La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 121 à 140 de 1294 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les cartes du commerce mondial de viande de porc sont rebattues

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 6-7

L’Union européenne dispose des meilleurs atouts pour approvisionner les marchés internationaux en viande de porc.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 6-7
2019

Consommation de viande de porc en Chine : revirement de tendances

Consulter le resumé

Valérie Diot, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 501, octobre, synthèse du mois, p. 8

Le porc est au coeur des habitudes alimentaires en Chine. Sous l’influence des évolutions socio-économiques, la hausse du niveau de vie et l’urbanisation, les consommateurs privilégiaient, jusqu’à il y a peu, une offre plus élaborée et de meilleure qualité. Face à la crise de la FPA, tel un retour aux fondamentaux, la question de la satisfaction de la demande en viande porcine, se pose à la Chine.

PDF icon Valérie Diot, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 501, octobre, synthèse du mois, p. 8
2019

Deux projets pour l’analyse technico-économique à intégrer dans la ToolBox

Consulter le resumé

Visuels d'intervention présentés par Alexia Aubry, Space 2019, 10-13 septembre 2019, Rennes (Matinales de l'Ifip), 6 pages

 

PDF icon Alexia Aubry, Space 2019, 10-13 septembre 2019, Rennes (Matinales de l'Ifip), 6 pages
2019

Besoin et offre de financement des exploitations porcines : évaluation en 2019

Consulter le resumé

Visuels d'intervention présentés par Christine Roguet (Ifip) et Mickael Etheve (Blézat Consulting), Space 2019, 10-13 septembre 2019, Rennes (Matinales de l'Ifip), 37 pages

PDF icon Christine Roguet (Ifip) et Mickael Etheve (Blézat Consulting), Space 2019, 10-13 sept 2019, Rennes (Matinales), 37 pages
2019

Modèle de prévision de la production porcine : à partir des données BDPORC

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 500, septembre, synthèse du mois, p. 8

Les données BDPORC sur les mouvements de porcins ont été mobilisées pour modéliser et prédire la production de porcs charcutiers à un horizon de 1 à 5 mois. La part de la variabilité de la production de porcs charcutiers expliquée par le modèle est supérieure à 60 %. Les écarts entre la production réelle et la prévision sont sensibles pour certains mois mais plus réduits à l’échelle du trimestre.

PDF icon Bérengère Lécuyer, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 500, septembre, synthèse du mois, p. 8
2019

Réalité augmentée : un dispositif audio testé en maternité

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Porc Mag (FRA), 2019, n° 545, septembre, p. 40

Des technologies innovantes peuvent aider les éleveurs à enregistrer plus efficacement les performances techniques de leurs porcs, indispensables au suivi et  l'évaluation de leurs résultats économiques.

2019

Livestock farming systems and the French society: key controversies

Consulter le resumé

vise

Elsa Delanoue, sociologue (Idele, Ifip, Itavi), 70th Annual Meeting of the European Federation Animal Science (EAAP), 26-30 août 2019, Gand, Belgique, visuels d'intervention

For several years, French livestock farming has been frequently questioned by society. Those questions concern its environmental impact, sanitary risks or animal treatment and ask, more generally, livestock farming’s place among a society that is more and more concerned about its alimentation. To understand this phenomenon, analyse representations on livestock farming that coexist within the society and enlighten agricultural actors on those social evolutions at work, the project ACCEPT, funded by the CASDAR and led by the French Pork and Pig Institute (IFIP), has been carried out between 2014 and 2018. With the aim of identifying the subjects of controversy about breeding in France, all animal productions considered, and to describe the diversity of actors and arguments, both qualitative and quantitative studies were conducted: around seventy interviews were conducted, in France and five other UE countries, with the main stakeholders (livestock farming professionals, farmers, companies, journalists, NGOs, consumers) and more than 2007 French citizens were questioned on a online survey. The analysis of discourses led to classify the debates on the French livestock farming in four major areas: environmental impact, animal welfare, risks to human health and socioeconomic model of livestock farming. It reflects expectations for different types of system: some want a gradual disappearance of intensive farming systems for the benefit of under official quality signs or implementing alternative practices; others want the development of intensive farming to produce more and become more competitive; and between them many want a gradual improvement in the intensive system, with stronger environmental and animal welfare requirements. We consider that we face a global controversy on livestock farming: indeed, beyond specific controversies on practices, debates regarding the very legitimacy of livestock farming or the consumption of animal products gather all the different topics, and are linked with larger society problematics (consumption habits, growth models, globalization, etc.). This feature may complicate the resolution of the controversy and make it hazardous and longer.

