La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 61 à 80 de 209 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Acceptabilité par le consommateur du jambon sec de mâles entiers : rendement de séchage, qualité des gras et composés odorants / Consumer acceptability of dry-cured hams from uncastrated boars: Drying yield, fat quality, and odour-active compounds

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 3(1), 45-52 - La revue R&D de la filière porcine française

Cette étude estime les conséquences pour la filière porcine de la transformation de jambons secs de + de 7 mois issus de mâles entiers caractérisés sur leurs niveaux en androsténone et scatol par rapport à des mâles castrés et femelles.
Le rendement de séchage final du lot de mâles entiers est inférieur de 3.3 points par rapport au lot de mâles castrés et inférieur de 2.2 points par rapport au lot femelles. Les dégustations n’ont pas mis en évidence de différences de risque d’odeur.
La bibliographie et les tendances de cette étude conduisent à conclure que pour une production de jambons secs de qualité supérieure, il est prudent de s’assurer des niveaux en composés odorants des jambons frais de mâles entiers. Les composés odorants sont un peu réduits lors du process de transformation de + de 7 mois. La composition en acides gras diffère légèrement entre mâles entiers, mâles castrés et femelles. Un peu plus d’acides gras polyinsaturés (AGPI) sont mesurés dans les gras de couverture et gras intramusculaire des jambons secs issus de mâles entiers par comparaison aux femelles et mâles castrés.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2016

Effet de la teneur en protéines non digestibles de l'aliment sur le dépôt de scatol dans le gras de porcs mâles entiers / Effect of in-feed indigestible protein content on fat skatole deposition in entire male pigs

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 3(1), 19-24 - La revue R&D de la filière porcine française

Cette étude a pour objectif de déterminer s’il existe un intérêt de réduire la teneur en protéines non digestibles de l’aliment distribué en fin d’engraissement, afin de diminuer la teneur en scatol des gras de porcs mâles entiers. Le scatol fait partie avec l’androsténone des deux composants majeurs à l’origine des odeurs sexuelles dégagées parfois par les viandes issues de porcs mâles entiers. Il provient de la dégradation des protéines dans le gros intestin et peut se déposer dans le gras des animaux après avoir été absorbé par la muqueuse intestinale.
L’objet de l’étude consiste à analyser l’incidence de l’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment permettant une réduction de la quantité de protéines non digérées parvenant dans le gros intestin et donc potentiellement une réduction de la production de scatol. Le critère de comparaison se base sur le dépôt tissulaire de scatol dans le gras des carcasses.
L’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment distribué au cours du dernier mois d’engraissement ne conduit pas à la réduction de la teneur en scatol des gras. Au contraire, celle-ci est significativement accrue, puisque 30,2% des carcasses issues du régime le plus digestible sur le plan protéique, présentent une teneur en scatol supérieure à 0,20 μg/g, pour 15,2 % au régime le moins digestible. Cet effet est vraisemblablement à relier à la réduction de la teneur en fibres de l’aliment qui est la conséquence de l’amélioration de la digestibilité des protéines. Or les fibres sont généralement considérées comme favorables à la réduction de la production intestinale de scatol, car elles limitent l’importance des fermentations protéiques siégeant dans le gros intestin au profit des fermentations de nature glucidique.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2016

BIENTRAITANCE DES PORCS DE LA SORTIE DES PORCS DE L’ELEVAGE A L’ABATTAGE : actualités sur les bonnes pratiques

Consulter le resumé

Visuels présentés au Space 2016 lors des Matinales de l'IFIP par Patrick Chevillon et Mathieu Monziols, Pôle Viandes et Charcuteries

PDF icon visuels chevillon et monziols
2016

Enquête sur les pratiques de communication des éleveurs de porcs avec leurs animaux

Consulter le resumé

Poster.

La relation Homme-animal influence le bien-être animal et le travail des éleveurs en élevage. Cette relation passe par le développement d’un système de communication commun (Porcher, 2001). Les éleveurs utilisent au quotidien des techniques pour améliorer leur relation avec leurs animaux, consciemment ou non. Pour appréhender cette question, nous avons enquêté auprès d’éleveurs de porcs dans le but de décrire la variabilité des pratiques de communication qu’ils utilisent avec leurs animaux.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La frustration du comportement exploratoire peut-elle déclencher du cannibalisme ?

