La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 1294 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Financement de la transformation des élevages

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 55

Depuis toujours, les élevages de porcs évoluent en réponse aux demandes de société et des marchés qui se traduisent par des nouvelles normes réglementaires et des cahiers des charges privés. La transformation des pratiques ou des modes d’élevage nécessite des investissements qui impactent le coût de production. Sur le bien-être animal, préoccupation devenue majeure, les trois premières attentes des Français envers l’élevage sont l’accès à l’extérieur des animaux, l’interdiction de la contention individuelle et la rémunération du travail de l’éleveur (Fig). Dans ce contexte, l’ifip calcule les besoins d’investissement et les coûts générés par les évolutions attendues.

PDF icon Christine Roguet, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 55
2021

Consommation et distribution de porc en France

Consulter le resumé

Valérie Diot, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 37

L’IFIP réalise, depuis plusieurs années, un suivi de la consommation de porc frais et charcuteries en France. L’analyse est effectuée à partir des données d’achat des ménages du panel Kantar sur les circuits de la consommation à domicile. Dans le contexte de la crise de la Covid-19, un suivi spécifique hebdomadaire des ventes de charcuterie libre-service (LS) en grandes surfaces alimentaires (GSA) et e-commerce a été réalisé à partir du panel de distributeurs Nielsen. Par ailleurs, avec la mise en place du volet promotion de la loi Egalim et des nouvelles règles du jeu entre transformateurs et distributeurs, les promotions font l’objet d’une analyse au travers d’indicateurs d’activité et de pression promotionnelle. Celui-ci est conduit à partir de la base de données des promotions sur prospectus et e-commerce A3 Distrib qui couvre la grande distribution et la distribution spécialisée. Enfin, la structuration des acteurs de la distribution notamment au travers de l’e-commerce et leur incidence pour la filière, est observée.

PDF icon Valérie Diot, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 37
2021

Analyse de l'offre de produits du porc dans la consommation en France

Consulter le resumé

Valérie Diot, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 38

Alors que l’érosion lente mais continue de la consommation à domicile du porc est observée, la production porcine fait état d’une relative stabilité depuis les années 2000. Dans ce contexte, l’IFIP cherche à mieux appréhender la quantification et la destination des produits du porc compte tenu des incertitudes pesant sur la destination des produits du porc sans les différents canaux de distribution. Plusieurs observations sont prises en compte : le report de consommation du circuit à domicile vers les circuits du hors domicile ou du traiteur intégrant le porc sous la forme Produits Alimentaires Intermédiaires (PAI) mais également la végétalisation des produits de charcuterie. Afin de renforcer la connaissance de la filière sur ces thèmes, l’Ifip conduit une étude visant à quantifier la consommation de porc tous circuits par type de pièce primaire pour l’année 2018. De même l’évolution de l’offre consommée, au travers des relevés de consommation individuelle de l›enquête Comportements et Consommations Alimentaires en France (CCAF) 2018-2019 du Credoc, est étudiée.

PDF icon Valérie Diot, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 38
2021

Hausse des poids moyens de carcasse dans l'UE

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/ Tech Porc, 2021, n° 289, juin, p. 6-7

Le poids de carcasse des porcs suit une tendance haussière ces dernières années, malgré une forte variabilité inter et intra pays. Plusieurs facteurs expliquent cet alourdissement.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/ Tech Porc, 2021, n° 289, juin, p. 6-7
2021

Les crises sanitaires ont perturbé les échanges internationaux en 2020

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc, 2021, n° 289, juin, p. 8-9

En 2020, la Chine a importé des volumes records de viande de porc, mais de nombreux freins ont pesé sur le commerce international. Dans ce contexte, la concurrence a été forte entre les exportateurs mondiaux.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc, 2021, n° 289, juin, p. 8-9
2021

Les échanges vont s'intensifier en 2021

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 289, juin, p. 9

En 2021, la concurrence sur le marché de l’export se renforcera.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 289, juin, p. 9
2021

Comment sont fixés les prix du porc dans le monde

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 6-7

De l’Europe à l’Amérique du Nord, les modes de fixation des prix et de commercialisation des porcs sont très divers. L’Ifip a fait un état des lieux des pratiques dans les principaux pays producteurs.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 6-7
2021

Les Français ont consommé plus de porc en 2020

Consulter le resumé

Valérie Diot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 8-9

Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en 2020. Le e-commerce a attiré de nouveaux consommateurs, accélérant ainsi son développement.

