites parler l'eau qu'ils boivent

Consulter le resumé

Outil innovant pour le diagnostic sanitaire, le relevé des consommations individuelles d'eau - en cours d'études à l'Ifip - devrait permettre d'améliorer la prise en charge des animaux en cas de pathologies.

2015

Impact de la gestion des effluents d’élevage sur la dégradation des antibiotiques / Impact of slurry and manure management on the degradation of antibiotics

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(1), 27-49 - La revue R&D de la filière porcine française

Les antibiotiques sont très utilisés dans tous les pays et filières d’élevages. La bibliographie internationale montre que les molécules les plus souvent dosées dans les déjections animales et qui se retrouveront dans l’environnement, sont les tétracyclines, les sulfonamides, les macrolides, les quinolones et fluoroquinolones. Après leur administration, les antibiotiques peuvent favoriser le développement de bactéries et gènes de résistance tant qu’ils sont métaboliquement actifs.
Le plan « Ecoantibio 2017 » ambitionne d’enrayer ce risque d’antibiorésistance et s’est fixé comme objectif phare une réduction de 25 % des usages d’antibiotiques en cinq ans. Leur utilisation qui a largement baissé dans la filière porcine française, demeurera une nécessité pour la santé et le bien-être animal.
La littérature scientifique montre que l’organisme animal dégrade assez peu les antibiotiques puisque leur excrétion s’effectue en l’état et/ou sous forme de métabolites actifs, à hauteur de 30 à 90 % des quantités administrées. Au cours du stockage, la plupart des résidus d’antibiotiques forment des complexes avec des matières organiques et demeurent plutôt stables bien qu’une grande diversité de persistance puisse être observée. Après un épandage, les sols ont plutôt un effet protecteur. La contamination des eaux nécessite toutefois que l’antibiotique soit à la fois persistant et mobile. Les procédés de traitement pouvant être mis en oeuvre peuvent également réduire les concentrations d’antibiotiques, c’est le cas notamment du compostage mais aussi, dans une moindre mesure et/ou d’une manière plus variable, le traitement biologique par boue activée et la méthanisation. Il demeure toutefois beaucoup d’incertitude quant à leur efficacité réelle compte tenu d’un manque de standardisation des protocoles expérimentaux. Il y a ainsi de fréquentes confusions entre adsorption et destruction. Pour juger des risques de développement de l’antibiorésistance, il serait par ailleurs nécessaire de faire le lien avec la prévalence des bactéries et des gènes de résistance aux antibiotiques dans les différents compartiments (effluents, eaux, sols).

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Baisse forte et collective : des usages d'antibiotiques : une tendance à confirmer

Consulter le resumé

Une baisse des usages d’antibiotiques de 31 % entre 2010 et 2013, avec 74 % d’élevages impliqués. Ce sont les résultats obtenus dans 46 élevages naisseurs-engraisseurs du Grand Ouest. Cette étude, bien que basée sur un échantillon d’élevages non représentatif de la production porcine française, reflète bien les efforts collectifs réalisés dans la filière porcine sur les trois dernières années.

PDF icon techporc_hemonic_n22_2015.pdf
2015

Évolution des usages d’antibiotiques et perception par les éleveurs

Consulter le resumé

La consommation d’antibiotiques a diminué de 31 % en moyenne entre 2010 et 2013 dans les élevages qui ont participé à une étude présentée lors du congrès de l’Association française de médecine vétérinaire porcine (AFMVP) à Paris, en décembre dernier.

2015

Contrôle de la qualité du nettoyage des salles d'élevage

Consulter le resumé

Fiche sanitaire n° 8

La méthode décrite ci-dessous permet d'optimiser les protocoles de nettoyage-désinfection, et de valoriser un travail souvent fastidieux et difficile.

PDF icon techporc_fiche_sanitaire_n20_2014.pdf
2014

Impact de la vaccination des porcelets vis-à-vis du PCV2 sur les performances des porcs en croissance dans un contexte subclinique

Consulter le resumé

L’objectif de cet essai est d’étudier l’impact, sur les performances des porcs en engraissement, de la vaccination vis-à-vis du PCV-2 des truies et des porcelets, en comparaison à la seule vaccination des truies, dans un contexte subclinique et en lien avec la circulation démontrée du virus.