Consulter le resumé

Poster.

Le cannibalisme en élevage est un phénomène diffi cile à étudier; les facteurs de risques d’apparition sont connus mais le phénomène reste aléatoire et difficilement reproductible. L’enrichissement du milieu de vie est considéré comme un des facteurs de risque principaux (EFSA 2007). L’objectif de l’étude est de tester un modèle de déclenchement du cannibalisme reposant sur l’apport de matériaux d’enrichissement à un stade précoce, en post-sevrage (expérience), et la frustration générée par le retrait de ces matériaux pendant la phase d’engraissement.

PDF icon poster ifip de Valérie Courboulay et al., 48es JRP, 2-3 février 2016, Paris
2016

Impact de cinq types de sols en post-sevrage sur le confort et la propreté des porcelets

Consulter le resumé

Poster.

Les sols présents en élevage peuvent avoir des impacts sur la propreté et l’hygiène d’une part, et sur le risque de blessures d’autre part (EFSA 2012).
Le parc bâtiment français se caractérise en post-sevrage par une grande diversité des types de sol utilisés, majoritairement sur caillebotis intégral,
variant par la nature des matériaux employés et les dimensions des caillebotis. L’objet de cette étude est d’évaluer l’impact de cinq de ces sols sur le
confort et la propreté des animaux.

PDF icon poster ifip de Valérie Courboulay, 48es JRP, 2-3 février 2016, Paris
2016

Impact de cinq types de sols en post-sevrage sur le confort et la propreté des porcelets

Consulter le resumé

Poster.

FR

L’utilisation d’indicateurs de bien-être est une démarche plébiscitée depuis quelques années. L’EFSA (European Food Safety Authority) a ainsi établi des recommandations pour le bien-être des porcs, listé pour chaque recommandation des facteurs de risque et proposé une série d’indicateurs pour mesurer l’impact de ces facteurs de risque sur le bien-être et la santé des animaux (EFSA 2012). L’utilisation de ces indicateurs doit ainsi permettre une évaluation plus précise du bien-être des animaux dans un élevage donné, indépendamment des conditions de logement et de la conduite des animaux. En France, les bâtiments de post-sevrage se caractérisent par une grande diversité de types de sol, dont une proportion élevée de caillebotis béton. Certains de ces caillebotis béton dérogent aux normes définies pour les porcelets par la directive 2008/120/CE, présentant des fentes trop larges. Avant de changer le système en place en élevage, il apparaît plus rationnel de vérifier préalablement s’il altère le bien-être des porcelets.
L’objectif de cette étude est de tester la possibilité d’utiliser des indicateurs en élevage pour mesurer l’impact réel de ces sols sur le bien-être des animaux. L’approche a été élargie à quatre autres types de sols présents en élevage. Le choix des indicateurs a été défini à partir des publications de l’EFSA qui identifient deux principaux risques associés au type de sol : la santé et l’hygiène d’une part, et le risque de blessures d’autre part.

ENG

Effect of five post-weaning floors on the comfort and cleanliness of piglets

The aim of this study was to assess piglet welfare on five different floors during the post-weaning period: concrete slatted floor with maximum slot width of 14 mm (CBN) or larger (CBL), plastic slatted floor (CP), metal slatted floors (CF) and straw bedding (L). Over 1200 piglets were individually scored in at least 5 farms per floor type (7 farms for CBL). In each farm, half of the piglets were 35 days old (120 piglets on average) and the other half were at least 21 days older. Piglet pens were randomly chosen and every piglet in the pens scored. These pens, together with some others, were submitted to a second assessment by a rapid method. Severe lameness, bursitis, leg lesions, paronychia, abscesses, pig and pen dirtiness were collected by one of two assessors. One-year abattoir leg scores were also collected. The frequency of events was below 1% for most indicators, except pig dirtiness. This indicator was the only one presenting a floor type effect (P < 0.001): CBN piglets were the dirtiest whereas CF ones were the cleanest. There were no differences between individual scoring on a sub sample of piglets and a rapid assessment on more animals; nevertheless it took respectively 15 to 17 seconds and 4 to 6 seconds to score one piglet, depending on floor type. Rapid assessment could therefore be carried out before considering a change of existing floor in the farm.