PDF icon Valérie Diot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2021, n° 288, mai, p. 8-9
2021

Brexit : maintien du libre-échange

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43

In extremis, un accord de commerce et de coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni...

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43
2021

Une production porcine diversifiée à consolider

Consulter le resumé

Christine Roguet, Jimmy Balouzat (Ifip), et Hélène Rapey (Inrae), Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 18-19

Dossier : Massif Central

L’élevage de porcs dans le Massif central est très majoritairement associé à des ateliers d’herbivores. Cette mixité présente des avantages. Mais des changements se dessinent à court terme.

PDF icon Christine Roguet, Jimmy Balouzat (Ifip), et Hélène Rapey (Inrae), Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 18-19
2021

Fiche technique San€co'Sim : le coût de la biosécurité

Consulter le resumé

San€co’Sim est une application web qui concrétise les projets liés à la biosécurité en :
➲➲Recensant des coûts liés à la mises en place de mesures de biosécurité ;
➲➲Permettant de choisir plusieurs mesures à mettre en place dans son élevage, d’adapter les quantités en fonction de ses besoins, d’estimer ses annuités en cas d’investissement lourds ;
➲➲Calculant automatiquement les dépenses annuelles liées à la mise en place de ces mesures.
Cette fiche technique présente les montants de mesures de biosécurité recensés dans San€co’Sim par chapitre.

PDF icon Fiche technique San€co'Sim
2021

Reprendre un élevage : Porsim permet maintenant d'analyser son projet en ligne

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Porc Mag (FRA), 2021, n° 559, février, p. 46

L'outil Porsim développé par l'Ifip propose de nouvelles applications en ligne pour évaluer sur les plans économiques et financier les projets en élevage porcin. Disponible uniquement sur le web, il permet maintenant de gérer la reprise d'un élevage avec son cheptel.

2021

Journées de la Recherche Porcine 2021

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais. L’ouvrage 2021 de 440 pages en format numérique est organisé selon les sessions thématiques du congrès :
• génétique porcine et qualité des viandes de porc,
• bien-être animal, reproduction porcine et conduite de l'élevage,
• alimentation animale,
• économie et sociologie,
• environnement, 
• santé animale,
Au total, 121 restitutions d’études provenant de plus de 70 organismes (INRAE, IFIP, ANSES, Chambres d'agriculture...) et d'entreprises françaises ainsi que d'une vingtaine de pays étrangers (Belgique, Canada, Espagne, Pays Bas, Italie, Allemagne, Danemark, Brésil...)

Fichier en format PDF à télécharger.

107,00 €
2021

Analyse socio-économique de l’intérêt (...) d’une augmentation de la durée de conservation de produits carnés afin de réduire le gaspillage alimentaire / Socio-economic analysis of the (...) value of extending meat product shelf life to reduce food waste

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 1-8 - La revue R&D de la filière porcine française

L’objectif du projet de recherche Redlosses est de développer un outil d’aide à la décision qui prédise la vitesse d’altération de la viande fraîche selon la composition du microbiote et de paramètres tels la température de stockage, le conditionnement sous atmosphère modifiée, l’ajout de lactate... Le projet se concentre sur la fabrication de saucisses fraîches. Cet outil permettrait aux industriels de mieux contrôler la dégradation microbienne des aliments et d’orienter précocement les viandes les plus contaminées vers la fabrication de produits moins sujets à une dégradation organoleptique, cuits par exemple. Le projet vise à réduire le gaspillage alimentaire, par exemple en augmentant la durée de conservation. Un volet de cette étude consistait à évaluer les intérêts de cette proposition au niveau industriel, jusqu’au consommateur. Une analyse socio-économique a mis en évidence que les stades de distribution et de consommation étaient les principaux générateurs de perte et gaspillage alimentaire de produits carnés. L’allongement de la DLC des produits carnés n’est cependant pas une préoccupation majeure des consommateurs. Un allongement sensible de la DLC peut même avoir une valeur négative pour les acheteurs du fait de suspicion sur la naturalité des produits, critère d’achat important. Un allongement de DLC contribuerait à réduire le gaspillage aux stades distribution et consommation mais n’est donc pas perçu comme positif par les consommateurs. En revanche, la maîtrise de la Durée de Vie Microbienne présente un fort intérêt pour les transformateurs en leur apportant une souplesse dans la gestion des flux de matière, surtout pour des produits saisonniers comme les saucisses. En plus de l’amélioration du contrôle de la dégradation microbienne des aliments, un outil d’aide à la décision servirait à orienter les flux de matières vers les process en fonction des profils de risques de contamination microbienne des différentes pièces, fraîches, congelées, élaborées fraîches ou cuites.