PDF icon correge2014.pdf
2014

Nettoyage-désinfection (2/2)

Consulter le resumé

Fiche sanitaire n° 7

La réalisation d’un protocole complet de nettoyage-désinfection participe à la maîtrise des pathologies. Le nettoyage-désinfection, s’il n’est pas correctement réalisé, représente un facteur de risque de la plupart des maladies. C’est également un des éléments clés de la maîtrise des salmonelles et des Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène en élevage.

PDF icon techporc_fiche_sanitaire_n19_2014.pdf
2014

¿Cuál es el impacto sobre los rendimientos técnico-económicos de la bioseguridad y el control sanitario en porcino?

Consulter le resumé

Las medidas relativas a bioseguridad, higiene y manejo pueden parecer, en contextos económicos como el actual, obligaciones adicionales que requieren inversiones y no implican mejoría de los resultados técnicoeconómicos de las explotaciones. Por ello, conviene determinar la repercusión de determinadas prácticas en los índices productivos y económicos.

2014

Le porc « engagé Ecoantibio »

Consulter le resumé

Dossier spécial : Biosécurité

Les campagnes de sensibilisation sur les antibiotiques et l’antibiorésistance sont bien connues en médecine humaine, avec notamment le slogan «les antibiotiques, c’est pas automatique». Des démarches similaires de sensibilisation sont également importantes à mener en médecine vétérinaire. La filière porcine vient de produire un flyer destiné aux éleveurs et, de façon plus générale, à tous les acteurs intervenant en production porcine.
L’objectif : communiquer sur leur engagement dans la démarche Ecoantibio.

PDF icon techporc_hemonic_n18_2014.pdf
2014

Nettoyage-désinfection (1/2)

Consulter le resumé

Fiche sanitaire n° 6

La réalisation d'un protocole complet de nettoyage-désinfection participe à la maîtrise des pathologies. La nettoyage-désinfection, s'il n'est pas correctement réalisé, représente un facteur de risque de la plupart des maladies. C'est également un des éléments clés de la maîtrise des salmonelles et des Guides de Bonnes Pratiques d'Hygiène en élevage.

PDF icon Fiche sanitaire n° 6, par Isabelle Corrégé
2014

Prévention DEP : nettoyage-désinfection en élevage et transport des animaux vivants

Consulter le resumé

Afin de limiter la propagation de la DEP en cas d'apparition en France, des mesures de biosécurité sont à appliquer en élevage en particulier un nettoyage désinfection complet et des précautions lors du transport des animaux vivants.

2014

Surveillance des maladies non réglementées : la génétique française franchit une nouvelle étape

Consulter le resumé

Depuis une vingtaine d’années, les Organismes de la Sélection Porcine et les Centres d’Insémination Artificielle surveillent les maladies non réglementées d’importance majeure, comme le SDRP ou la pleuropneumonie. Sous l’égide de l’Ifip-Institut du porc et de l’Agence de Sélection Porcine, ils ont décidé de standardiser les protocoles de contrôle et de les fédérer dans une charte d’engagement volontaire, la charte EQS.

PDF icon techporc_correge_n17_2014.pdf
2014

L'aire d'équarrissage

Consulter le resumé

Fiche sanitaire n° 5

L'emplacement et l'utilisation de l'aire d'équarrissage sont primordiaux pour la protection sanitaire de l'élevage.

PDF icon Fiche sanitaire n° 5
2014

Sensibiliser les éleveurs à un usage raisonné des antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 78 : Contribution aux politiques publiques

La promotion des bonnes pratiques en élevage et la sensibilisation des éleveurs aux risques liés à l’antibiorésistance font partie des priorités du plan Ecoantibio2017.
L’objectif de cette étude est de faire le bilan du niveau d’information des éleveurs sur les antibiotiques.
Elle permettra aussi de collecter les solutions que les éleveurs évoquent pour réduire les traitements antibiotiques de leurs animaux. Ces données permettront d’adapter les messages de sensibilisation aux besoins des éleveurs et de comprendre certains freins ou motivations pour changer les pratiques.

PDF icon fiche_bilan2013_78.pdf
2014

Usages des antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 76 : Contribution aux politiques publiques

L’IFIP apporte un appui technique aux différents acteurs concernés par la question de la réduction des usages des antibiotiques en élevage. Cet appui s’exerce de différentes façons : animation ou participation à des groupes de travail ou projets d’études, expertise de projets ou de dossiers, intervention, formation, élaboration d’outils d’audit et de mesure des usages antibiotiques en élevage.