PDF icon Valérie Courboulay, 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, Paris, p. 237-238, poster
2016

Influence de l’agressivité sur le comportement alimentaire, le développement sexuel et les odeurs sexuelles chez le porc mâle entier

Consulter le resumé

FR

Chez le porc mâle entier, le comportement social pourrait influencer le développement sexuel et le comportement alimentaire. Les objectifs de cette étude sont d’étudier 1) les relations entre agressivité et comportement alimentaire ou développement sexuel ; 2) les répercussions sur les odeurs sexuelles ; 3) le lien entre comportement alimentaire et développement sexuel. L’étude porte sur 216 porcs issus de deux types génétiques croisés distincts, élevés en loge collective de 12. Les animaux sont observés 10 heures par jour sur deux périodes de deux jours : à l’entrée et en fin d’engraissement. Les comportements agonistiques (combat, coup de tête, morsure, menace, poursuite) sont dénombrés par individu. Les lésions (indicateur de l’agressivité) sont dénombrées 48 heures après l’entrée en engraissement, en élevage avant les premiers départs à l’abattoir ainsi que sur la carcasse. Les données de distributeurs automatiques de concentré ont été utilisées pour renseigner le comportement alimentaire (le nombre de repas, leur durée et la quantité consommée) sur des périodes de 96 heures. En fin d’engraissement, du sang est prélevé pour mesurer deux hormones sexuelles (oestradiol, testostérone). A l’abattage, du gras est récupéré pour doser les odeurs (androsténone). Dans l’un des deux génotypes, des corrélations significatives positives ont été estimées entre le nombre de lésions à l’abattoir et les hormones sexuelles et l’androsténone. Ces corrélations sont faibles voire nulles dans l’autre génotype probablement parce que les concentrations en hormones sexuelles mesurées sont beaucoup plus faibles. Dans les deux génotypes, il existe des corrélations significatives positives entre les nombres de comportements sexuels et de comportements agonistiques en début d’engraissement. Enfin, les porcs avec le plus de lésions en début d’engraissement sont également les plus gros mangeurs en milieu d’engraissement.

ENG

Impact of aggressiveness on feeding behavior, sexual maturity and boar taint on entire male pigs

In entire male pigs, social behavior could impact sexual development and feeding behavior. The objectives of the study were to study 1) relationships between aggressiveness and feeding behavior or sexual development; 2) impacts on boar taint; 3) relationships between feeding behavior and sexual development. A total of 216 boars of two different crossbred genotypes were used in the study. They were raised in groups of 12 pigs per pen. Animals were observed for 10 hours per day over two periods of two days: at the beginning and at the end of fattening. Agonistic behaviors (fighting, hitting with the head, biting, threatening, chasing) were counted per boar. Skin lesions (an indicator of aggression) were counted: 48 hours after the start of fattening, in farm before the first departure for slaughtering, and on the carcass. Data obtained from the electronic feeders were used to determine the feeding behavior (the number of meals, their duration and the feed intake) over 96-hour periods. At the end of the fattening period, blood was sampled to measure two sexual hormones (estradiol, testosterone). At slaughter, fat was collected to measure boar taint (androstenone). For one of the genotypes, significant positive correlations were demonstrated between the number of skin lesions at slaughter and sexual hormones and androstenone. These correlations were low if not zero in the other genotype probably because the measured concentrations of sexual hormones were too weak. In both genotypes, significant positive correlations were found between the numbers of sexual behavior and agonistic behavior at the beginning of fattening. Finally, boars with the most numerous skin lesions at the beginning of the fattening period were also the biggest eaters in the middle of the fattening period.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Enquête sur les pratiques de communication des éleveurs de porcs avec leurs animaux

Consulter le resumé

Samuel Collin et al., 48es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, p. 239-240, poster

Poster.