The objective of the Redlosses research project is to develop a decision support tool that predicts the rate of spoilage of fresh meat according to microbiota composition and key parameters such as storage temperature, modified atmosphere packaging, addition of lactate, and so on. The project is centred around the fabrication of fresh sausage. The tool would be purposed with aiding industry to better control microbial degradation in foods and act early to divert the most microbe-contaminated meat towards the fabrication of foods less prone to taste–texture, typically cooked meat products. The goal of the project is to reduce food waste, typically by extending storage times. One strand of this study involved evaluating the ‘factory to fork’ benefits of the proposed innovation. Socio-economic analysis evidenced that most meat food waste and food loss occurs during distribution and consumption. However, extending use-by dates on meat products is not a major concern for consumers, and any substantially longer use-by date may even turn buyers away as it would be suspected to signal less naturalness, which is a key criterion in the decision to buy. We thus find that introducing an extension on use-by dates would help to reduce food waste during distri-bution and consumption but would also be poorly perceived by consumers. However, better control over microbial shelf life holds huge value for processors, as it would ease the logistics surrounding meat-material flows, especially for more seasonal produce like sausages. The targeted decision support tool would not only improve the control of microbial meat spoilage but also serve to stream meat-material flows into processes based on the microbial spoilage risk profiles of the fresh, frozen, fresh-processed or cooked meats.

35,00 €
2021

Prévision de la production porcine à partir des données de l’identification porcine / Forecasting pork output based on the pig identification and registration database

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 9-14 - La revue R&D de la filière porcine française

L’IFIP, dans le cadre d’un projet partenarial (MODEMO) a élaboré des modèles opérationnels de prévision de la production porcine pour permettre aux éleveurs, abatteurs et organisations, d’anticiper les évolutions conjoncturelles du marché. Ces modèles ont été réalisés à partir des informations de la base de données nationale de l’identification porcine BDPORC et des données de conjoncture sur le prix du porc et de l’aliment. Le modèle dynamique linéaire développé a pour objectifs d’expliquer et prédire la production de porcs charcutiers en fonction des flux d’animaux renseignés dans BDPORC : échanges de porcelets et de reproducteurs entre sites d’élevage et sorties de reproducteurs de réformes. Les modèles de prévision réalisés permettent de mieux appréhender les fluctuations intra-annuelles de la production.

IFIP has developed a set of operational pork output forecasting models to enable pig farmers, slaughterers and commodity-chain organizations to project and adjust to market-cycle trends. These models were developed as input to a wider partnership-driven project (MODEMO) and built using information captured in the ‘BDPORC’ national pig identification and registration database and market data on pork price and pig feed trends. The dynamic linear model developed here is designed to explain and predict porker output as a function of past animal movements notified in the BDPORC database registering farm-to-farm movements of piglets and breeding stock and off-movements of cull sows. These predictive models inform on intra-annual fluctuations in pig farm output.

35,00 €
2021

Baromètre Porc : abonnement annuel

Consulter le resumé

Mensuel économique

L’essentiel de l’actualité porcine, des flashs sur la concurrence. L’analyse du mois précédent et les prévisions pour les prochains mois sur les marchés du porc, des matières premières et aliment. Les cotations en France et dans l’UE, l’analyse du marché des pièces. Le coût des céréales et sources azotées, le marché mondial et le prix de l’aliment dans l’UE (coût matière et aliment, aliment reconstitué). Un panorama France, Europe, Monde. Un article de synthèse. 8 pages/numéro - Abonnement annuel 11 numéros, 2 bilans annuels (marchés du porc et de l'aliment),
(tarif dégressif + de 5 exemplaires contacter barometreporc@ifip.asso.fr)

Version envoyée chaque mois dès bouclage sur votre mail en format électronique (pdf)

Abonnement annuel : 75 €

Cliquez-ici pour vous abonner

75,00 €
2021

Modélisation de la croissance et de la consommation des porcs pour l’actualisation des critères standardisés en Gestion Technico-Economique

Consulter le resumé

Alexia Aubry et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 103-104, poster

Poster.