PDF icon Elsa Delanoue, sociologue (Idele, Ifip, Itavi) et al., 70th EAAP, 26-30 août 2019, Gand, Belgique
2019

Des contrastes régionaux entre l’élevage et l’abattage

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 270, juillet-août, p. 14-15

Selon les régions françaises, les volumes abattus ne correspondent pas toujours au nombre de porcs produits. Cette situation refl ète des dynamiques de production et d’abattage contrastées.

PDF icon Bérengère Lécuyer, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 270, juillet-août, p. 14-15
2019

Commerce mondial du porc : stabilité en 2018

Consulter le resumé

Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 499, synthèse du mois, juillet-août, p. 8

En 2018, les relations commerciales entre les acteurs mondiaux ont été perturbées, impactant les échanges des produits du porc. La Chine, plus gros importateur, continue d’influer le commerce mondial du porc.

PDF icon Elisa Husson, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 499, synthèse du mois, juillet-août, p. 8
2019

Les élevages de porcs en France en 2018 : 10 000 sites, la moitié avec des truies

Consulter le resumé

Christine Roguet, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 498, juin, synthèse du mois, p. 8

En 2018, la production porcine est réalisée en France par quelques 10 000 sites d’élevage, d’une taille moyenne de 3 367 porcs sortis. La moitié d’entre eux réalisent uniquement l’engraissement, alimentés par 10 millions de porcelets provenant à parts presque égales de naisseurs et de naisseurs-engraisseurs. Quatre régions produisent plus de 80% des porcs charcutiers.

PDF icon Christine Roguet, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 498, juin, p. 8
2019

Perspectives de prix du porc : vers une hausse notable des cours en 2019

Consulter le resumé

Elisa Husson, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 269, juin, p. 6-7

La production porcine européenne devrait se stabiliser, alors qu'en France, elle augmenterait à nouveau. Une consommation intérieure baissière dans l'UE à 28 et une forte demande des pays tiers pourraient tirer le prix du porc à la hausse.

PDF icon Elisa Husson, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 269, juin, p. 6-7
2019

Evolution of medication costs from 2006-2016 from the French national technical and economic database

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet et al., 11th European Symposium of Porcine Management (ESPHM), 22-23-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas, poster

The evolution of expenses for veterinary medication in the French national technical and economic database (GTE) is used to analyze antibiotics usage. The evolution of preventive medication especially vaccine usage is surveyed. The large panel of data from the GTE database permit to analyse the geographical area infl uence on medication costs.

PDF icon Alexandre Poissonet et al., 11th European Symposium of Porcine Management (ESPHM), 22-23-24 mai 2019, Utrecht, Pays-Bas, poster, PDF icon Isabelle Corrégé et al., ESPHM, Utrecht, Pays Bas
2019

Dépenses de santé : une baisse de 9% dans les élevages français

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet, Porc Mag (FRA), 2019, n° 542, mai, p. 33

L’étude annuelle menée par l’Ifip sur les données GTE montre une diminution significative des dépenses de santé entre 2006 et 2016. L’analyse détaille le type de dépense, « préventive » ou « curative » et la région étudiée.

2019

Evolution entre 2006 et 2016 des dépenses de santé dans les élevages à partir du dispositif GTE

Consulter le resumé

Alexandre Poissonnet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 112

La maîtrise des dépenses de santé permet tout à la fois de réduire les coûts de production et de suivre l’utilisation des antibiotiques pour diminuer la génération de résistance bactérienne et préserver l’arsenal thérapeutique existant. La base de Gestion Technico-Économique (GTE) fournit des références sur ces dépenses de santé.
L’Ifip analyse depuis plusieurs années l’évolution de ce poste (dépenses préventives et curatives) dans les différentes zones géographiques (marquées par des densités de production contrastées).
PDF icon Alexandre Poissonnet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 112
2019

​Coûts de revient et résultats des élevages de porcs : comparaisons internationales

Consulter le resumé

Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 110

Dans l’UE comme sur le marché mondial, les éleveurs et régions de production de porcs sont en concurrence. Ils sont soumis à des facteurs communs (marchés du porc et des matières premières de l’aliment, règles), et à des différences importantes entre pays (géographie, organisation, règles, monnaies…).
Les structures et dynamiques de production diffèrent entre bassins. La production baisse en France, la croissance allemande s’est arrêtée, l’Espagne ou les Etats-Unis se développent très vite. L’analyse des performances techniques et économiques des élevages permet de situer la compétitivité des élevages français et d’anticiper les évolutions.
PDF icon Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 110
2019