FR

La communication, échange de signaux interactifs, est au centre de toute relation interspécifique. Or, le temps consacré à chaque animal en élevage porcin a fortement diminué ces dernières années (Tricard et al., 2015), en partie du fait d’une plus grande automatisation des systèmes. Cette réduction peut être préjudiciable à la relation entre les éleveurs et leurs animaux (Boivin et al., 2012), à la fois au niveau du travail des éleveurs et du bien-être des animaux. L’identification de pratiques relationnelles, visant à améliorer la manipulation des animaux et leur bien-être (Boivin et al., 2012), est donc au coeur des préoccupations liées au travail en élevage. Pour appréhender cette question, nous avons enquêté auprès d’éleveurs de porcs dans le but de décrire la variabilité des pratiques de communication qu’ils utilisent avec leurs animaux.

ENG

Survey on communication practices of pig farmers with their animals

Farmers daily use methods to build their relationship with their animals, consciously or not. We made a survey with semi-directive interviews, on 14 pig farmers from the western area of France, to describe the variability of communicative practices they use. We asked farmers which positive outputs they found in communicating or interacting with their animals, and how they did it. We also asked them to classify, according to them, the five senses (smell, sight, touch, taste, hearing) from the most to the least used by pigs. All farmers find an interest in interacting with their animals: facilitating their work and/or reassuring the animals. They know their behaviour and mood can impact pig behaviour. Classifying the senses used by pigs was not easy, but organic farmers consider the sense of smell as the most important, while it is hearing for conventional farmers. Recognition of the farmer by pigs seems obvious for the farmers. Some practices proposed in the interview are already used by some farmers (i.e. stroking animals). They would also be ready to use other practices (e.g. speaking, spending more time). Finally, interviewed farmers would be ready to adapt their practices or use new ones if we could show them the positive impact on their animals’ behaviour and their work. Further investigation testing the impact of some proposed practices on pigs and human work will be necessary before advising and training pig farmers.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La frustration du comportement exploratoire peut-elle déclencher du cannibalisme ?

Consulter le resumé

Poster.

FR

Le phénomène de cannibalisme s’exprime de manière épisodique, en fin de post-sevrage ou pendant la phase d’engraissement. Son caractère aléatoire le rend difficile à étudier (Edwards, 2006). La mise au point d’un modèle de déclenchement de cannibalisme permettrait de mieux connaître son déterminisme et d’étudier des moyens de gérer ce problème.
Le cannibalisme traduit un déficit d’adaptation du porc aux conditions de vie, lors de situations dégradées en termes de logement, d’ambiance, d’alimentation et/ou de santé.
Un des principaux facteurs de risque est l’absence ou le déficit de matériaux d’investigation (EFSA, 2007).
L’objectif de l’étude est de tester un modèle de déclenchement du cannibalisme reposant sur l’apport de matériaux d’enrichissement à un stade précoce, en post-sevrage (expérience), et la frustration générée par le retrait de ces matériaux pendant la phase d’engraissement.
L’hypothèse est que l’expérience acquise va conditionner l’expression du comportement exploratoire du porc et induire des comportements redirigés vers les congénères en particulier sous forme de caudophagie.
L’étude est réalisée dans deux stations expérimentales (essai 1 - INRA St-Gilles ; essai 2 - IFIP Romillé) afin de tester des matériaux d’attractivité variée.

ENG

Does frustration of exploratory behaviour lead to an outbreak of cannibalism?