Les références établies en Gestion Technico-Economique (GTE) permettent aux éleveurs de porcs d’analyser les performances de leur élevage en se comparant à leurs pairs. La diversité des pratiques d’élevage est associée notamment à des poids (PV) d’entrée et de sortie différents des porcs en post-sevrage (PS) et engraissement (EGT). Aussi, une correction des performances observées est réalisée à l’aide de coefficients pour les exprimer sur des gammes de PV standardisées (Colin et Querné, 1991). L’évolution génétique des porcs et du PV moyen d’abattage incitent à revoir ces coefficients de correction des critères standardisés en GTE.

Modelling growth and feed consumption curves of growing pigs to update standardized criteria used in technical-economic management

Poster.

Many factors explain the variability in initial and final body weights (BW) at the post-weaning (PS) and fattening (F) stages amongst pig herds. Therefore, in the French technical economic management data base implemented since 1991, observed growth performances are standardized for fixed BW ranges based on correction coefficients that need to be updated periodically to capture the progress in genetic selection and the increase in average slaughter weight. To this end, data were collected in 2020 on crossbred gilts and barrows, obtained from Pietrain boars and Large White x Landrace sows, to calibrate new growth and feed intake curves during the PS and F periods. They were used to calculate the average daily gain and feed conversion ratio for multiple BW ranges and their respective ratio with values obtained for the reference BW range during the PS (8-30 kg), F (30-120 kg) or overall growth period (8-120 kg). The new set of coefficients reflects the genetic progress in improving feed efficiency and countering the impact of the decrease in birth weight due to hyperprolificacy on growth potential over the 16 last years. The standardized criteria can be considered as generic ones when information on herd management are limited. They can be used as a reference to help farmers analyze the performance of their herd and to compare them to results obtained by their peers. However, some refinement is expected in order to consider the feeding strategy more precisely, especially the feeding level and dietary energy contents, but also the genetic line and ban on castrating male pigs.

2021

Des filières porcines qui s’internationalisent dans un contexte pourtant promoteur d’autonomie

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij et Boris Duflot, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 309-314

La crise de la COVID-19 a mis en exergue la dépendance extérieure française et européenne dans certains secteurs stratégiques. La résilience agroalimentaire a toutefois été saluée durant la crise, facilitée par la forte autosuffisance agricole française et européenne. Le contexte sanitaire imprévisible (Covid-19, peste porcine africaine-PPA), le ralentissement des échanges internationaux, le ravivement de tensions commerciales et diplomatiques (Brexit, USA-Chine), la dénonciation des conditions de vie des travailleurs de la viande, et la spécificité des attentes sociétales sur l’élevage et l’alimentation portées en France et en Europe sont autant de signaux annonciateurs d’une influence croissante des politiques nationales et locales dans les stratégies des filières agroalimentaires et d’une relocalisation de leurs activités.
Pourtant l’analyse du commerce international des produits du porc montre à la fois une croissance des échanges entre bassins de production mondiaux excédentaires (Union européenne-UE, Zone de l’Accord Canada Etats-Unis Mexique-ACEUM, Brésil) et déficitaires (Asie de l’Est dont Chine), mais aussi une internationalisation des chaînes de valeur dans les bassins de production les plus denses (UE, ACEUM). Cette évolution repose sur l’exploitation d’avantages comparatifs, générateurs d’efficacité économique par la baisse des coûts de production, l’adaptation des produits à la demande et la recherche d’un nécessaire équilibre de valorisation de toutes les parties de la carcasse et des coproduits du porc.
Pour ce qui est de la sécurisation de l‘approvisionnement, l’expérience récente de la PPA en Asie montre que le recours aux marchés internationaux fait partie de l’arsenal de gestion de ces risques. Les investissements à l’étranger d’entreprises du secteur sont à cet égard une voie originale. Mais ces stratégies d’internationalisation pourraient se heurter à des attentes sociétales grandissantes.