PDF icon fiche_bilan2013_76.pdf
2014

Les motifs des traitements antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 77 : Contribution aux politiques publiques

Quels motifs de traitements antibiotiques concernent le plus d’élevages ? Quels motifs sont à l’origine des plus forts usages d’antibiotiques ? Ces informations sont essentielles pour définir les priorités d’action dans les différentes démarches de réduction des traitements antibiotiques en élevage.
L’IFIP a réalisé une analyse des motifs de traitements antibiotiques dans les élevages de porcs d’après les données du Panel Antibiotiques Inaporc.
Cet outil d’origine professionnelle a été mis en place par l’IFIP, avec l’appui scientifique de l’Anses, pour mesurer les quantités d’antibiotiques utilisées en 2010 et préciser les modalités d’usage dans un échantillon de 170 élevages représentatifs de la production porcine française.
Les données sur les traitements antibiotiques ont été collectées auprès des éleveurs participants et des structures leur ayant délivré des antibiotiques en 2010 (vétérinaires, fournisseurs d’aliments médicamenteux).
Pour chaque spécialité antibiotique acquise, l’éleveur a réparti les quantités utilisées selon les catégories d’animaux destinataires et a cité jusqu’à 3 motifs de traitement. Les motifs de traitement ont ensuite été hiérarchisés selon le pourcentage d’élevages concernés et selon les quantités d’antibiotiques utilisées, exprimées en nombre de jours de traitement par animal (nDD/a) et en nombre de traitements par animal (nCD/a).

PDF icon fiche_bilan2013_77.pdf
2014

Dépenses de santé : évolution, analyse des données et typologie

Consulter le resumé

Fiche n° 70 : Facteurs de productivité en élevage

La maîtrise des dépenses de santé est un enjeu majeur pour la filière porcine. Elle participe à la maîtrise des coûts de production et permet de répondre aux objectifs du plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire
La base de données de Gestion Technico-Économique (GTE) fournit des références sur ces dépenses de santé. Elle permet ainsi un suivi indirect et annuel de l’usage des antibiotiques au sein d’un réseau conséquent d’élevages répartis sur l’ensemble du territoire national et de mettre en relation ces niveaux des dépenses de santé avec différentes caractéristiques de ces élevages.

PDF icon fiche_bilan2013_70.pdf
2014

Démarche EQS, engagement qualité sanitaire dans l'offre génétique française

Consulter le resumé

Fiche n° 71 : Facteurs de productivité en élevage

La majorité des maladies présentes dans les élevages ne sont pas réglementées et ne font donc pas l’objet de mesures obligatoires de surveillance et de déclaration. Aussi, depuis le milieu des années 1990, les OSP et les CIA (Centre d’Insémination Artificielle), en collaboration avec l’IFIP et l’ASP (Agence de Sélection Porcine) ont mené une réflexion sur les maladies hors du champ de la réglementation à contrôler et sur les modalités de leur surveillance. Aujourd’hui, de nouvelles souches de SDRP, bien plus virulentes que les souches actuellement présentes en France, gagnent du terrain y compris dans certains pays européens. Le risque d’introduction de ces souches, par l’importation de reproducteurs ou de semences dont le niveau de contrôle serait insuffisant ne peut pas être occulté.
Pour cette raison, sous l’égide de l’IFIP et de l’ASP, les OSP agréés par le Ministère en charge de l’Agriculture et les CIA qui œuvraient tous individuellement pour une maîtrise du SDRP et selon des modalités de surveillance proches ont décidé de mettre en commun un socle minimum afin de standardiser les protocoles de contrôle et de les fédérer dans une charte d’engagement volontaire, la charte EQS (Engagement Qualité Sanitaire).

PDF icon fiche_bilan2013_71.pdf
2014

Utilisation d'un complexe bactérien pour orienter la flore bactérienne de surface des salles

Consulter le resumé

Fiche n° 35 : Maîtrise de l'hygiène des produits

Les périodes d’allaitement et de sevrage sont 2 phases délicates pour le jeune porcelet avec, notamment, des infections digestives et des arthrites.

La maîtrise de la pression d’infection par une hygiène rigoureuse des surfaces et par la lutte contre le biofilm fait partie des mesures préventives envisagées.

PDF icon fiche_bilan2013_35.pdf
2014

Pages