The objective of this study was to build a model of cannibalism based on the frustration of exploratory behaviour. The study was conducted on two experimental sites, INRA (trial 1) and IFIP (trial 2), using a similar protocol conducted on two batches of piglets. For each batch, piglets were submitted during the post weaning phase (PS) to two levels of enrichment. In trial 1, the animals were raised on slatted floors with a progressive supply of objects such as chain, plastic pipe or rope (E-), changed every 2 weeks or without objects (A). In trial 2, the animals were raised either on straw bedding (E+) or on slatted floor with the same progressive enrichment as E-. During the fattening phase in both trials, pigs had no access to enrichment materials (A) or had ropes and plastic pipes for four days (OBJ). Twelve pens of eight (trial 1) or 10 (trial 2) pigs were allocated per treatment. Tail and ear injuries were scored three times in PS and daily for the first two weeks in the fattening period. The behavioural activity was recorded three times by direct observation during the PS phase (scan sampling). During the fattening phase, investigative behaviour and social activity were continuously scored for a period of two hours, from video recording, at D4 (before removal of objects) and D7. The occurrence of tail and ear lesions was scarce in both trials in PS phase, and only three pens of fattening pigs were affected by cannibalism in trial 2. The cannibalism model was not validated in any trials but responses confirmed the role of novelty and attractiveness on investigative behaviour.

PDF icon Courboulay et al., 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 févirer 2016, Paris, p. 231-232
2016

Une stratégie nationale pour le bien-être animal

Consulter le resumé

Yannick Ramonet et Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 10-11

A l’heure où certains pays d’Europe du Nord s’associent pour améliorer le bien-être des animaux, la France dévoile un programme ambitieux : mieux faire connaître et reconnaître les bonnes pratiques des élevages et accompagner les filières pour progresser dans la prise en compte du bien-être des animaux.

PDF icon Yannick Ramonet et Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2016, n° 30, juillet-août, p. 10-11
2016

Pain related to piglet tail docking and/or castration

Consulter le resumé

In French commercial piggeries, surgical castration is performed during the fi rst week of life under analgesia, while tail are often docked in the early
days without pain alleviation. Both operations could be performed at the same time, taking advantage of the effects of analgesia. In this study we
compared tail docking alone, castration alone and tail docking + castration under analgesia.

PDF icon Poster IFIP de Valérie Courboulay et al., ISAE, 12-16 juillet 2016, Edimbourg (Ecosse)
2016

Gestion de la coupe de la queue par l’éleveur

Consulter le resumé

Fiche n° 075 : préservation du bien-être animal

La coupe de la queue des porcelets est une pratique encadrée par la réglementation (directive 2008/ 120/CE). C’est une intervention souvent nécessaire pour limiter les risques de cannibalisme en post sevrage ou en engraissement. Elle ne peut être pratiquée que si les morsures de queue persistent malgré la mise en place de mesures correctives permettant de limiter le risque. C’est une pratique douloureuse, au même titre que d’autres interventions en élevage. Des fiches techniques ont été élaborées afin de sensibiliser les éleveurs et les intervenants en élevage à la douleur des animaux et aux moyens de la prendre en charge, en se focalisant sur la problématique de la coupe de la queue et son corollaire, le risque de cannibalisme.

PDF icon fiche_bilan2015_075.pdf
2016

Influence de l’âge des porcelets lors des interventions de castration et de coupe de la queue

Consulter le resumé

Fiche n° 076 : préservation du bien-être animal

Les pratiques d’élevage sont assez diversifiées quant au moment de réalisation des interventions sur porcelets. Si la coupe de la queue se
pratique en général dans les 48 premières heures de vie de l’animal, la castration peut être précoce, vers 2 jours d’âge ou plus tardive, vers 5-6 jours (début de la semaine suivant les mises bas). Lors d’expérimentations préalables sur l’âge lors de la caudectomie, l’IFIP a montré le moindre impact sur la croissance d’une intervention réalisée à 2 jours plutôt qu’à 5 jours. L’objectif de l’étude réalisée en 2015 est d’évaluer l’importance de l’âge
pour 2 interventions sur l’animal, la coupe de la queue et la castration, sur la croissance des porcelets et le comportement d’allaitement. Deux âges
d’intervention sont comparés, 2 jours ou 6 jours, et un groupe témoin sans intervention (T) permet d’étudier l’impact de l’intervention sur le comportement post opératoire.

PDF icon fiche_bilan2015_076.pdf
2016

Mise au point d’un « modèle » expérimental de génération de cannibalisme en élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 074 : préservation du bien-être animal

Le cannibalisme est un problème majeur en élevage de porc qui affecte le bien-être des animaux, dégrade les conditions de travail de l’éleveur et
impacte le résultat économique. C’est un phénomène qui se déclare de façon souvent aléatoire ce qui, additionné à son caractère multifactoriel, le
rend difficile à étudier. L’objectif poursuivi dans ce projet est de mettre au point un « modèle » de déclenchement d’épisodes de caudophagie, qui permettrait à terme d’étudier les moyens d’interrompre son évolution vers du cannibalisme.