Dynamique des élevages de porcs en France création d’un tableau de bord à partir de BDPORC

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115

Sous l’effet de la concurrence, des évolutions réglementaires ou sociales (pyramide des âges), les structures d’élevage peuvent évoluer rapidement.
Jusqu’à la création de BDPORC (base de données nationale de l’identification porcine) en 2009, les principales sources de données pour suivre ces évolutions étaient le recensement agricole (RA, exhaustif, tous les 10 ans), les enquêtes sur les structures des exploitations agricoles
(sondage entre deux RA) et sur le cheptel porcin (sondage, 2 fois/an). BDPORC offre l’opportunité de suivre ces changements en temps réel. Financé par INAPORC, un observatoire de la structure des élevages porcins en France et dans ses régions a été créé par l’Ifip en 2018 à partir des données de BDPORC. Il fournira aux acteurs de la filière un suivi de l’évolution du nombre, de la taille et de l’activité des sites d’élevage.
PDF icon Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115
2019

Modèle de prévision de la production porcine en France à partir de BD PORC

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 113

Le marché du porc est libéral, sans possibilité de contrôle de l’offre. Le prix et la production du porc sont confrontés à la loi de l’offre et de la demande et subissent de nombreuses fluctuations, accentuées par des offres et des demandes à la fois cycliques et saisonnières.
Les modèles de prévision utilisés jusqu’ici ne permettent pas d’appréhender ces fluctuations. Ils sont basés sur les données des enquêtes de cheptels de truies. Ils fournissent des informations sur la tendance globale de la production mais ne permettent pas d’appréhender les fluctuations en partie liées au contexte économique du marché du porc et des matières premières.
Ll’IFIP, avec le projet partenarial MODEMO, s’est attaché à élaborer des modèles opérationnels de prévision de la production porcine pour permettre aux éleveurs, aux abatteurs, et à leurs organisations d’anticiper les évolutions conjoncturelles du marché.
Ces modèles sont réalisés à partir des  informations de la base de données nationale de l’identification porcine BDPORC et des données de conjoncture sur le prix du porc et de l’aliment.
PDF icon Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 113
2019

Résultats économiques des élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 111

Maintenir et développer la production nationale de porcs et dans les différents territoires dépend dans une large mesure de la rentabilité des élevages. Pour chacun d’entre eux, la viabilité économique impacte fortement leur capacité
à préserver leur activité, à croître et à se moderniser.
Ces résultats dépendent de facteurs externes, en particulier les prix du porc et de l’aliment, sur lesquels les éleveurs disposent toutefois de moyens d’agir. Les performances techniques font naître une grande dispersion des coûts de revient. Leur analyse permet de mesurer et d’expliquer la compétitivité des élevages en France et dans les différentes régions, par rapport à leurs concurrents européens et internationaux. Elle donne des clés pour améliorer la situation.
PDF icon Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 111
2019

La longévité des truies dans les troupeaux français analysée à partir des bases de données nationales

Consulter le resumé

Brigitte Badouard, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 116

La longévité des truies en élevage dépend à la fois de leurs performances, principalement en début de carrière, des risques d’accidents et des choix de conduite.
Les réformes prématurées ont un impact économique important, mais les enjeux sanitaires et sociétaux (bien-être animal) sont à prendre en compte. La longévité moyenne des truies a été appréhendée à partir de la population des truies réformées en 2015 dans la base de données de Gestion Technique.
En y associant les caractéristiques d’élevage connues dans la base de données, des facteurs explicatifs ont été identifiés pour expliquer la forte variabilité observée.
PDF icon Brigitte Badouard, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 116
2019

Un dispositif audio de réalité augmentée en maternité : DREAM

Consulter le resumé

Alexia Aubry, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 102

Dans un contexte économique toujours exigeant, les éleveurs de porcs doivent maîtriser les performances techniques de leurs animaux ; des outils de suivi et d’évaluation des résultats performants peuvent les y aider, en mobilisant pour cela des technologies innovantes.
L’enjeu du projet DREAM est d’évaluer en élevage l’intérêt d’un procédé de réalité augmentée : il s’agit de développer un boîtier connecté, utilisant la réalité augmentée auditive, permettant à la fois d’enregistrer les performances des truies en maternité et de les consulter en direct, via diverses applications et un serveur spécifiquement développés.
PDF icon Alexia Aubry, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 102
2019

Pages