Pork chains internationalizing in a context that promotes self-sufficiency

The COVID-19 crisis has highlighted the dependence of France as well as the whole European Union (EU) on external resources in certain strategic sectors. Agri-food resilience, however, is welcomed during this crisis, facilitated by the strong agricultural self-sufficiency. The unpredictable health context (COVID-19, African swine fever (ASF)), slowdown in international trade, revival of trade and diplomatic tensions (Brexit, USA-China), denunciation of living conditions of slaughterhouse workers, and societal expectations of animal production and food raised in France and other European countries are all warning signs of greater control over the agri-food sector and probably of stronger localization of its activities. Analysis of international trade in pork products, however, shows growth in volumes traded between surplus-production areas (European Union, Canada-United States-Mexico Agreement-CUSMA, Brazil) and deficit areas (Eastern Asia, including China), but also internationalization of value chains in the densest production areas (EU, CUSMA). This development is based on exploiting comparative advantages, generating economic efficiency by decreasing production costs, adapting products to demand and searching for a necessary balance of using all parts of the pork carcass and by-products. In terms of supply security, the recent experience of ASF in Asia shows that connecting to international markets is part of a risk-management strategy. Foreign investment made by companies in the sector shows an original path in this regard. But these internationalisation strategies could come up against growing societal expectations.

2021

Modélisation de la croissance et de la consommation des porcs pour l'actualisation des critères standardisés en GTE

Consulter le resumé

Alexia Aubry et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Les références de Gestion Technico-Economique (GTE) permettent aux éleveurs d’analyser les performances de leur élevage et de se comparer entre eux. Les poids d’entrée et de sortie différents des porcs en post-sevrage (PS) et engraissement (EGT) nécessitent de corriger les performances observées pour les exprimer sur des gammes de poids standardisées. L’évolution génétique des porcs et du poids moyen d’abattage incitent à revoir les coefficients de correction établis en 2004.

PDF icon Alexia Aubry et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Impact de la crise Covid-19 sur la consommation et la distribution des produits du porc en France

Consulter le resumé

Valérie Diot et Boris Duflot, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, Paris, p. 297-302

Au cours de la crise sanitaire de la Covid-19, la consommation alimentaire, en particulier celle des produits du porc, a connu de fortes perturbations dans un temps court. Le suivi de la consommation de produits du porc et d’autres espèces par circuit de distribution a été effectué en croisant deux sources de données complémentaires. Le panel distributeur Nielsen a fourni une lecture des sorties caisses hebdomadaires sur le périmètre des grandes surfaces alimentaires et du drive, alors que le panel consommateurs KantarWorldpanel a permis l’analyse mensuelle du comportement des ménages à partir de leurs données d’achat sur l’ensemble des circuits de la consommation à domicile. Avant la pandémie de la Covid-19, la consommation en restauration hors domicile est estimée à environ 15% de part de marché en volume au sein de la filière porcine. Son arrêt quasi-total a entraîné un report de consommation vers les circuits à domicile. La recherche de proximité et de distanciation sociale des consommateurs a contribué à l’accélération de la fragmentation de la distribution favorisant les circuits de distribution en ligne ou alternatifs aux points de vente physiques des grandes surfaces alimentaires. Sur fond de déconsommation marquée depuis 10 ans, le porc frais et la charcuterie libre-service ont joué un rôle de produits refuges dans un contexte de réallocation des dépenses au rayon coupe. L’analyse de cette période de consommation atypique conduit à s’interroger sur la persistance de ces comportements à moyen terme tant en matière de types de produits consommés que de circuits de distribution.

Impact of the Covid-19 health crisis on consumption and distribution of pork products in France

During the Covid-19 health crisis, global food consumption, especially that of pork products, experienced strong disruptions in a short time. The consumption per distribution channel of pork products and meat from other species was monitored by combining two complementary data sets. The Nielsen retailer panel provided automatic data collection from weekly cash registers for supermarkets and drive-through pickup while the KantarWorldpanel consumer panel released monthly data of at-home consumption behavior based on purchasing data in all distribution channels. Before the Covid-19 pandemic, out-of-home catering consumption was estimated to have an approximately 15% market share by volume within the pork sector. The almost total lockdown in France resulted in consumption being diverted to at-home supply chains. Consumers’ search for proximity and social distancing has helped accelerate the fragmentation of distribution, favoring online distribution channels and alternative supermarkets to physical points of sale. Against a backdrop of a pronounced decrease in meat consumption over the past 10 years, fresh pork and self-service cold meats have served as safe-haven products in a context of reallocation of deli counter spending. Analysis of this atypical period of consumption leads to questioning the persistence of these behaviors in the medium term, both in terms of the products offered and the distribution channels.

2021

Pages