PDF icon fiche_bilan2015_074.pdf
2016
le dossier bien être du porc

Prévenir la douleur chez le porc :

Consulter le resumé

L’objectif de ce dossier composé de 16 fiches pratiques, est de prévenir la douleur chez le porc pouvant survenir lors de la coupe de la queue (caudectomie) ou de morsures de la queue (caudophagie).

PDF icon dossier prévention de la douelur chez le porc (coupe et morsure des queues)
2016

Le Canada se prépare à élever ses truies en groupe pour 2024

Consulter le resumé

Pour vendre du porc demain, tant sur le marché domestique qu'à l'export le Canada souhaite faire preuve de bonnes pratiques pour assurer le bien-être des animaux. Porté par la filière, le code porcin prévoit le logement des truies en groupes.

PDF icon techporc_ramonet_n24_2015.pdf
2015

Comparaison de différents types de sols en post- sevrage : utilisation d’indicateurs de bien-être

Consulter le resumé

Fiche n° 080 : facteurs de productivité des élevages

L’âge moyen en fin de post-sevrage est compris entre 75 et 76 jours en France (source GTTT-GTE 2013). Pour des porcelets de moins de 70 jours d’âge, la règlementation définit des normes pour les sols de type caillebotis béton. Du fait d’un âge et d’un poids de sortie plus élevés, certains élevages ont fait le choix de caillebotis bétons plus adaptés.
Ces sols ne posent a priori pas de problème pour les animaux, mais ne sont pas conformes aux normes fixées par la règlementation.
L’étude a pour objectifs de vérifier si certains sols béton présents en post-sevrage occasionnent des problèmes réels et de proposer une méthode pour évaluer le bien-être des porcs, basée sur l’utilisation d’indicateurs mesurés directement sur les animaux.
Des enquêtes ont été menées dans 27 élevages (E) disposant en post-sevrage de sols de type caillebotis béton conformes aux normes (5E), caillebotis béton non conformes (7E), caillebotis fil (5E), caillebotis plastique (5E) ou litière paillée (5E).
Pour chaque type de sol, au moins 1200 porcelets ont été observés individuellement.

PDF icon fiche_bilan2014_080.pdf
2015

La question de la douleur en élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 022 : contribution aux politiques publiques

Parmi les questions posées à l’élevage figure celle de la prise en compte de la douleur infligée aux
animaux.
Largement débattue lors des rencontres « animal et société » en 2008, elle fait l’objet d’un projet CasDAR autour des pratiques d’écornage chez les bovins et de caudectomie chez le porc.
Afin de mieux connaître la manière dont elle est prise en compte en élevage, des entretiens ont été menés auprès d’éleveurs de plusieurs régions
françaises. Ils ont permis de cerner la diversité des points de vue sur la question suivante : Comment les éleveurs perçoivent–ils la douleur de leurs animaux et comment la prennent-ils en charge ?

PDF icon fiche_bilan2014_022.pdf
2015

L’enrichissement du milieu de vie des porcs à l’engraissement, une exigence européenne

Consulter le resumé

Fiche n° 021 : contribution aux politiques publiques

De nombreuses études ont été menées par l’IFIP pour tester des objets pouvant être utilisés en post-sevrage et en engraissement, sur caillebotis.
L’intérêt des différents dispositifs est systématiquement évalué par l’observation du comportement des animaux (attractivité de l’objet, réorientation des comportements sociaux) et l’état des animaux (blessures).
Il s’agit à la fois de répondre aux objectifs de la règlementation, mais également de s’assurer de la faisabilité technique de leur utilisation. Ils doivent être durables et ne pas nécessiter un renouvellement trop fréquent, peu compatible avec une utilisation en élevage.

PDF icon fiche_bilan2014_021.pdf
2015

Pages